La première émission d’obligation souveraine verte, dont les fonds collectés sont exclusivement destinés à des projets qui luttent contre le réchauffement climatique, par Agence France Trésor a eu lieu le 24 janvier 2017 pour un montant de 7 milliards d’euros. Depuis, son encours a dépassé les 20 milliards d’euros. Ce succès n’est pas réservé à la France. En effet, en à peine 5 ans, depuis la COP21 à Paris, le nombre d’émissions d’obligations vertes a dépassé les 5000 dans une trentaine de devises à travers le monde pour un total de 500 milliards de dollars.

 

Cela témoigne de l’engouement des investisseurs pour les projets permettant un impact écologique positif, et, d’une manière générale, pour le développement d’un écosystème responsable et durable. De quelle manière, ces innovations financières aident à favoriser la transition énergétique ?

 

Investir en se basant sur le critère de l’impact écologique

Les entreprises opérant dans les secteurs de l’énergie ou du transport font partie des émetteurs les plus importants. Elles se financent à des conditions favorables car les investisseurs acceptent de payer, en général, une prime, qu’on désigne par greenium*. Le développement de plusieurs fonds de gestion collective engagés dans la mobilisation des capitaux pour soutenir les entreprises en phase avec les enjeux environnementaux, sociaux et gouvernance (ESG) reflète également la mobilisation du secteur financier dans son ensemble pour une finance responsable. C’est ce qu’on appelle de l’impact investing*. L’objectif est de générer à la fois des rentabilités financières et des externalités positives. Dès lors, les décisions d’investissement, de financement et de gouvernance d’une entreprise ne se basent plus exclusivement sur le critère de la rentabilité, mais, désormais, également sur le critère de l’impact écologique.

Ces financements rencontrent toutefois un double défi : trouver des projets pertinents qui ont un impact écologique positif net, et s’assurer que les fonds collectés sont bien alloués à des projets écologiques dédiés. Or, toutes les étapes nécessaires pour qualifier des projets et/ou vérifier l’utilisation des fonds atténuent l’efficacité de ces nouveaux instruments financiers.

Innover grâce à de nouvelles solutions financières

L’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique exige le développement de nouvelles solutions financières afin d’attirer plus rapidement les capitaux vers les entreprises. Parmi ces innovations, il y a les emprunts liés à la performance en terme de durabilité réalisée par les entreprises. La société italienne ENEL a émis le 6 septembre 2019 la première obligation de type SDG, Sustainable Development Goals (Objectifs de Développement Durable – ODD)[1] pour un montant de 1,5 milliard de dollars. Cette obligation paie un taux de coupon[2] supplémentaire de 0,25 % si le pourcentage de capacité installée d’énergie renouvelable ne dépasse pas les 55 %. Ce produit présente l’avantage de ne pas être contraint à spécifier les types de projets qui seront financés, tout en économisant les coûts de vérification quant à l’utilisation des fonds. Le succès auprès des investisseurs (la demande a été trois fois plus importante) a incité Enel à renouveler l’opération le 10 octobre pour un montant de 2,5 milliards d’euros. Des produits financiers autres que les obligations sont également développés. Par exemple, la société SBM Offshore a récemment utilisé un contrat swap, Sustainability Improvement Derivative (SID), dont le spread de crédit augmente ou baisse selon la performance réalisée en matière de ESG.

La finance innovante est ainsi au service de la lutte contre le problème majeur auquel nos sociétés font face.

 

crédits NEOMA Business School

Sami ATTAOUI est Professeur Associé de Finance à NEOMA BS. Il est titulaire d’un doctorat et d’un master en Finance de l’université de Paris Panthéon-Sorbonne. Sa recherche s’intéresse à la Structure de capital, L’allocation d’actifs, et La modélisation des taux d’intérêt. Il a publié dans des journaux tels que Journal of Corporate Finance, Financial Management, Revue Finance, et International Journal of Theoretical and Applied Finance.

 

[1] Il y a 17 objectifs établis par les Nations Unis

[2] Le taux d’intérêt payé aux investisseurs détenteurs de ce titre.

Paris School of Business publie le livre blanc « Agir dans un Monde COVID »

Fruit d’un travail collaboratif du laboratoire de Recherche de la Paris School of Business, le livre blanc « Agir dans un Monde COVID » est un outil de décryptage indispensable pour les citoyens et acteurs économiques. Plusieurs thématiques sont abordées parmi lesquelles : le management de la santé, la digitalisation du travail et de l’éducation, le devenir des secteurs économiques atteints par la crise, mais également les relations humaines et le vivre-ensemble. 

CNES : visez la lune !

« Lancez-vous dans l’espace, les opportunités sont illimitées », lance aux étudiantes Caroline Laurent, Directeur des Systèmes Orbitaux au CNES.

Management et parité : le pari gagnant de Chiesi

Directrice de la Business Unit spécialités hospitalières du groupe pharmaceutique Chiesi depuis deux ans, Agnès Callies prône un management de l’écoute et de l’exigence, à l’image de cette entreprise familiale.

Chez Digiposte, autorisez-vous à être ambitieuses !

Des métiers techniques oui, mais qui n’excluent pas les collaboratrices ! Chez Digiposte, service du Groupe La Poste qui propose un service de coffre-fort numérique, les femmes ont toute leur place.

La Banque de France, c’est 1001 métiers pour vous réaliser !

Les Systèmes d’Information ne sont pas qu’une affaire d’hommes ! Isabelle Thouzery, directrice générale adjointe de la direction des SI à la Banque de France a à cœur d’attirer les talents féminins dans ses équipes.

AXA Group Operations : féminisez les technologies de pointe !

« Venez féminiser nos équipes d’experts » lance Violaine Gomar, Secrétaire Générale & Chief Risk Officer chez AXA GO

[Experts] Demain, l’enseignant sera-t-il toujours face à des étudiants ?

Tous les secteurs d’activités opèrent des mutations qui concernent aussi bien les relations, les usages, et les technologies. L’éducation n’est pas restée à l’écart de cette transformation.

[EXPERT] Filles & garçons dans l’enseignement supérieur : je t’aime moi non plus ?

L’égalité filles-garçons progresse nettement dans l’enseignement supérieur. Toutefois les polémiques récentes viennent souligner la persistance du sexisme ordinaire et d’une certaine représentation de la masculinité

AUTOLIV NCS : gonflez votre carrière dans une industrie en pleine mobilité

« N’attendez plus pour rejoindre l’industrie automobile et ses innovations permanentes », assure Hadhoum Hamida, DRH AUTOLIV NCS

AstraZeneca : soigner votre carrière

Le groupe pharmaceutique anglais compte une majorité de femmes dans ses équipes explique Marisol Urbieta, Directrice des Affaires Médicales Oncologie d’AstraZeneca