Currently set to Index
Currently set to Follow
POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

L’interview de Bénédicte Durand, administratrice provisoire de Sciences Po

Interview de Bénédicte Durand administratrice provisoire de Sciences Po
©Didier Pazery

L’heure de la rentrée a sonné à Sciences Po ! L’heure a également sonné pour Bénédicte Durand de faire un premier bilan de son expérience depuis la prise de ses fonctions en tant qu’administratrice provisoire de Sciences Po, nommée par Frédérique Vidal le 10 février 2021. Interview réalisée en juillet 2021.

Vos premiers projets en tant qu’administratrice provisoire ?

Le premier était d’assurer la continuité pédagogique jusqu’à la diplomation de la promotion 2020-2021, marquée par un an de pandémie et de cours en format hybride. Objectif rempli ! La crise sanitaire ne nous a pas empêchés de délivrer notre diplôme et de célébrer cette fierté collective. Le deuxième objectif concerne la mise en œuvre, dès la rentrée, de notre plan d’action contre les violences sexuelles et sexistes, suite au rapport du groupe de travail présidé par Danièle Hervieu-Léger. Nos équipes font preuve d’une mobilisation exceptionnelle afin d’apporter des résultats concrets. Enfin, j’ai pris mes fonctions dans un moment chahuté de l’institution. J’ai à cœur de restaurer la confiance collective en notre gouvernance, tout en menant à bien les chantiers stratégiques, tels que la réforme des admissions, l’augmentation des boursiers admis et la diversification des lycées dont sont issus les candidats.

« Sciences Po n’est pas un mythe ni un rêve inatteignable, c’est un établissement qui vous accueille si vous avez envie d’y réaliser votre projet d’engagement. »

Quel premier bilan tirez-vous de cette expérience ?

Je suis très heureuse de ce premier bilan qui prouve que l’établissement ne lâche rien sur son exigence d’excellence, malgré l’incertitude de la pandémie qui a obligé des milliers d’étudiants à suivre des cours en distanciel. Ces derniers mois ont démontré que nos fondamentaux – excellence et ouverture sociale – sont solidement ancrés, quoi qu’il arrive.

Quels engagements de Sciences Po vous rendent fière de le représenter aujourd’hui ?

Son identité d’université et sa liberté académique. La tentation simpliste de faire de Sciences Po un objet politique doit cesser au profit de sa reconnaissance en tant qu’acteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Le cœur de mon engagement professionnel a toujours été clair : servir un modèle éducatif performant pour garantir la réussite des étudiants.

>>>> Pour aller plus loin : faites le tour de France des Sciences Po !

A quoi ressemble votre relation avec les étudiants ?

Ils sont la raison pour laquelle je suis venue travailler ici. Les étudiants de Sciences Po sont incroyablement bons ! Ils me donnent de l’énergie et de la force face aux difficultés. Le message d’un étudiant de l’École d’affaires publiques, qui me disait être heureux de la cérémonie de remise de diplômes, m’a fait énormément plaisir. Son histoire m’a marquée : il vient d’un petit village du Béarn, son père est éleveur, un milieu où faire Sciences Po était fou. Peut-être est-ce aussi parce qu’il a le même nom de jeune fille que ma mère ! Je ne lui ai jamais dit. J’espère seulement qu’il sait la motivation qu’il m’a donnée.

3 bonnes raisons de choisir Sciences Po quand on est étudiant selon vous ?

#1 Le sentiment d’être utile en agissant face aux défis sociétaux.
#2 L’excellence en sciences humaines et sociales, afin d’avoir toutes les clés pour décrypter les vérités du monde.
#3 L’engagement collectif des étudiants qui peuvent laisser parler, au sein de leur cursus, leur imagination, leur créativité et leur envie d’avoir un impact positif sur la société, ensemble.

La pépite que vous aimeriez nous présenter ?

Le cours de sociologie de 1ère année, assuré par Pierre François. A la fois professeur et doyen de nos jeunes chercheurs, plein de vitalité pédagogique, il enseigne ses cours de façon originale. Il parle de cinéma, de musique, donne les contenus avant de retrouver les étudiants pour les questionner, en salle de cours ou sur le terrain. Les étudiants étaient par exemple partis enquêter sur la pratique de la voyance dans les rues de Paris. C’est ça l’esprit Sciences Po !

Votre endroit préféré sur le campus de Paris ?

Le jardin du 27. En mars, alors que nous avions des nuages noirs au-dessus de la tête, j’ai eu envie de ramener le soleil sur le campus. On a installé des tables de jardin colorées pour essayer d’égayer le quotidien des étudiants. Ainsi reprend la vie.

Interview de Bénédicte Durand administratrice provisoire de Sciences Po
©Sciences Po
Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Interview Vincent Laflèche Mines

Pourquoi Mines Paris a-t-elle un coup d’avance ?

Plus de deux fois centenaire et pourtant toujours aussi contemporaine. A la pointe de la recherche et de l’innovation, Mines Paris-PSL est aujourd’hui plus que jamais en phase avec les enjeux de demain. Vincent Laflèche, directeur général de Mines Paris I PSL nous explique pourquoi l’école d’ingénieurs qu’il dirige depuis 2016 a toujours un coup d’avance.

Lire la suite »

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter