Dans un monde qui se divise, entre Brexit et conflits diplomatiques, les diplômés en sciences politiques ont toute leur place dans notre société contemporaine. Comment ces citoyens engagés et humanistes accompagnent-ils le monde et les entreprises ? Nos experts répondent !

 

Gabriel Eckert (c) Catherine Schroder – Unistra Strasbourg

Pour répondre aux enjeux diplomatiques d’un monde qui se divise et devient conservateur, les écoles en sciences politiques misent avant tout sur l’humanisme. L’objectif est de former les acteurs d’un monde meilleur en s’attachant à transmettre des valeurs de solidarité, comme l’explique Gabriel Eckert, Directeur de Sciences Po Strasbourg et Président du Réseau ScPo. « Nos diplômés sont à l’écoute du monde et observent le retrait de plus en plus important de l’État dans la société et l’économie. Ils y sont sensibles et souhaitent apporter leur pierre à l’édifice. Leur capacité à penser de manière globale et leur agilité d’esprit leur permettent de pouvoir répondre aux problématiques que rencontre le monde actuel. »

Au secours d’une société divisée…

Gabriel Eckert (c) Catherine Schroder – Unistra Strasbourg

Parce que les États et les organisations ont souvent tendance à répéter les erreurs du passé, les écoles en sciences politiques entendent diplômer des étudiants engagés, citoyens, qui ne perdent pas de vue les enjeux sociétaux. Ainsi, les établissements s’appuient sur l’apprentissage de l’histoire pour former des individus responsables. « Cet enseignement est important, car il permet de comprendre comment le monde change et comment ils peuvent influencer ces changements. Il prévient également les étudiants sur l’intérêt de rester unis pour mener à bien ces transformations. Face aux forces qui poussent au déchirement, nos diplômés sont des militants de la citoyenneté et du collectif », affirme Olivier Brossard, Directeur de Sciences Po Toulouse.

Claire Bourgeois (c) ILERI

Pour Claire Bourgeois Directrice de l’ILERI, l’école des relations internationales, le rôle des experts en sciences politiques est plus important que jamais. « Ce sont des humanistes qui œuvrent pour la construction d’un monde meilleur. Peu de gens savent décrypter l’information et l’analyser comme le font nos diplômés. Leurs qualités de discernement, d’esprit critique et synthèse ainsi que leurs connaissances en géopolitique font qu’ils ont un rôle décisif à jouer dans la société. Ils sont capables de comprendre l’actualité et d’aller au-delà des simples faits. »

… et des entreprises !

P. LE FLOCH (c) IEP Rennes

Au sein des organismes privés, les jeunes experts en sciences politiques sont plébiscités et admirés pour leur agilité intellectuelle et leur capacité à prendre du recul. Grâce à la méthodologie unique de leurs écoles, leur adaptabilité fait de ces diplômés des recrues que toutes les entreprises s’arrachent ! « Avec leur ouverture sur l’international, nos étudiants ont un regard différent d’un manager ou d’un financier. L’environnement économique et sociétal autour duquel gravite l’entreprise est de plus en plus complexe. Grâce à son recul critique, un diplômé de Sciences Po a toute sa place. Il est capable de saisir les freins et les réticences de la population par rapport au déploiement d’une technologie sur un territoire par exemple  », commente Patrick Le Floch, Directeur de Sciences Po Rennes.

Des experts tournés vers l’humain

Les diplômés des écoles en sciences politiques sont donc les acteurs du changement sociétal qui se battent pour réduire les inégalités. Pour inculquer ces valeurs, Sciences Po Toulouse propose des cursus orientés vers la lutte contre les discriminations. « Nous disposons d’un master PDG, pour Politique Discrimination Genre qui permet aux étudiants de s’orienter vers des métiers de conseil ou de chargé de mission dans la lutte contre les discriminations. Nous proposons aussi le programme Risque, Environnement, Sciences Santé qui prépare à des métiers altruistes pour les diplômés qui veulent être utiles à la société. Nos autres cursus forment également les futurs cadres de grandes ONG », nous indique Olivier Brossard.

Pour aller plus loin dans l’ouverture de leurs diplômés, les établissements misent sur l’apprentissage des langues, mais aussi le droit, l’économie, la gestion, l’histoire contemporaine et les sciences politiques. Fort de ces compétences, les étudiants travaillent leur capacité à convaincre au travers de cours de débat et de nombreux oraux. « Il ne faut pas les former uniquement sur le savoir-faire, mais également sur leur savoir-être. Ils sont amenés à devenir des ambassadeurs et ils doivent apprendre comment se comporter et échanger.  Pour cela, ils rencontrent des conférenciers, ils réalisent des simulations comme aux Nations-Unies. Ils apprennent très rapidement à devenir professionnels dans leur démarche. Dotés de cette culture du débat, nous leur expliquons que toutes les opinions sont possibles dès lors qu’elles sont argumentées », précise Claire Bourgeois.

Plébiscités par les entreprises, comme par les ministères, les associations et les institutions publiques, les experts en sciences politiques sont une des clés pour rassembler un monde divisé.

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.