Rémi Pauly à la rescousse ! Cet étudiant en business sport à la Sports Management School Paris est également pompier volontaire, sur le terrain pendant la crise sanitaire. Un engagement qui lui tient à cœur de partager.

 

C’est au lycée, à 16 ans, que Rémi décide de s’engager dans une formation de pompier volontaire. « C’est un ami qui voulait y entrer et il m’a chauffé pour qu’on ose le faire à deux. Je viens d’un petit village très calme et j’avais besoin de m’occuper, alors autant servir et aider », avoue-t-il.   

Être pompier en temps de crise

Rémi Pauly en tenue de pompier lors d’un feu de broussailles.

Aujourd’hui, à 21 ans, cette décision lui semble avoir été la meilleure qu’il ait prise. D’autant plus en cette période si particulière, où les pompiers font partie des héros de cette « guerre » contre le virus. Étudiant sur Paris, il est revenu en Ariège pour se confiner dans la maison familiale. « Je suis mieux ici, sous le soleil du Sud ! » plaisante-t-il.

Mais s’il fait bronzette à ses heures perdues, Rémi reste attentif aux appels de la caserne. « Avec les mesures de sécurité, nous ne pouvons pas caserner, c’est-à-dire loger dans la caserne. Comme tout le monde, nous restons à la maison. Mais nous pouvons être appelés à tout moment pour une intervention, principalement pour des secours à personne : rixes familiales et aide aux personnes âgées par exemple. »

Les pompiers protègent les autres, mais se protègent aussi face au virus avec des gestes barrières. « Chacun porte un masque et le conducteur est isolé et n’entre en contact avec personne », précise Rémi. « A l’hôpital aussi, c’est tout un cérémonial : on passe d’un box à un autre selon les consignes des infirmiers et infirmières afin qu’on croise le moins de monde possible », ajoute-t-il. Parfois de garde, l’étudiant n’intervient cependant pas en cas de suspicion de Covid-19. « Seule une équipe détachée et formée, avec des instructions spécifiques, s’en charge. »

Et les cours à distance ?

Pour concilier son engagement et ses études, le pompier volontaire a dû s’aménager un emploi du temps quasi militaire. En une semaine, tous les cours de la Sports Management School sont passés en 100 % online sur Blackboard dès l’officialisation du confinement. « Pour les oraux, ça se passe sur Zoom. » L’étudiant en 2ème année de bachelor s’est très vite adapté, remerciant l’efficacité de l’école et des professeurs. Ainsi, pas de prise de tête pour les cours, que du temps libre pour revêtir ses rangers !

Tout feu tout flamme

Rémi encourage tous les étudiants à se lancer dans la formation de pompier volontaire. « A côté des cours, c’est tout à fait faisable. Si vous prenez une année sabbatique comme je l’ai fait, vous pourrez aussi faire toutes les formations nécessaires et être opérationnel rapidement. » La meilleure raison de s’engager selon lui ? « Vous apprenez à respecter des règles, un code de conduite, et vous pensez collectif. Certaines expériences que l’on vit en tant que pompier peuvent être difficiles mais c’est un bon moyen de se rendre compte qu’il est important de propager du positif. » Une pensée à partager sans modération dans le contexte actuel. « Restez à la maison, prenez soin de vous et de votre famille et soyez solidaires. N’oubliez pas le plus important », finit-il par conseiller.