Erasmus vient de fêter ses 30 ans. Depuis 1987, le dispositif a connu de nombreuses évolutions et s’est fortement déployé. Ainsi, aujourd’hui, 100 % des universités françaises proposent ce programme qui ne touche pas que les étudiants. Cette ouverture et cette croissance peuvent-elles être freinées par le Brexit ? Isabelle Maradan, journaliste spécialiste de l’enseignement supérieur, vient de publier « Ils ont fait Erasmus : 30 portraits, 30 ans de découvertes et d’échanges » aux Éditions de La Martinière. Elle répond à nos questions.

 

Pourquoi avoir choisi de porter votre regard sur Erasmus ?

C’est un sujet que l’on m’a proposé et je l’ai accepté car je trouvais intéressant de dévoiler le côté humain du programme. J’affectionne particulièrement le portrait car il permet de susciter des vocations, d’allumer des étoiles, en proposant aux jeunes des récits de la part de ceux qui ont vécu l’expérience. Il est important de favoriser ces rencontres pour que l’ambition ne s’arrête pas au vécu familial. De plus, ce livre est un beau-livre, qui fait partie de la collection « Ils ont fait… ». C’est très agréable de voir son travail ainsi valorisé par une belle maquette qui devrait plaire aux lecteurs. Pour certains d’entre-eux, ce sera un livre-souvenir, un moyen de se replonger dans son Erasmus. Pour d’autres, qui ne sont pas encore partis mais en ont envie, une manière de vivre des expériences au travers des 30 portraits co-écrits avec Stéphane Dugast, et de se renseigner sur le programme Erasmus +, que l’on ne connait pas forcément bien (parce qu’il n’est pas réservé aux étudiants) et qui nous tente. Il y a, à la fin de l’ouvrage, une partie pratique conséquente, qui offre au lecteur des conseils sur les départs possibles avec Erasmus, en fonction de son âge et de son profil, et qui donne même des trucs pour gérer au mieux le blues du retour

 

« Il y a une inégalité dans la possibilité de faire des études ou non. Erasmus, n’aggrave pas les choses, il fait même mieux que le système. »

 

Erasmus, un dispositif qui ne s’adresse qu’aux étudiants riches ?

Dire ceci est un raccourci. Les statistiques prouvent que le fait de faire des études dépend du milieu social d’origine. Il y a donc déjà une inégalité à la base, dans la possibilité de faire des études ou non. Erasmus, n’aggrave pas les choses, il fait même mieux que le système. En proportion, il y a plus de boursiers dans le programme qu’à l’université. Il serait donc faux de dire qu’Erasmus serait plus fermé que l’accès aux études. De plus, la bourse Erasmus est cumulable avec les bourses universitaires et les aides régionales.

 

Quelle différence entre Erasmus en 1987 et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, 100 % des universités proposent Erasmus. Seulement 11 pays faisaient partie du programme, aujourd’hui, il y a des accords avec 33 pays. De plus, le dispositif touche un public beaucoup plus large et n’est pas cantonné aux seuls étudiants. Avec Erasmus +, ce sont des lycéens, des apprentis, des professeurs, des collégiens, des bénévoles dans le domaine sportif et de manière générale tous les jeunes de 13 à 30 ans. S’il y a une chose à retenir sur Erasmus, c’est cette notion d’ouverture.

 

Erasmus peut-il encore s’améliorer ?

Le budget a augmenté sur le dernier volet 2014-2020 (+ 40 %) et celui-ci va être renégocié pour la séquence suivante. L’idée est d’obtenir un accroissement du budget. En soi le programme est assez complet. Sandro Gozi [Secrétaire d’État italien à la Présidence du Conseil des ministres, délégué aux Affaires européennes, NDLR], préconise une multiplication par dix du budget alloué à Erasmus. Aujourd’hui, il ne représente que 1 % du budget européen. Un Erasmus Afrique est en cours d’étude afin de développer des relations et des partenariats avec ce continent.

« L’objectif d’Erasmus est de rapprocher les peuples »

Quelles sont les conséquences sur Erasmus de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne ?

