Chaque école adopte sa terminologie pour exprimer une offre de spécialité différenciante. A l’École nationale supérieure de chimie de Clermont-Ferrand (ENSCCF), ce sont des « parcours » qui sont bien sûr étroitement connectés à nos compétences en matière de recherche et répondent aux besoins des entreprises et industriels du secteur qui recrutent nos jeunes diplômé-e-s.

Ils constituent des groupes cohérents de modules d’enseignement qui permettent aux élèves-ingénieur-e-s d’acquérir des compétences spécifiques dans un domaine technologique particulier. Dès la seconde partie de la 2ème année du cycle ingénieur, ils permettent à l’élève d’approfondir les domaines vers lesquels il souhaite orienter son début de carrière. Le stage ingénieur de fin d’études (6 mois en France ou à l’étranger), ciblé dans une entreprise du secteur concerné, complète de façon déterminante la formation.

 

ALORS, COMMENT CHOISIR ?
La préférence du « parcours » se fait au regard de son projet professionnel. Elle se base au départ sur une appétence qui détermine le choix d’une école.
GARY (DIPLÔMÉ ENSCCF 2012) « J’ai choisi Chimie Clermont pour pratiquer la chimie organique »
« En prépa, on a une vision macro. Mais les cours de chimie orga m’ont séduit, les travaux expérimentaux associés répondaient à mon sens du concret. J’ai passé naturellement les Concours Communs Polytechniques où émargent l’ensemble des écoles d’ingénieurs en chimie et génie chimique de la Fédération Gay-Lussac (FGL). Admissible, mon choix final a été déterminé par l’offre de majeures/options/parcours des différentes écoles. »

 

RÉVÉLER LES TALENTS ET LES ACCOMPAGNER DANS LEUR RÉALISATION
Cette orientation est ensuite confortée et affinée progressivement dès l’intégration à l’Ecole. Conférences, table-rondes, forums des carrières, visites de sites industriels, projets tutorés,… sont autant d’occasions de mieux appréhender un métier, un secteur d’activité, de partager des expériences, une solidarité et de l’enthousiasme ! Les stages, moments privilégiés de rencontre du monde professionnel et de formation par l’action, sont des outils déterminants de cette construction. Ces périodes d’immersion dans l’entreprise sont un terrain d’expérimentation réelle pour le futur ingénieur qui acquiert à cette occasion, un savoir-être professionnel porteur de valeurs humaines.
« Inventeur des médicaments de demain »
« J’ai [Gary] choisi de mettre la chimie organique de synthèse au service du Vivant et en particulier du secteur de la pharmacie. Mes stages ont été un fil conducteur de mon projet personnel : « Stage exécutant» chez Boiron, « stage recherche » à l’Université de Hull (UK) et enfin « stage ingénieur » pour Sanofi en développement de procédés. » Aujourd’hui, Gary est doctorant à l’ENSCCF et travaille à la « synthèse d’inhibiteurs originaux spécifiques des protéines à domaine PDZ à visée antalgique » (ICCF équipe Conception Et Synthèse de Molécules Antalgiques, UMR CNRS). Son projet de recherche est soutenu par la Région Auvergne et s’inscrit dans un partenariat étroit avec l’Institut Analgesia, premier institut français d’innovation contre la douleur dont l’ENSCCF est fondateur. Si le parcours de Gary ressemble à un « long fleuve tranquille », le chemin qui conduit au choix final peut être moins direct mais tout aussi déterminé.

CÉLINE (ENSCCF 2013) choisit la chimie dès le Bac et suit le cycle préparatoire intégré de la FGL à Rennes.
« J’ai choisi l’ENSCCF pour ses 3 parcours dans 3 domaines très différents : Chimie Organique Fine et Industrielle, Matériaux Hautes Performances, Génie Chimique. Après une année césure chez Dow Agrosciences, j’ai résolument opté pour les Matériaux et occupe aujourd’hui un poste d’ingénieur R&D chez Excell en Grande-Bretagne. »

La diversité des parcours des écoles d’ingénieurs répond aux besoins des entreprises : former des ingénieurs aux compétences variées au service du développement économique.

 

Par Sophie Commereuc
Directrice de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Clermont-Ferrand (ENSCCF)