Fiche d’identité :
Thibaut Dambricourt
23 ans
Master 2 chimie à aix-marseille université
la ciotat (13)

 

Sportif chevronné, Thibaut se révèle au 400 m. Classé parmi les meilleurs sprinteurs français de sa catégorie, il reste malgré tout très discret sur ses performances. Ce grand timide qui refuse d’être considéré comme  » sportif de haut niveau « , revient pour nous sur son parcours.

Comme une flèche sur le 400m

Comme une flèche sur le 400m

L’athlétisme, une histoire de famille !
Jusqu’à ses 17 ans, Thibaut pratique le triathlon. A l’approche du Bac, sa mère, ancienne athlète de haut niveau, le pousse à s’inscrire dans un club d’athlétisme pour se préparer au mieux aux épreuves de sport.  » J’ai tout de suite accroché ! Aujourd’hui, c’est plus qu’un passe-temps, cela fait partie de ma vie.  » Après s’être essayé dans toutes les disciplines, il se tourne vers le 400 m, où il réalise ses meilleurs temps. Très vite, il se révèle être un très bon sprinteur et jouit déjà d’un joli palmarès. Mais Thibaut fait preuve d’une grande modestie lorsqu’il parle de ses performances.  » Je n’aime pas le statut de  » sportif de haut niveau.  » J’assume tout à fait mes résultats mais je n’en parle pas forcément.  » En effet, Thibaut brille sur la piste d’athlétisme en remportant les championnats universitaires de cet été et fait partie des 16 finalistes lors des championnats Elite. Il espère un jour être qualifié en équipe de France.  » Pour en faire partie, il faut descendre en dessous de la barre des 46’50 », aujourd’hui, mon record est 46’72 ».  » Pour atteindre son but, le jeune athlète n’hésite pas à mettre sa vie d’étudiant de côté lors des compétitions estivales et hivernales.  » Je dois me reposer pour être prêt à courir le lendemain. Je profite de la période creuse pour voir mes amis.  » Et avec 12h d’entraînement par semaine, on ne doute pas que Thibaut y arrivera !

 

Engagé sur la piste comme dans ses études !
Thibaut concilie parfaitement ses études de chimie aves ses heures d’entraînement.  » Je vis juste à côté de l’Université Aix-Marseille et la piste d’athlétisme jouxte les murs de la faculté. Même si je termine les cours à 18h, je peux être à l’heure pour mon entraînement.  » Lorsqu’il n’est pas en période d’examens, il préfère aller s’entraîner plutôt que travailler ses cours, mais à l’approche des partiels, il se ressaisit et valide ses crédits ! Thibaut a conscience des difficultés que rencontrent les sportifs de haut niveau et n’a jamais songé à arrêter ses études pour se consacrer à l’athlétisme.  » D’une part, mes parents n’auraient jamais accepté et d’autre part, après la retraite sportive, il faudra dans tous les cas que je trouve un emploi.  » Le jeune athlète n’est pas encore définitivement décidé sur le métier qu’il souhaite exercer, même s’il envisage de travailler dans un laboratoire pharmaceutique. Pour autant, ce marseillais pure souche et fervent supporter de l’OM est sûr d’une chose : il continuera à jouer au foot avec ses amis, sa seconde passion !

 

Portrait chinois :
Ton modèle ? J’admire des grands athlètes comme Leslie Djhone.
Ton rêve ? J’aimerais intégrer l’équipe de France et remporter les championnats de France Elite. J’espère toucher du doigt ce rêve l’hiver prochain !
Ta meilleure course ? 46’72 » à Albi le 28 juin 2014 lors des championnats de France.
Ton pêché mignon ? Le chocolat ! Je n’y résiste vraiment pas.
Ce qui t’agace ? François Hollande !
Tes 3 qualités ? Digne de confiance, doux et serviable.

 

Olympe Muller