Les open-spaces et flex-offices ont envahi les entreprises. Ces espaces aérés, lumineux, végétalisés et harmonieux (à l’esthétique toute scandinave généralement) seraient une réponse aux attentes des Millenials. A y regarder de plus près, la réalité est tout autre… 

 

Les Millenials – ces salariés de moins de 35 ans – ne souhaiteraient plus travailler dans des bureaux individuels fermés mais plutôt dans des espaces ouverts et collectifs ressemblant à un second ‘chez eux’…Cette séparation entre la maison et le travail se traduit aussi dans les nombreux services additionnels offerts dans ces lieux (restaurants, salles de jeux et de repos, crèches d’entreprise, etc.).

Ces espaces de travail sont donc conçus comme un moyen d’attirer, de motiver et de retenir les jeunes salariés réputés comme peu attachés à leur entreprise. Ainsi, ils correspondraient à leur façon de travailler, plus collaborative, plus flexible et plus agile que celle de leurs aînés : autant d’atouts que les entreprises entendent bien encourager.

Qu’en est-il vraiment ?

Tout d’abord, les Millenials sont effectivement plus sensibles que leurs aînés à la qualité de leurs espaces de travail. Ainsi 53% d’entre eux[1] considèrent que ce point est un critère important lors du choix de l’entreprise (contre 37% pour les plus de 35 ans). Il est donc légitime que les entreprises conçoivent leurs espaces de travail comme des facteurs d’attractivité de leur marque employeur.

Cependant, ce n’est pas parce que les Millenials vouent une grande importance à leur lieu de travail que les entreprises doivent automatiquement le faire évoluer :

  • Premièrement, les salariés ne sont pas tous des Millenials et comptent aussi des générations X, voire encore des baby-boomers. Il s’agit donc de penser des espaces de travail intergénérationnels qui conviennent à tous.
  • Deuxièmement, ces aménagements ont un coût… qui doit se traduire par un gain de performance économique ou sociale. À ce titre, l’open office reste, de façon générale, un mode d’organisation à éviter car il tend à diminuer les interactions directes[2] entre les salariés, leur productivité[3], à augmenter leur sentiment de mal-être[4] et, au final, il se révèle souvent plus coûteux que les bureaux individuels malgré la réduction d’emprise foncière qu’il permet.

En outre, quand les Millenials décrivent leur espace de travail idéal, c’est le bureau fermé individuel qui l’emporte (45%)… devant le bureau fermé partagé (21%) ou encore l’open space (10%). Le flex office (5%) apparait quant à lui très loin derrière ! L’open office et le flex-office – qui sont souvent présentés comme une réponse aux attentes des jeunes salariés – ne sont donc souhaités respectivement que par 1 Millenial sur 10 et 1 Millenial sur 20[5] !

Il est donc urgent de se détacher des visions stéréotypées pour réfléchir aux configurations les plus adaptées aux attentes et aux besoins réels de tous les salariés. Ils doivent d’ailleurs être étroitement associés à la réflexion afin de définir avec eux les espaces qui répondront au mieux aux exigences de leurs tâches quotidiennes.

en savoir plus sur les auteurs :

 

© P. Cauneau / Audencia

Thibaut Bardon, Professeur en Management et Responsable de la recherche en Management à Audencia Business School

 

© F. Sénard / Audencia

Nicolas Minvielle, Professeur en stratégie et design et responsable du MS Marketing, Design et Création à Audencia Business School

 

[1] Etude ParisWorkPlace SFL/IFOP (2019): « Quand les interactions au bureau créent de la performance » : https://www.parisworkplace.fr/wp-content/uploads/2019/06/Etude-PWP-2019.pdf
[2] Etude ParisWorkPlace SFL/IFOP (2019): « Quand les interactions au bureau créent de la performance » : https://www.parisworkplace.fr/wp-content/uploads/2019/06/Etude-PWP-2019.pdf

[3] Al Horr, Y., Arif, M., Kaushik, A., Mazroei, A., Katafygiotou, M., & Elsarrag, E. (2016). Occupant productivity and office indoor environment quality: A review of the literature. Building and environment, 105, 369-389 : http://usir.salford.ac.uk/id/eprint/39106/3/BAE-D-16-00533_final%20manuscript(1).pdf

[4] Oommen, V. G., Knowles, M., & Zhao, I. (2008). Should health service managers embrace open plan work environments?: A review. Asia Pacific Journal of Health Management, 3(2), 37 : https://search.informit.com.au/documentSummary;dn=424236471220718;res=IELAPA

[5] Source : Les Millenials au travail : Au-delà des idées reçues’, Etude CBRE : https://www.cbre.fr/-/media/cbre/countryfrance/documents/experience-immo-millennialsautravail.pdf

StopCovid : les questions que vous vous posez

A partir du 2 juin 2020, le gouvernement français mettra en place l’application mobile StopCovid qui signalera à ses utilisateurs un contact éventuel avec une personne contaminée par le Covid-19.

Les Millennials s’engagent : la preuve sur le terrain

Service Civique, V.I.E. & co : les jeunes français sont au taquet pour se mettre au service des autres tout en gagnant en compétences professionnelles. La preuve !

Le doute : l’arme fatale contre les fake news

Les fake news vous envahissent ? Faites place au doute et célébrez l’esprit critique

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

[La gueule de l’emploi] Les soft skills à maîtriser pour être recruté à coup sûr

62 % des dirigeants et managers sont prêts à recruter principalement sur la base des soft skills. Alors plus question de négliger ses « compétences douces » quand on cherche un job

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

Sport VS Covid : le match

Comment se portent les métiers du sport en période de crise sanitaire et économique ? C’était l’objet de la table ronde de La Sports Management School sur BeSport.

Reconversion professionnelle : ils ont osé !

C’est décidé, ils ont changé de vie ! Découvrez trois témoignages d’étudiants qui ont décidé de changer leur avenir professionnel.