Créée par deux jeunes étudiants Socio’Loop est une association visant à sensibiliser les jeunes à l’Economie Sociale et Solidaire à travers un kit pédagogique ludique et motivant. Pour récolter du contenu, Guillaume et Marine se sont rendus en Amérique Latine. Caméra et appareil photo en main, ils ont rencontré et interviewé des acteurs de l’ESS. Un mois après leur départ de l’Amérique Centrale et avec un peu de recul ils nous proposent un bilan rétrospectif de l’aventure Centrale Américaine !

Cette région du monde, qui fût jadis chasse-gardée de Washington, et où les ouvrières s’éreintaient pour un salaire de misère, a vu certains pays s’émanciper de la tutelle néo-libérale. Les pays que nous avons visités en font parti et des hommes et des femmes essayent d’y produire de la richesse autrement, en développant une économie sociale et solidaire, centrée sur l’homme. Durant nos trois mois passés de ce côté de l’Atlantique, nous avons découvert un environnement très communautaire où, malgré des besoins sociaux et environnementaux évidents, il n’y a pas ou très peu de financement public. Les structures sont donc obligées de se «débrouiller» comme elles le peuvent pour trouver des financements. Cela favorise l’émergence de projets économiquement viables qui s’appuient sur des modèles économiques solides. Par ailleurs, en raison de leur culture et de leur passé, la plupart des projets sont orientés vers les « communautés » en situation d’exclusion sociale et économique. Il s’agit souvent de groupes qui descendent directement des peuples mayas et ont un niveau d’éducation très faible. Les différentes organisations que nous avons rencontré avaient principalement pour but de réintégrer ses communautés en valorisant leur savoir faire. L’art, la culture du café, etc leurs permettent d’être acteurs de l’économie. Nous avons aussi noté avec joie que les projets rencontrés se sont construits autour d’une logique « d’empowerment » et non pas d’assistanat. Autrement dit, l’objectif est de transmettre aux communautés des connaissances qui leurs donneront plus d’autonomie.

Finalement, dans l’air de la Globalisation et de la course à l’avancée technologique, l’Amérique Centrale nous aura montré que quelquefois un retour aux sources peut permettre de grandes choses.
Et que parfois, l’entrepreneuriat social démarre là ou la technologie ne peut rien faire …

Plus personnellement, au delà des grandioses volcans guatémaltèques, des magnifiques plages mexicaines et de la sauvage forêt nicaraguayenne, ce sont les habitants qui nous aurons certainement le plus marqué. Nous avons été bluffé par leur générosité et leur envie de nous faire découvrir leur art de vivre. Nos expériences dans des « communautés » nous ont fait découvrir le vrai sens de ce mot qui n’est plus utilisé en France que pour qualifier des groupes sur le web… En outre, nous nous étions préparés à voir des personnes pauvres, des enfants dans la rue, vivant dans des conditions précaires. Ce n’est pas pareil de l’imaginer que de le voir et le vivre. Sans vouloir tomber dans les clichés, en être témoin aide à relativiser et à voir la vie beaucoup plus simplement. La prochaine fois que votre train a du retard, pensez y, ça peut aider. On espère que vous avez pris du plaisir à nous suivre en Amérique Centrale et que nous avons réussi à vous transmettre un peu ce que nous y avons vécu.

Et en bonus, une petite citation de Tina que nous avons rencontré au Mexique : « Le savoir ne devrait pas avoir de valeur économique. Le savoir est fait pour être partagé. » À méditer …

Rendez vous bientôt sur le continent africain !

 

Contact : www.socioloop.com