Vis ma vie de DG. Thomas Froehlicher partage « son Rennes School of Business ». Sa fierté de directeur, les dossiers les plus importants qui trônent sur son bureau et même ses guilty pleasures sur le campus : il nous raconte son histoire avec l’établissement.

 

Ma première rencontre avec Rennes School of Business

Thomas Froehlicher directeur général de Rennes School of Business – Crédit Rennes SB

La Bretagne c’est d’abord une histoire d’enfance. Tous les ans, un mois d’été de belles colonies de vacances, de la voile et du wind surf dans le Finistère. Mais ma première « vraie » rencontre avec Rennes SB a eu lieu lorsque je présidais un audit EMFD de l’école. Trois journées intensives au cours desquelles j’ai été marqué par sa dimension très internationale, notamment au niveau du corps professoral. Après avoir quitté KEDGE, j’avais envie d’Europe du nord, d’international et d’une école où on ne s’exprimait pas en français. Rennes SB était alors la seule école française qui correspondait à ce projet et je me suis lancé dans l’aventure. Le jour où j’ai passé mon « dernier grand oral » l’AG de la CGE avait lieu dans l’école : il s’agissait d’être discret !  

Mes plus grandes fiertés

Le renouvellement du ComEx avec des collègues venant avec leur expérience d’autres très belles écoles françaises, comme Santiago Garcia notre Dean global school (ex-Grenoble EM) et José Maciel, notre Secrétaire général (ex-Audencia). J’ai repris l’école alors qu’elle était sur une belle trajectoire ascendante et on me demande d’aller jouer dans le Top 10  des business schools. Commencer avec un ComEx aussi divers, talentueux et engagé : un des meilleurs points de départ pour y arriver !  

Les dossiers importants sur mon bureau en 2020

D’abord, la bonne intégration d’Ecricome, même si nous avons dû nous adapter au confinement lié au COVID 19. Ensuite, la diversification d’origines de nos étudiants étrangers dans nos MSc. Nous travaillons notamment sur le Middle East, l’Amérique latine, la Chine et plusieurs pays asiatique que nous avions encore peu cultivés. Nos formations Executive comptent enfin parmi nos priorités : un point fondamental dans le développement de l’école et qui implique une réorganisation complète de nos relations avec les entreprises. Dans le Grand Ouest, économiquement très performant, mais aussi à l’international, avec l’Inde notamment.  

Ambassadeur de l’Ouest

Il me semble que j’ai été adopté par le monde breton et la métropole rennaise ! J’aime cet environnement et faire de l’école son ambassadrice à l’international fait aussi partie de mes missions. C’est ce qu’on attend de cette business school singulière où on ne parle pas breton mais qui valorise la capitale bretonne dans le monde entier. Par sa nature et pour ce qu’elle représente comme terre de découvertes, la Bretagne est un bel imaginaire à vendre à l’étranger. J’ai noué des liens très forts avec évènements locaux. Je suis par exemple ravi d’être partenaire du TedX de Rennes (un des plus grands de France) ou de travailler avec Béatrice Macé, directrice des Transmusicales de Rennes. Last but not least, j’ai la chance d’avoir Jacques Delanoë, président du Stade Rennais dans mon directoire !  

Mon guilty pleasure à Rennes SB 

Quand je suis à Rennes je viens à l’école en vélo et ça me fait beaucoup de bien. C’est une ville cycliste et je suis ravi d’en profiter !  

Mon endroit préféré sur le campus

Notre entrée ornée de beaux (et vrais !) palmiers et le Coworking space créé dans notre dernier bâtiment inauguré il y a un an. Un bel endroit propice aux événements.  

Mon message aux admissibles 

Si  vous voulez faire le choix  de la business school et de la ville qui ont le plus gros potentiel de développement dans les années à venir, vous allez forcément venir à Rennes ! Une ville verte, cycliste, exemplaire dans son ouverture et dans sa capacité à accueillir la diversité avec, en son cœur, l’école sans doute la plus multiculturelle des écoles françaises. Le saviez-vous ? 95 % des professeurs du PGE de Rennes SB sont internationaux.