Le projet Erasmus a pour but de développer une citoyenneté européenne au-delà des frontières, puis mieux connaître la culture de l’autre. L’objectif est de rapprocher les peuples, afin qu’ils ne se retrouvent plus dans les tranchées. Les accords devraient perdurer entre les universités. Rien ne change jusqu’en 2019, au moins, tant que le Royaume-Uni reste dans l’UE. Après, il est trop tôt pour dire si le Royaume-Uni restera ou non dans le programme. Si le pays se dirige vers un « hard brexit », cela va être difficilement compatible avec la libre circulation des personnes, principe fondateur de l’UE. A suivre…

 

« Former les leaders du numérique de demain, c’est aussi grandir au travers des autres » – Interview de Jean-Christophe Beaux, Directeur de l’ESIN

L’Ecole Supérieure de l’Intelligence Numérique (ESIN) forme les experts du numérique de demain. Interview de Jean-Christophe Beaux, son directeur et fondateur.

Arts et Métiers réorganise sa recherche et ses formations pour mieux intégrer les enjeux sociétaux et environnementaux

Communiqué de presse : Arts et Métiers réorganise sa recherche pour mieux intégrer les enjeux sociétaux et environnementaux et améliorer les synergies avec la formation Thématiques déjà présentes dans le cadre des recherches menées par Arts et Métiers, l’Ecole...

L’incubateur EDHEC Entrepreneurs accompagne les startups qui changeront le monde de demain

L’incubateur EDHEC Entrepreneurs fête ses 10 ans cette année. Basé à Paris, Lille et Nice, il a déjà accompagné la création de plus de 370 entreprises. Quels programmes sont proposés ? Pour qui ? On en parle avec Juliette Deltour, responsable communication...

Bpifrance et Paris School of Business publient un livre blanc

Communiqué de presse : Paris School of Business, à travers sa chaire newPIC s’est associé à Bpifrance dans l’élaboration du livre blanc « Renforcer la troisième mission de l’université pour l’innovation technologique de la deeptech ». Ce projet de recherche, animé par...

Partenariat exceptionnel entre l’INMA (Institut National des Métiers d’Art) et l’EM Normandie

Partenariat exceptionnel entre l’INMA et l’EM Normandie : les étudiants du nouveau MSc® Marketing and Digital in Luxury and Lifestyle de l’EM Normandie, accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles, bénéficient depuis la rentrée de septembre 2020, de l’expertise précieuse et unique de l’INMA sur les métiers d’art et du patrimoine vivant.

L’ECAM Strasbourg-Europe et l’EM Strasbourg lancent « DEVOOS », une formation d’excellence autour des objets connectés

L’ECAM Strasbourg-Europe, grande école d’ingénieurs généralistes et l’EM Strasbourg, grande école de management, s’associent pour créer le Mastère Spécialisé® « Développement de l’Offre d’Objets connectés et services associés » (DEVOOS)

Paris 1 Panthéon-Sorbonne : l’équipe présidentielle est désormais connue

L’équipe présidentielle est désormais connue : Christine Neau-Leduc, présidente de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a nommé les vice-présidents et chargés de mission qui l’accompagneront durant les quatre prochaines années.

Le Bachelor de l’École Supérieure de Tourisme de Y SCHOOLS visé par l’État

Le Bachelor Tourism Management de l’École Supérieure de Tourisme basée à Paris, Metz et Troyes (Y SCHOOLS) vient d’obtenir le visa Bac + 3 délivré par l’État, niveau VI

PACTEbyexcelia en actions : focus sur l’expérience internationale « at home »

PACTEbyexcelia en actions,  focus sur l’expérience internationale « at home » avec des initiatives mises en place dans le cadre du BBA International et du MGE d’Excelia Business School et du Bachelor Management du Tourisme et de l’Hôtellerie d’Excelia Tourism & Hosiptality School.

Audencia ouvre un Centre de Formation des Apprentis (CFA)

Dès la rentrée 2021, Audencia passe à l’étape supérieure en matière d’apprentissage, et devient Centre de Formation des Apprentis (CFA).