Jesus E Contreras Ocaña est post-doctorant à l’Université Grenoble-Alpes au sein du laboratoire de génie électrique de Grenoble (G2Elab – CNRS/Grenoble INP/UGA). Le jeune chercheur mexicain est l’un des 15 lauréats du programme « Make our planet great again ». Une étape clé pour sa carrière et une opportunité de contribuer à sauver la planète.

 

Comment avez-vous connu ce programme français ?

Je terminais mon PhD à l’université Washington de Seattle lorsque j’ai vu la vidéo du président Macron invitant les scientifiques de tous les pays à « Make our planet great again ». Je me suis renseigné, j’ai rédigé un projet de recherche, et cherché un laboratoire pour l’accueillir, condition pour intégrer le programme. Un de mes professeurs connaissait quelqu’un au G2Elab, qui a accepté mon projet.

Sur quoi travaillez-vous à Grenoble ?

Mon domaine ce sont les smart grids. A Grenoble, je travaille sur la simulation temps réel hybride. Cette approche mêle modélisation numérique en interaction avec des composants réels de production et de stockage des énergies renouvelables. Elle inclut aussi les enjeux socio-économiques dans l’élaboration d’outils d’aide à la décision de la transition énergétique. Le grand plus de ces travaux, c’est qu’ils prennent corps dans le programme transdisciplinaire de l’éco-district ECO-SESA d’Univ. Grenoble Alpes. C’est un terrain d’expérimentations, un living-lab, auquel contribuent 16 laboratoires du site grenoblois.

Ce programme, un atout pour votre carrière de chercheur ?

Il m’ouvre la perspective de travailler en Europe, une région avancée sur les questions énergétiques et environnementales. Ce n’est pas un hasard si ce programme est né en France, car les gens sont conscients du problème climatique. Je développe mes compétences techniques et scientifiques au sein d’un laboratoire réputé et de référence. C’est une expérience inédite d’œuvrer au sein d’un living lab. C’est aussi évidemment une ouverture culturelle et linguistique. Avec mon épouse, nous nous plaisons beaucoup en France !

Votre rêve de chercheur ?

Apporter sa contribution, faire avancer les choses, résoudre des problèmes c’est le plus grand rêve d’un chercheur. Et lorsque cela concerne le défi le plus difficile auquel l’humanité va devoir faire face ces prochaines décennies, c’est évidemment extrêmement motivant. Mon rêve ultime ce serait que mes travaux influencent les politiques publiques pour faire plus en matière environnementale. Car il est évident que cela relève d’une prise de conscience et d’une action internationales.

« Mon rêve ultime ce serait que mes travaux influencent les politiques publiques pour faire plus en matière environnementale »

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.