Makers’ project : la RSE à l’emlyon business school dans l’objectif de six étudiants du PGE

Makers' project emlyon
De gauche à droite : Pia Barhouche, Victoria Carlisle, Clara Hubert, Angélique Grimault, Inès Anseur, et Morgane Picard

C’est un passage obligé à l’emlyon business school ! Chaque étudiant du PGE doit réaliser un Makers’ project pour valider son diplôme. Créativité, expertise, esprit d’entreprendre… La recette pour mener à bien son projet. Celui choisi par Morgane Picard et Pia Barhouche ainsi que quatre autres étudiants de la business school est pile dans l’actualité : caméra à l’épaule, ils s’attaquent au sujet de la RSE sur le campus. Les deux étudiantes nous en disent plus.

Makers' project emlyon
Morgane Picard

Racontez-nous la genèse du Makers’ project à l’emlyon ?

A l’emlyon, il faut valider un Makers’ project au cours de sa scolarité. Il peut prendre n’importe quelle forme, avec cependant des critères à remplir en termes de formats et rendus. Il faut notamment fournir des éléments pour prouver que le projet a fonctionné ou pas et pourquoi.

Parlez-nous de votre projet.

Nous sommes six étudiants en 2A du PGE. Nous avons choisi un format vidéo pour réaliser un reportage sur le sujet de la RSE à l’emlyon. Nous souhaitons interviewer des membres de l’Administration, Sylvie Jean (la directrice du Programme Grande Ecole), des présidents d’associations, des étudiants, etc. Le but est d’avoir une vision à 180°C du sujet de la RSE au sein de l’école.

Pourquoi avoir choisi ce sujet ?

Morgane : Nous sommes tous les six engagés d’une manière ou d’une autre dans des associations en rapport avec la RSE ou concernés dans notre vie privée. Nous sommes deux membres de l’association Noise qui promeut l’entrepreneuriat social et l’environnement et deux autres étudiants sont responsables RSE au sein de leur association.

Pia : Moi je suis très engagée dans ma vie personnelle, je m’intéresse au recyclage et dans mon groupe d’amis je suis celle qui parle le plus des questions d’écologie. Ça m’intéresse et me tient à cœur.

Pourquoi avoir choisi le format vidéo ?

Makers' project emlyon
Inès Anseur

Pia : C’est un format plus vivant, qui attire l’attention et met un visage sur les personnes interviewées, plus qu’un article écrit par exemple.

Morgane : Ce format me plaît beaucoup. Je m’occupe de la communication de Noise et j’ai également fait des stages durant lesquels j’ai réalisé des vidéos. On a tous aussi une certaine appétence pour le créatif.

TEASING ! Quelle place tient la RSE au sein du campus ?

Morgane : Lorsque j’ai passé le concours de l’emlyon, je ne pensais que pas que l’école faisait autant de choses sur le sujet : le recyclage est très bien organisé, il y a un service RSE au sein de l’Administration qui fait le lien entre les associations, les étudiants, etc. La RSE est aussi intégrée dans chaque cours. Il faut enfin valider 50h d’engagement responsable dans le cadre de nos études.

Pia : Dans notre vidéo, on couvre aussi quelques événements, comme des collectes de déchets par exemple. La RSE est vraiment intégrée au quotidien des associations, même celles qui de prime abord en paraisse éloigné.  

Où en êtes-vous aujourd’hui dans votre projet ?

Makers' project emlyon
En reportage avec l’association Randossage

Nous avons commencé à tourner et à monter. Le but est d’être prêts à diffuser la ou les vidéo(s) mi-mai, au moment des épreuves orales des concours, et de les diffuser dans des médias en rapport avec l’enseignement supérieur et au sein d’emlyon.

STAY TUNED : Les vidéos du Makers’ project de l’emlyon seront publiées sur le site dès leur sortie !

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter