Interview d’Anne Vilcot : « Phelma offre un enseignement de grande qualité »

interview Anne Vilcot
© Denis Morel Photographer

Directrice comblée et alumni de Phelma, Anne Vilcot met tout en œuvre pour proposer des formations et un cadre d’enseignement idéal pour les étudiants ingénieurs. Interview.

Qu’est-ce qui fait la différence de Phelma ?

interview Anne Vilcot
© Grenoble INP-UGA

Phelma est une école qui reçoit beaucoup d’étudiants en première année : 360 en formation initiale et 24 en apprentissage. Notre histoire s’est construite sur un large spectre de formations : électrotechnique, nanosciences, ingénierie biomédicale, électronique embarquée ou non… La première année est plutôt généraliste, nous donnons aux étudiants les moyens de choisir leur filière métier. D’ailleurs, une grande partie viennent à Phelma pour la possibilité de se laisser un an de plus pour choisir leur filière. L’une de nos autres différences : la formation pratique. Nos plateformes de TP sont propres à l’école et nous partageons des laboratoires de recherche (notamment une salle blanche) avec d’autres établissements. Les étudiants sont formés sur des outils de pointe et nous renouvelons plus rapidement le matériel en mutualisant nos ressources financières avec Grenoble INP.

En plus de cette mise en commun, comment Phelma interagit avec Grenoble INP ?

Nous partageons avec Grenoble INP-Ense³ une filière métier ingénieurs sur le signal et les communications. Nous avons également des thématiques communes avec Polytech Grenoble, principalement sur des sujets de matériaux. Lors de journées de travail, nous réfléchissions à des axes communs pour s’apporter des choses sans être en concurrence. Depuis plus d’une dizaine d’années, un double-diplôme est aussi mis en place avec Grenoble IAE : nos étudiants peuvent faire ce choix et bénéficier d’une formation allongée pour permettre les deux diplômes.

Vers quelles carrières se tournent vos étudiants ?

Nous formons beaucoup à la recherche. 25 % de nos diplômés font une thèse, c’est bien au-dessus de la moyenne des écoles d’ingénieurs ! En termes d’employeurs, un tiers de nos ingénieurs travaille dans des grands groupes, un quart dans des entreprises intermédiaires, un quart dans des PME, puis le reste dans des petites entreprises ou des startups. Un tiers reste dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, un tiers se tourne vers la région parisienne et enfin 15 % font une carrière à l’étranger.

L’engagement, un marqueur fort de Phelma ?

Nos étudiants sont très engagés : nous avons beaucoup d’associations liées à l’humanitaire, aux sujets LGBT, aux violences sexistes et sexuelles… Chaque année, nous préparons la rentrée avec les étudiants dès l’été. Chez nous, par exemple, le bizutage n’existe pas ! Le weekend d’intégration ne s’appelle plus ainsi, c’est un weekend d’accueil où l’on accepte tout le monde dans sa diversité. Il y a un gros travail sur le respect dans ces moments-là. La CDEFI organise un séminaire Cpas1option qui réunit des directeurs et des étudiants d’établissements volontaires pour être formés afin d’éviter les dérapages. Une émulation se crée et permet de passer le message d’année en année !

3 questions à Amina Messaddeq, étudiante en deuxième année – filière Électrochimie et procédés pour l’énergie et l’environnement (EPEE).

interview Anne Vilcot
© Grenoble INP-UGA

Qu’est-ce qui vous a séduit dans cette filière ?

J’ai toujours su que je voulais travailler dans l’environnement. Cette filière, m’intéressait car elle parlait des énergies. En première année à Phelma, j’en ai appris un peu plus sur l’électrochimie et tous ses domaines d’application. En plus, cette filière aborde les thématiques de transition écologique : c’est exactement ce que je voulais faire !

Votre rôle au sein de l’association Cheer Up Phelma ?

La mission de Cheer Up : sensibiliser au cancer via plusieurs évènements au fil de l’année, notamment des visites dans les hôpitaux de jeunes atteints de cancer pour leur changer les idées. Nous récoltons aussi de l’argent pour les projets et la recherche. Dans le pôle Course Contre le Cancer, mon rôle est de co-organiser la course, de récolter les subventions et de mobiliser les personnes.

Un souvenir de votre week-end d’accueil à Phelma ?

Une très bonne ambiance, et il n’y a pas eu d’accident ! Nous étions dans un camping de la région, il y avait beaucoup d‘activités et de jeux organisés. Les soirées étaient très bien gérées, ils ont fait en sorte qu’il y ait du choix pour les non-buveurs comme moi. Il y avait plusieurs salles pour que tout le monde se sente à l’aise dans les lieux. C’était très chouette !

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter