Cet article a 2 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.

L’éducation et plus particulièrement les grandes écoles doivent prendre aujourd’hui acte des nouvelles technologies et de l’autonomisation de l’apprentissage qu’elles impliquent. A l’heure où la connaissance mondiale – de Wikipedia aux vidéos d’experts internationaux – est disponible en ligne, partout, tout le temps, et depuis n’importe quel type d’appareil, nous nous devons d’offrir à notre communauté les moyens de prendre en main cette nouvelle réalité. Ces moyens passent par des expériences, des contenus, des outils et des ressources de toutes sortes.

( Knowledge Center de l’ESSEC Business School )

( Knowledge Center de l’ESSEC Business School )

La bibliothèque du 21e siècle au coeur de révolution numérique
La bibliothèque est depuis longtemps le lieu où tout un chacun peut développer son savoir en autonomie. A l’ESSEC, notre Learning Center permet ainsi depuis longtemps à nos étudiants de continuer à apprendre par eux-même en dehors de la salle de cours, et donc de prendre en main leur propre formation. Ce soutien ne s’arrête d’ailleurs pas aux étudiants, puisque les chercheurs peuvent eux aussi disposer des contenus – publications ou bases de données – que nous mettons à leur disposition pour être autonome dans leur recherche. Depuis, les nouvelles technologies ont transformé la dynamique de notre économie et du monde en général. Le digital donne une nouvelle place à l’individu : de Facebook à Uber, c’est bien l’individu qui s’exprime et qui se prend en main. Ces nouvelles technologies permettent aussi de désintermedier les étapes inutiles. La connaissance et l’éducation ne sont pas en reste de la révolution numérique : l’apprenant doit dorénavant être acteur de son apprentissage, et doit avoir un accès direct à la connaissance ou à l’expérience. C’est ce que nous appelons la bibliothèque du 21e siècle.

 

MOOCs, SPOCs, des formats de cours innovants
Le MOOC (Massive Online Open Course), le cours en ligne gratuit et ouvert à tous, permet ainsi à un apprenant d’apprendre à son rythme, où il le souhaite, et sur le sujet de son choix. S’il est bien conçu, le MOOC dépasse ce que le livre peut offrir puisqu’il permet l’échange avec les autres apprenants et est interactif. Et l’ESSEC continue d’innover en la matière puisque nous proposons dorénavant des formats de cours innovants comme les SPOCs (Small Private Online Course) s’adressant à une communauté spécifique ; ou les BYOCs (Bring Your Own Courses)où l’autonomie va encore plus loin puisque l’étudiant participe à la création même du cours !

 

Accompagner les professeurs dans l’utilisation du digital et des nouvelles technologies
Cette digitalisation, permettant plus de flexibilité et d’interactions, touche logiquement aussi l’enseignement. L’ESSEC accompagne l’enseignant dans le développement et l’utilisation des sites web, quizz, cas, jeux ou vidéos, qui lui permettent d’intégrer ces nouvelles technologies et ces contenus au sein de son cours. Le digital transforme la classe : c’est le lien entre l’enseignement présentiel et distanciel. Les K-Labs de l’ESSEC jouent un rôle central et permettent d’articuler enseignement en autonomie et en classe ; et donc aussi de permettre l’expérimentation et l’apprentissage par la pratique. Grâce à nos Ateliers du K-Lab par exemple, où nos étudiants seront accompagnés par des experts. Selon cette ligne directrice, nous continuerons à développer des expériences innovantes et inspirantes, comme l’iMagination Week par exemple, pour que nos étudiants soient préparés au mieux à l’économie de la connaissance qui est celle de notre monde actuel…

 

Par NICOLAS GLADY,
Professeur à l’ESSEC et directeur du K-Center

Cet article a 2 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.