Universités ou grandes écoles : même combat ? Si on les dit souvent plus tournés vers la recherche que vers l’entreprise, les diplômés des universités sont pourtant largement plébiscités par les sociétés du privé. Comment les universitaires construisent-ils leurs trajectoires professionnelles ? Comment font-ils la différence en entreprise ? Éléments de réponse.

 

Cap sur l’insertion !

Selon la dernière enquête du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur les promotions universitaires 2014 (étude à 30 mois), 109 000 étudiants ont été diplômés de Master LMD. Parmi ceux entrés dans la vie active, 91 % occupaient un emploi au 1e décembre 2016. Un taux en légère augmentation à mettre en parallèle avec un accroissement des effectifs universitaires. Si ce taux d’insertion progresse, il reste malgré tout inférieur à celui des grandes écoles : 96.5 % des diplômés de grandes écoles de la promo 2014 sont en effet en poste 2 ans après l’obtention de leur diplôme selon la dernière enquête de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE).

Money, money, money

Les salaires quant à eux, progressent rapidement. Le salaire médian net des universitaires en emploi au 1e décembre 2016 s’élève ainsi à 1 930 €. On note toutefois des disparités assez importantes entre les disciplines. Alors que le droit, l’économie et la gestion comptent parmi les disciplines les plus rémunératrices, les salaires des diplômés en lettres, langues, arts et sciences humaines et sociales (SHS) sont parmi les plus bas. Parallèlement, 37 % des diplômés ont décidé de poursuivre ou de reprendre leurs études dans les 30 mois suivants la fin de leur formation. Un chiffre en hausse de 1 % et un signe que certains considèrent que le master universitaire n’offre pas forcément de débouchés à tous les diplômés.

IAE, les rois de l’insertion

Mais s’il y a bien une formation universitaire qui cartonne, ce sont les IAE ! Dans son enquête Devenir des diplômés d’IAE menée auprès de l’ensemble des diplômés de ces « écoles universitaires de management » depuis 1955, IAE France prouve par A+B la force de frappe des Institut d’Administration des Entreprises. En effet, 2/3 des diplômés des IAE trouvent un emploi dans les 2 mois suivant l’obtention de leur diplôme. Près de la moitié décroche directement un emploi en fin de stage (32.1 %) ou à la suite d’une période d’alternance (15.4 %). Près d’1/5 obtient un poste en moins de 2 mois. Au bout d’un  an, ils sont 93.2 % en emploi, soit le même taux que les diplômés des grandes écoles selon l’enquête insertion de la CGE. En terme de fonctions, 2/3 des diplômés ont un statut cadre et 12 % sont dirigeants. Quelles sont les raisons d’un tel succès ?

3 questions à Eric Lamarque, Directeur de l’IAE Paris – Sorbonne Business School et Président du réseau IAE France

©IAE Paris

Le monde universitaire reste trop souvent éloigné des réalités du monde professionnel. Comment les IAE sont-ils parvenus à contrer ce phénomène ? Les IAE (comme les IUT d’ailleurs) ont pris conscience dès leur création qu’ils avaient pour mission de former de beaux esprits ET de favoriser l’insertion professionnelle de leurs diplômés. C’est une question de bon sens ! Une partie de la réputation des grandes écoles de management est inhérente à l’employabilité de leurs diplômés. Depuis une quinzaine d’années, les IAE travaillent donc tout particulièrement sur ce point pour s’ancrer résolument dans une  logique de professionnalisation : développement de l’apprentissage et de la formation continue, travaux de recherche connectés aux préoccupations réelles et actuelles des entreprises… Si les universitaires ont longtemps gardé cette image de théoriciens, le taux d’insertion des IAE rivalise avec celui des grandes écoles.

Les spécificités des IAE les plus à même de matcher avec les enjeux des entreprises de demain ? Les IAE promeuvent une connexion de la recherche et des préoccupations des entreprises afin de développer des formations adaptées et novatrices. C’est ainsi que l’IAE Paris – Sorbonne Business School travaillent sur des thématiques comme la finance durable, les partenariats public – privé (PPP) ou les mutations et transformations organisationnelles. C’est donc en liens étroits avec les entreprises et leur réalité que nos chercheurs produisent de nouvelles connaissances. Une méthodologie permettant à nos étudiants de conserver un ADN d’universitaires (outils, méthodes…) mais dans un contexte ancré sur les réalités économiques et sociales.

 Le petit + qu’on ne trouve que dans les formations made in IAE et qui fait toute la différence une fois en entreprise ? Leur capacité à insister sur les concepts, les méthodes et les outils. Nos diplômés creusent le contenu, ils vont au fond des choses et ça, ça colle aux besoins des entreprises ! Longtemps nos étudiants ont cru qu’on ne les voyait que comme des professionnels de la théorie et ont pu être un peu complexés vis-à-vis de leurs homologues issus de business schools. C’est beaucoup moins le cas aujourd’hui car, au regard de la complexité des sujets et des écosystèmes, les entreprises ont besoin de fond. Et c’est là que les universitaires font la différence. Car s’ils sont moins conscients de l’importance de la forme ou de l’aisance dans les présentations, ils performent sur les techniques et les outils. C’est peut-être moins flamboyant mais c’est nettement plus efficace !

