En cette période de grandes turbulences, Mathieu Gabai président de l’agence EPOKA a publié une tribune en forme d’appel à la solidarité au monde de la communication. Nous nous en faisons le relais. 

 

Une récente interview parue dans CB News me rappelle les messages que nous avions écrits avec Lionel Cuny et partagés avec une vingtaine de dirigeants d »agences indépendantes (Auditoire, Brainsonic, Extrême, M&C Saatchi, Ici Barbes, Ideuzo, La Chose, Lonsdale, Oko, Waisso, We Are Together, Wellcom, Zcomme etc…). A l’annonce du confinement, nous avions finalement décidés de ne pas publier cette tribune. En voici les points clés, plus que jamais d’actualité.

La communication est centrale pendant la période désastreuse que nous traversons

Dans nos organisations, mais également dans notre sphère privée. Les agences de communication, quelles que soient leurs spécialités, sont essentielles en ces temps chahutés. Les premiers licenciements sont là, les périodes d’essais stoppées, les plans de recrutement oubliés et il est fort à parier que ça n’est que le début… Nous sommes habitués à ces périodes de stop and go, à être chahutés, à devoir grandir, à se redéfinir, à évoluer sans cesse. Personne ne sait mieux que nous comment adresser et engager les audiences, faire évoluer les comportements, convaincre… qu’il s’agisse de citoyens, de consommateurs, de clients, de collaborateurs, de candidats… Les entreprises ont besoin de nous sur tous ces sujets et nous avons besoin que leurs équipes continuent à travailler avec nous au quotidien.

Mathieu Gabai, Président de l’agence EPOKA – Crédit EPOKA

Continuité, anticipation, digitalisation… 

La période est et sera pour nous, comme pour beaucoup d’industries, mouvementée, heurtée, dure, stressante. Quand l’épidémie sera finie, la vie économique reprendra ses droits. Il faudra alors être prêts à rebondir, et à repartir, avec force, rapidité et agilité. La communication devra dans ce cadre jouer un rôle majeur, car c’est grâce à elle qu’on pourra réembarquer tous nos publics et obtenir rapidement des résultats. Mais si les agences indépendantes sont un champ de ruines, il ne restera que des grands groupes de communication, plus résilients, mais souvent plus chers, moins agiles, moins rapides… et pourtant c’est bien de ces qualités dont vous allez avoir besoin dans les semaines et mois à venir. Anticipons les projets des mois de juin et de septembre. Continuons à travailler tous ensemble sur nos projets, travaillons sur des alternatives plus digitales, plus réactives… Profitons-en pour tester de nouvelles pratiques, pour travailler sur des sujets de fond qui prennent du temps, qui demandent de la réflexion, profitons-en… 

Préparer le rebond, avec l’appui d’une stratégie de communication forte, doit être une priorité stratégique pour nous tous

Appel à l’arrêt des compétitions

Notre secteur fonctionne trop souvent avec des compétitions quasi systématiques, quels que soient les budgets alloués. Un appel d’offres est un gros investissement pour une agence. C’est une prise de risque et non ce que l’on peut entendre parfois, « une avant-vente ». Une compétition non remportée ne sera jamais facturée. Pis une compétition gagnée, c’est la quasi-assurance de ne pas être rentable, le temps passé en amont ne pouvant généralement pas être facturé en cas de victoire. Depuis des années nous entendons la même rengaine : trop de compétitions, trop chronophages, trop d’investissements… Cela met en risque notre industrie et nos agences, plus que jamais aujourd’hui… Pourquoi alors remettre en cause ses propres agences dans le contexte actuel ? Elles vous connaissent bien, elles ont besoin de vous et vous d’elles. Voyons-nous, virtuellement si besoin, et définissons ensemble le plan de bataille, les priorités et la feuille de route du premier semestre puis de l’ensemble de l’année.