Communiqué de presse :

Deux ans avant la pandémie de Covid-19 et les bouleversements qu’elle engendre, SKEMA décidait d’introduire dans le Programme Grande Ecole le dispositif de continuum ThinkForward (en français « penser demain ») destiné à questionner les grands enjeux contemporains sous le prisme de la géopolitique, de l’économie et de la philosophie. Aujourd’hui, SKEMA va encore plus loin dans cette démarche en lançant le parcours « consilience ».

 

 

La réponse aux enjeux de nos sociétés

 

Dans un monde de plus en plus complexe, les futurs managers doivent être capables de développer des stratégies associant plusieurs champs disciplinaires mais aussi de donner sens à leur action en l’inscrivant dans les grandes préoccupations de notre temps : l’éthique (dimension individuelle), la responsabilité (dimension interpersonnelle) et l’environnement (dimension globale).

Mis en place à la rentrée 2020 dans le Programme Grande Ecole SKEMA, le parcours « Consilience », répond à l’ensemble de ces enjeux. La consilience désigne la « convergence des savoirs » ; c’est une approche qui confère aux étudiants la capacité de manier une palette étendue de savoirs. En combinant sciences de gestion, sciences sociales, sciences politiques mais aussi sciences de la donnée, il devient possible de mieux appréhender une situation complexe et la traiter.

 

 

Un parcours pensé autour de trois piliers

 

Construit autour de multiples activités, ce parcours a été pensé autour des trois piliers de ce que l’école appelle le SKEMA Way of Learning (SKWoL), une méthode d’enseignement qui lui est propre.

 

Pilier I : être auteur

Tous les étudiants du parcours Consilience rédigent des articles dont les meilleurs sont publiés sur le site Knowledge de SKEMA, dans la rubrique « Consilience », dirigée par R. Desbordes et F. Munier. D’autres activités de recherche et d’écriture sont proposées : Civilisation & Progress Studies, Critical Thinking, organisation de colloques, participation à des événements tels que Le Printemps de l’Economie, mais aussi la co-construction de savoir avec les professeurs, qui amène les étudiants non seulement à intervenir durant les cours sous forme de Press Reviews mais aussi à réaliser un cours entier devant leurs camarades en M1.

Pilier II : une pédagogie innovante

Deux méthodes pédagogiques originales sont employées : la pédagogie expérientielle à travers la participation à des Learning Expeditions (l’une au Sénégal, l’autre en Ouzbékistan et une prochainement en Géorgie) pour y découvrir l’écosystème entrepreneurial d’un pays et son milieu culturel.
Deuxième axe qui est la clé de la réussite de ce parcours : le mentoring. Sur le modèle Oxbridge, les professeurs deviennent des mentors, disponibles en permanence pour leurs étudiants pour les aider à comprendre, analyser, entreprendre les différentes tâches qu’ils ont choisies de réaliser.

 

Pilier III : l’hybridation des savoirs

Elle est constante et constitue la marque de fabrique du parcours et par extension de l’école. Les étudiants sont invités à développer une approche à 360 degrés des questions qu’ils étudient.

 

« Sous la direction de Rodolphe Desbordes et Frédéric Munier, le parcours Consilience n’a pas d’équivalent dans le monde des grandes écoles. Il s’insère dans le continuum des cours que nos deux professeurs dispensent : en Semestre 1 (« Grands enjeux géopolitiques »), en Semestre 2 (« Grands enjeux de consilience ») et en Semestre 3 (« Global Economic Issues »). Les étudiants qui souhaitent approfondir et mettre en pratique la consilience peuvent intégrer le parcours en Semestre 2 et/ou en Semestre 3 » indique Patrice Houdayer, Directeur des Programmes, de l’International et de la Vie étudiante à SKEMA.

 

Frédéric Munier, professeur de géopolitique et Rodolphe Desbordes, professeur d’économie à SKEMA analysent le contexte dans lequel ces innovations pédagogiques sont mises en place dans le Programme Grande Ecole et l’objectif poursuivi du point de vue de l’étudiant : « Nous traversons une époque où les droits humains sont menacés, paradoxalement dans les démocraties qui les ont pourtant fait naître. Quant au progrès, il est partout autour de nous mais fait en même temps l’objet d’une défiance croissante. A la croisée de ces deux phénomènes on trouve l’essor de l’illibéralisme politique, des fake news, des risques de montée aux extrêmes, le retour galopant des identités réelles ou fantasmées. In fine, notre démarche pédagogique se situe dans une logique de Student empowerment. Il s’agit de donner aux étudiants les outils et les techniques pour comprendre le monde et agir ». 

 

Pour Doudja Abbas Terki, étudiante en première année du Programme Grande Ecole (M2) « Frédéric Munier et Rodolphe Desbordes nous poussent à réfléchir sur des sujets à contre-courant et même polémiques comme la théorie du « grand remplacement », sujet que nous avons traité avec mes camarades par le prisme de la musique urbaine et populaire. Nous avons d’abord cherché à comprendre l’argumentation des défenseurs de cette théorie d’extrême-droite afin d’apporter une réponse visant à la déconstruire. Je trouve vraiment superbe qu’à SKEMA on puisse être libre de parler et réfléchir sur tout ! »

 

Pour Etienne Loos, étudiant en 3e année du programme Grande Ecole de SKEMA (M2) « le dispositif ThinkForward, au cœur de la stratégie de continuum entre la classe préparatoire et l’école de management, pousse les étudiants à réfléchir, penser et comprendre les interactions qui organisent notre monde. A titre plus personnel, j’ai eu la chance de participer à la Learning Expédition au Sénégal. Pouvoir étudier sur le terrain les spécificités de l’écosystème entrepreneurial dakarois fut une expérience formidable et particulièrement valorisante dont je garderai un souvenir impérissable. »

 

 

 

A lire aussi :

Nouveau Double Diplôme entre SKEMA et HEC Montréal (mondedesgrandesecoles.fr)