Acteur global de la sûreté-sécurité, Scutum connait une croissance continue. Fort de l’innovation et de l’esprit d’entreprise de ses équipes, le groupe les renforce aujourd’hui pour poursuivre son internationalisation. Rencontre avec son Pdg, Franck Namy (Maîtrise de Gestion, Paris-Dauphine 88)…

Franck Namy (Maîtrise de Gestion, Paris-Dauphine 88), Pdg de Scutum

Franck Namy (Maîtrise de Gestion, Paris-Dauphine 88), Pdg de Scutum

Pouvez-vous nous présenter Scutum, industriel de référence dans le domaine de la sûreté-sécurité et nous parler de son développement ?
Scutum intervient dans 4 domaines d’activité : la sécurité incendie (20 % du CA et nos propres extincteurs, made in France), la sécurité électronique auprès des entreprises (65 % du CA), les activités de sûreté défense (15 % du CA en milieu secret-défense ou confidentiel défense) et enfin le pôle naissant de la sécurité informatique, le tout pour un CA global de 125 M€ généré par 1 200 personnes en Europe. Parti d’une petite entreprise de télésurveillance locale (3 M€, 50 personnes) rachetée par mon père en 1990, j’ai aussitôt axé le développement de l’entreprise sur la création de solutions innovantes liées aux télécoms et à l’internet. Les 10 premières années furent consacrées à devenir un acteur national, le pôle incendie fut créé en 2000 et, depuis 2010 et la création du pôle sûreté défense, nous nous élargissons progressivement à l’international : Suisse, Allemagne, Benelux, Royaume-Uni…

 

« L’innovation technologique nous permet de saisir au bond les opportunités de croissance qui se proposent »

Comment définiriez-vous votre mission à la tête du groupe ? Quels objectifs vous êtes-vous fixés et quelle stratégie avez-vous définie pour les atteindre ?
Depuis le départ, mon but a été de générer une croissance maîtrisée et rentable, en préservant l’actionnariat familial. Pour cela il a d’abord fallu construire une équipe socle forte et fidèle, puis capter la confiance des clients en étant innovants, fiables et compétitifs. Il a ensuite fallu maintenir notre belle cohésion en dépit des nombreuses acquisitions effectuées (plus de 25 depuis 1990 !), un savoirfaire particulier ; chaque acquisition devant être une brique de la croissance de demain. Si nous pensons, raisonnablement, atteindre les 150 M€ de CA en 2018, nous ne nous fixons pas vraiment d’objectifs chiffrés ; notre attention se portant plutôt sur notre évolution : plans d’actions, offres de demain… 15 % des effectifs, tous postes confondus, se réunissent régulièrement au sein de ce que nous appelons notre One Scutum Team pour en débattre, un hackathon faisant parfois émerger de belles compétences cachées. Et nous amplifierons prochainement cette culture collaborative en nous associant à une école d’ingénieurs ou une université.

 

Quels métiers le groupe Scutum propose-t-il aux jeunes diplômés et quelles sont, selon vous, les qualités personnelles qu’il faut posséder pour s’épanouir au sein de votre groupe ?
Nous recrutons selon deux axes principaux : ingénieurs, informaticiens et électroniciens issus des plus grandes écoles pour toute la partie technologique et diplômés d’écoles de commerce ou d’universités comme Dauphine pour le commercial et le développement sachant que nous recherchons surtout des intrapreneurs ayant le goût de l’initiative et le sens des responsabilités, la dimension entrepreneuriale est forte au sein de notre ETI où tout n’est pas « processé » ni figé dans le marbre… Un plan d’intéressement des cadres a d’ailleurs été mis en place afin que la valeur créée soit partagée par ceux qui y contribuent.

 

L’innovation est aujourd’hui un enjeu majeur pour nombre d’entreprises. Est-ce également le cas dans votre secteur d’activité ?
Absolument, et d’autant plus que nous sommes également fabricants. Nous avons trois centres de R&D : en France, Allemagne et Suisse. L’innovation est le grand accélérateur de la croissance du secteur, très impacté par les progrès technologiques : intelligence artificielle, reconnaissance visuelle ou, par exemple, tout ce qui permet d’obtenir une prédictibilité plus juste de l’information : cloud, big data, objets connectés… Nous devons nous tenir constamment à l’avant-garde et recherchons d’ailleurs en ce moment un responsable de l’innovation.

 

JB

 

Contact : antoine.lemallier@scutum.fr