Depuis 2010, les équipes de recherche de l’ISEP travaillent sur les sujets forts du Big Data. L’école intègrera d’ailleurs le Big Data officiellement dans son programme du cycle ingénieur dès la rentrée prochaine, en plus du module électif déjà dispensé et la formation continue offerte à l’ISEP.

LE « PÉTROLE DU 21E SIÈCLE »
L’utilisation d’internet et la numérisation de l’information génèrent des données massives qui – analysées correctement – peuvent avoir une grande valeur pour les entreprises. Dans un monde où l’information est quasi immédiate et en constante évolution, les outils pour transmettre et stocker les données se doivent d’être de plus en plus performants. Toutefois, à ce jour, les technologies existantes ne permettent pas d’analyser en temps utile ces données de manière systématique et automatique, il faut donc adapter au cas par cas les données et les traduire, en vue de prévoir les tendances, réagir vite et prendre des décisions le plus rapidement possible. C’est pour cela que de nouveaux métiers émergent, comme par exemple Data Analyst, Data Scientist et Chief Data Officer, pour analyser et gérer ce flux de données massives, et ce pour répondre aux besoins de l’entreprise. Ces compétences restent rares et très prisées, car cela touche à la fois à l’information (programmation parallèle en temps réel), les mathématiques appliquées et les statistiques (pour extraire et analyser les données), et un besoin métier (que l’on acquiert dans la réalité d’une entreprise donnée). Adopter le Big Data aujourd’hui revient cher, car il faut pouvoir créer un cloud privé d’entreprise et un propre cluster d’analyse des données massives. Mais les retours sur investissement et les possibilités d’utilisation sont tels que nombres d’entreprises sautent le pas et se mettent à l’heure du Big Data.

 

« Le Big Data se définit essentiellement par des mots en V : Vitesse, volumétrie, variété, et véracité. Il est impératif que les ingénieurs du numérique de demain aient une connaissance solide de cette nouvelle façon de traiter et d’analyser les données qui se développe extrêmement vite. »
Raja Chiky, enseignant-chercheur à l’ISEP et parmi les leaders du Big Data en France

 

UN SUJET DE POINTE AU COEUR DE L’ISEP
En 2008, une équipe de recherche a été créée à l’ISEP en vue de développer une plateforme de communication de machines entres elles sans interventions humaines, appelée « machine- to-machine » ou « M2M ». Le lancement du projet MCube, dont le but était l’optimisation de l’agriculture verte dite « de précision », et la supervision de panneaux photovoltaïques, a créé un besoin de traitement de données très volumineuses : ce qu’on appelle le Big Data. Depuis 2010 donc, les équipes de recherche informatique de l’ISEP travaillent sur des sujets de fond sur le Big Data. Tout d’abord, le développement de systèmes de recommandations qui permettent de recommander à un internaute des produits qu’il pourrait aimer en fonction de son historique de navigation et son comportement virtuel sur la toile. Deux projets sont notamment venus nourrir la recherche sur le Big Data : le projet « Solimobile » qui visait à recommander des services à des personnes dans le besoin via des annuaires personnalisés, et le projet « Fiora » pour la recommandation personnalisée en e-nutrition et e-tourisme. Les travaux menés autour du Big Data à l’ISEP ont fait l’objet de plusieurs publications dans des conférences et revues nationales et internationales, et plusieurs doctorats ont été, et sont actuellement, réalisés à l’école. Le parcours « ingénieur architecte des systèmes d’information » du cycle ingénieur de l’ISEP va notamment intégrer le Big Data à son programme permanent dès la rentrée prochaine, en plus du module électif déjà dispensé aux élèves. L’ISEP souhaite former ses élèves au plus près des réalités du marché du numérique, et le Big Data devient un sujet fondamental à maîtriser dans la plupart des secteurs. Nos élèves doivent acquérir durant leur formation ces compétences de plus en plus recherchées par les entreprises. Les équipes de recherches de l’ISEP continuent de travailler sur les sujets autour du Big Data, notamment le web sémantique et les données liées (linked data) qui visent à sortir les données de leurs silos et de les relier entre elles, afin d’en extraire des connaissances nouvelles. L’idée étant de permettre une utilisation intelligente et optimale des données massives (smart data).

 

Par Raja Chiky,
enseignant chercheur et responsable de l’équipe RDI* à l’ISEP