 

Quoi de neuf docteur ? Qui dit université, dit évidemment recherche. Mais quel avenir professionnel les chercheurs se forgent-ils aujourd’hui ? Sont-ils toujours voués à se consacrer à une carrière dans l’enseignement où sont-ils des alliés de choix des entreprises pour booster leur performance ? L’Université Paris-Saclay donne quelques indicateurs dans sa première enquête insertion menée sur les docteurs diplômés entre 2015 et 2017. Ainsi, 92.4 % des promos sont en emploi et la moitié n’a même jamais connu le chômage. L’insertion professionnelle des docteurs est particulièrement rapide en mathématiques, physique, chimie, sciences de l’ingénieur, informatique, droit, économie, gestion et SHS. Ils s’ouvrent également à de belles opportunités dans le privé. 13 % des doctorants ont ainsi été recrutés suite à une offre émanant de cabinets de recrutement ou d’entreprises. Un phénomène à mettre en parallèle avec l’influence des PhD anglo-saxons. Côté rémunération, les docteurs touchent un salaire moyen de 41 105 € bruts et peuvent même gagner jusqu’à 75K€/an pour ceux qui ont réalisé leur thèse en entreprise.

Quelles universités pour trouver un job de rêve ? A en croire le Top 10 du QS 2018 de l’employabilité des diplômés de l’université, elles sont étrangères : Stanford, UCLA, Harvard, Université de Sydney, MIT, Cambridge, Université de Melbourne, Oxford, Berkeley et Université Tsinghua (Chine). Mais 15 établissements français sont quand même classés. Des grandes écoles bien sûr (Polytechnique et CentraleSupélec en 28e et 80e position par exemple), mais aussi des universités comme l’UPMC, la Sorbonne, Dauphine ou l’Université de Montpellier. Cocorico, d’autres établissements ont également fait leur entrée cette année après la 300e place : les universités d’Aix-Marseille, de Strasbourg, Grenoble-Alpes et Paris-Sud.

 

Volkswagen Financial Services : la « captive » qui délivre !

L’entité financière du groupe automobile numéro 1 mondial invite les jeunes diplômés à prendre le virage et tracer les nouvelles routes de la mobilité connectée. Au volant de cette visite privée, Thierry Verbist (INSEAD 2011), Directeur Général...

Arkéa Investment Services : le tremplin vers l’expertise…

Faire fructifier l’argent des autres est un art recherché et complexe offrant de multiples facettes. Peu de places néanmoins peuvent offrir aux jeunes talents une position aussi propice à l’apprentissage du métier et à la prise d’initiatives...

CHANEL : joyau du luxe français

Le luxe français, un bijou d’innovation dans un écrin de tradition.Témoignage de Nicolas Beau, Directeur International Business Development Horlogerie Joaillerie, CHANEL.

Une vocation, une vie

Matthieu Dussouillez sera à 33 ans seulement, le directeur de l’Opéra national de Lorraine au 1er juin 2019

Society & Organizations Center d’HEC : Un nouveau rapport de référence sur la mesure d’impact social

Dans leur dernier rapport, les chercheurs du Society & Organizations Center d’HEC Paris ont dévoilé un outil de mesure d’impact social qui standardise l’évaluation économique et sociale des initiatives de responsabilité des entreprises engagées dans différents secteurs et types d’organisation. Cette nouvelle méthode a pour objectif d’améliorer considérablement l’efficacité, le passage à l’échelle et le retour sur investissement des initiatives d’impact social.

Avec Strammer, mettez votre carrière dans le bon sens

Le premier talent de David Mercier, président de Strammer ? Avoir su conserver ses valeurs sans jamais y déroger.

En voiture avec le Groupe Rousselet !

Face aux géants internationaux de la mobilité urbaine, le Groupe Rousselet imagine la ville de demain. Zoom sur les défis et innovations du Groupe

Souriez à votre carrière chez Biotech Dental

Héritière d’un des grands noms de la santé dentaire, Léa Veran (ESSEC 13) se fait un prénom au poste de Vice-Présidente chez Biotech Dental, dont son père Philippe Veran est PDG.

#MyTeam – Zoom sur l’entourage du PDG

Les plus proches collaborateurs du CEO constituent les premiers leviers de la diffusion et de l’acceptation de sa vision et de sa stratégie managériale. Mais au-delà de cette garde rapprochée, le CEO peut aussi compter sur les oreilles de ses...

Les tips du leadership

Les best practices pour dompter la complexité du monde et la traduire en performance durable pour l’entreprise ? Les conseils d’Olivier de Pembrock, Président du CJD