Pédagogie et innovation : pouvoir innover, ou savoir innover ? 

pédagogie innovation

Les projets innovants naissent par la projection d’une stratégie, et pas au fil de nos lubies. L’innovation démarre par l’idéation, mobilisant plusieurs intelligences par la gestion de projet. Puis on passe de l’idée au prototype, en intégrant les impacts sur les êtres vivants, l’environnement et la société. Enfin, la standardisation des caractéristiques et savoir-faire garantit dans le temps l’innocuité des solutions et la satisfaction des usagers. Faute de formation à la pédagogie, l’enseignant mobilisera une énergie considérable en risquant un douloureux échec.  

Peut-on encore innover dans l’enseignement supérieur ?

La pédagogie est un fabuleux champ d’innovation, outillé par la publication et les congrès. Lorsque les personnels sont formés et échangent leurs expériences, ils innovent joyeusement. Hélas, les jeunes docteurs ont une expérience limitée de l’enseignement, et apprennent trop souvent par compagnonnage.  Loin de l’illusoire interdiction de l’usage de ChatGPT, l’enjeu, c’est d’exploiter pédagogiquement l’IA générationnelle. Un défi pour nos enseignants ! 

La pédagogie dépend des matières, et des publics. Il faudra tantôt immerger (travaux pratiques, pédagogie inversée, renversée) pour comprendre des mécanismes, tantôt travailler en groupe (AAP, APP), pour s’entraider. L’usage du numérique est un appui, pour vérifier la compréhension, évaluer ensemble des présentations, effectuer des recherches. La dissémination de ces expériences en congrès (QPES, EDUCON, ICL…) nous « sort de la caverne » et ouvre nos possibles. 

L’enseignant du supérieur doit savoir mettre en perspective, et impacter durablement l’esprit des étudiants.  

Dans un monde numérisé basé sur un zapping suggéré, la rémanence des apprentissages est un Graal. Le pédagogue peut créer des ancrages mémoriels visuels, auditifs, émotionnels, sensoriels, cinétiques. Obliger à être actif et prendre des notes au stylo a encore un sens : on a démontré que l’écriture est plus performante que le clavier ! L’expérience humaine au sein du campus et de la gouvernance est aussi source d’innovation. Changer sa posture, en considérant l’étudiant comme un alter ego, dont le potentiel de talent est au moins aussi fort que le sien, permet d’innover efficacement.  Penser l’étudiant comme un client vous conduira sans doute à ne pas le laisser accéder à toute la mécanique de pilotage de l’établissement. Vous devrez développer des études d’image pour deviner ce que votre étudiant pense, ressent et propose. Utile ? Oui. Suffisant ? Non.  

L’innovation sur la relation aux étudiants

Ce socle est chamboulé par l’innovation sur la relation aux étudiants. Les rendre partenaires de l’établissement ouvre à l’humilité et à la sincérité. Voici quelques innovations managériales qui peuvent en découler :  

  • Construire et décliner ensemble les valeurs, pour les projeter dedans et dehors ; 
  • Donner du sens au règlement et le faire évoluer à partir de l’expérience vécue ; 
  • Ouvrir la gouvernance, construire ce qu’on ambitionne et le réussir ensemble ; 
  • Partager nos méthodes de développement personnel, et s’entraider ; 
  • Revoir les espaces pour travailler comme dans les entreprises à forte QVT… 

Nos innovations sont capitalisées grâce aux évaluations externes. 

L’innovation est une matière qui passionne les étudiants, car elle ouvre les possibles et évite de se sentir « venu trop tard dans un monde trop vieux ». En miroir, elle stimule les personnels. Nos avancées pédagogiques et institutionnelles sont évaluées, et peuvent devenir de bonnes pratiques intégrées aux référentiels d’évaluation. Fermez les yeux. Imaginez un de vos étudiant.e.s dans 20 ans. Il fait la une et vous rêvez qu’il intègre votre conseil de perfectionnement… Ouvrez les yeux et observez votre façon d’enseigner, de gouverner et de vivre votre campus… N’y a-t-il rien à imaginer ? 

L’auteur est Florence Dufour, Directrice honoraire de l’EBI, Présidente de l’union professionnelle de l’enseignement supérieur

pédagogie innovation

Pour aller plus loin  

Cahiers pédagogiques

ANCTIL Dave, L’éducation supérieure à l’ère de l’IA générative

EDUCON   

ICL

QPES  

VINCENT Claude, Mémoire : le pouvoir de la main, Les Echos (4 décembre 2020) 

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter