Et si vous profitiez de la rentrée pour changer vos habitudes de travail et devenir plus productif au bureau, en télétravail ou pendant vos révisions ? Inspirez-vous de ces six lois pour maîtriser l’art de gérer son temps de travail. Cette année, la guerre contre la procrastination est déclarée !

 

#1 Loi de Murphy

« C’est Murphy qui l’a dit » chantait Angèle dans une de ses chansons. Ce qu’a dit Edward A. Murphy Jr ? « Tout ce qui est susceptible d’aller mal, ira mal. » Un principe pas si pessimiste. S’il existe une infime possibilité que quelque chose tourne mal, cela arrivera, SAUF SI vous prévoyez le pire afin de l’écarter. Planifiez donc vos projets avec un temps d’avance, en ayant toujours en tête les imprévus possibles. Vous aurez ainsi anticipé la solution à vos problèmes et prévu une marge de manœuvre nécessaire pour ne pas vous retrouver pris de court le Jour J. Logique.

#2 Loi de Carlson

De son côté, l’économiste suédois Sune Carlson a étudié le travail des managers au début des années 50. Son constat : le pire ennemi de la productivité est l’interruption. D’après son étude, un manager est coupé dans son travail toutes les 20 minutes en moyenne. Aujourd’hui, c’est environ toutes les 12 minutes ! Dans ces conditions, dur dur de finir une tâche d’un seul coup. Un travail réalisé en continu prend moins de temps, d’énergie et génère moins d’erreurs que lorsqu’il est réalisé en plusieurs fois. Son conseil : limitez au maximum les interruptions. Mettez votre portable en mode silencieux, fermez votre boîte mail, n’hésitez pas à revenir vers votre collaborateur une fois votre travail terminé si ce n’est pas urgent, aménagez-vous des temps de concentration… Dites bye bye aux distractions !

#3 Loi de Pareto

La loi de Carlson est d’autant plus importante si on prend également en compte la loi de Pareto selon laquelle 80 % de nos résultats sont le produit de 20 % de nos efforts. Le sociologue et économiste Vilfredo Pareto entend par-là que le travail fourni n’a qu’une petite incidence sur les résultats obtenus. Alors autant optimiser ces 20 % ! Concentrez-vous sur l’essentiel et séparez-vous de l’accessoire. Comment ? Faites le tri dans votre to-do liste pour mieux hiérarchiser vos priorités et commencer votre journée par ce qui aura le plus d’impact positif. Reportez les tâches non indispensables en fin de journée, quand vous aurez plus de temps à y consacrer.

#4 Loi de Laborit

Comme la technique du « Eat that frog », cette loi d’Henri Laborit, chirurgien et neurobiologiste français, énonce qu’il est plus judicieux de commencer sa journée de travail par le plus désagréable ou les tâches les plus difficiles. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on a tendance à préférer faire ce qui nous fait plaisir en premier, au quotidien comme au travail. Ne niez pas ! Notre cerveau est ainsi fait. Mais attaquer le plus pénible vous évite de le reporter et surtout, de passer rapidement à quelque chose de plus fun. Pensez votre to-do liste en ce sens.

#5 Loi d’Illich

D’autant qu’en fin de journée, nous sommes moins concentrés affirme Ivan Illich, penseur écologiste autrichien. C’est un fait : « au-delà d’un certain seuil, l’efficacité humaine décroît, voire devient négative », insistait-il. C’est pourquoi, rien ne sert de rester trop longtemps focus sur son travail. La loi d’Illich valorise donc les pauses qui nous permettent de rester productifs plus longtemps. Raison de plus pour accepter le café que votre collègue vous propose !

 #6 Loi de Parkinson

Cyril Northcote Parkinson, historien britannique, en était convaincu : « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement. » En clair, il est important de se fixer des deadlines précises et réalistes de manière à organiser son travail dans le temps imparti. Faites également des points réguliers seul ou avec votre manager ou votre équipes pour voir l’avancement des projets. Le temps, une ressource précieuse.