KEDGE BS EST NÉE DE LA FUSION DES GRANDES ÉCOLES DE MANAGEMENT DE BORDEAUX (BEM) ET DE MARSEILLE-PROVENCE (EUROMED MANAGEMENT) AVEC UNE AMBITION : INTÉGRER D’ICI 2020 LE TOP 15 DES BUSINESS SCHOOLS EUROPÉENNES.

Thomas Froehlicher, Doyen et Directeur général de Kedge Business School © Kedgebs

Thomas Froehlicher, Doyen et Directeur général de Kedge Business School © Kedgebs

QUELLE STRATÉGIE AVEZ-VOUS DÉFINIE ET AU TRAVERS DE QUELS PROJETS CONCRETS S’EXPRIME-T-ELLE ?
Cet objectif est à l’origine de la fusion : rapprocher 2 écoles très différentes pour en faire des leviers afin de nous hisser à un niveau de Top 15 européen, tout en continuant de défendre ce qui fait l’originalité de la Business School à la française à un niveau mondial. Notre stratégie repose sur 3 grands piliers. Le premier consiste à recréer un lien étroit avec le monde de l’entreprise. Les écoles du Top 15 sont fortement positionnées sur la formation executive ; il faut avoir quelque chose au meilleur niveau à offrir à ces cadres supérieurs. C’est aussi l’opportunité de tirer le Programme Grande Ecole vers le haut : en s’installant dans une relation d’expertise avec le monde économique, en confrontant leurs recherches à la réalité, les profes-seurs feront gagner leurs cours en consistance. Une position à Paris était nécessaire pour interagir avec les grandes métropoles et leurs entreprises : c’est la vocation du Kedge Business Club, espace de 1 000m2 près de l’Opéra, destiné à devenir la maison des alumni. Le digital et son utilisation forment notre deuxième pilier. Le numérique peut permettre de faire gagner l’enseignement en qualité. Choisir de mener la transformation digitale de l’école, c’est une façon de transformer radicalement ce que nous faisons et comment nous le faisons, pour créer la culture Kedge, tout en gardant ce qui fait la force des territoires de Bordeaux, Marseille et Toulon. Notre troisième pilier est celui de l’internationalisation de notre formation. Nous visons l’espace Europe-Afrique-Asie, une “Silk Innovation Road”. Nous avons développé, en partenariat avec CAFA, la plus grande école de design, d’art et d’architecture de Chine, une formation sur 5 ans – 3 en Chine et 2 en France, accueillant 200 étudiants par an à Pékin soit 1 000 étudiants dans la filière. Nous comptons élargir ce partenariat à une grande institution culturelle et une école de design française. Première mondiale, ce programme est une combinaison forte d’une position en Asie, d’un lien étroit avec l’Europe et sa culture, et du cluster Industries Créatives de Kedge BS, notamment avec Toulon Kedge Design School, qui peut donner la direction d’une nouvelle chaîne de valeur dans l’école où l’idéation se produira à partir de cette plateforme autour du design. Toulon dispose aussi d’un iLab, un fablab où collaborent des étudiants managers, ingénieurs et designers. Ce concept est appelé à essaimer sur tous les campus.

 

COMMENT CETTE VISION INFLUENCE-T-ELLE L’ENSEIGNEMENT ?
Kedge BS a comme raison d’être de créer, d’inventer, d’innover. Nous avons misé sur une approche collective en écosystème interne, avec toutes les parties prenantes de l’école, pour définir ce que l’on veut être. Plusieurs projets ont été développés dans ce sens. Nous avons fondé la Villa Maffesoli, avec Michel Maffesoli, sociologue de réputation mondiale pour ses recherches sur la mutation du management, la convivialité et le bien-être au travail. Cette villa numérique et itinérante répond à notre conviction qu’il n’est pas possible d’inventer la pédagogie de demain sans être en lien étroit avec les étudiants, leviers de création essentiels. La Villa M, c’est “revenir à l’école” en écoutant les étudiants, comprendre ce qui a du sens pour eux. Enfin, nous avons développé une structure pour accompagner les étudiants portant un projet entrepreneurial, qu’ils pourront concrétiser sans sacrifier leurs études. Kedge BS développe l’entrepreneuriat étudiant dans ses programmes sur 3 niveaux : le Pro-Act favorise la prise d’initiative sur des projets variés, souvent liés à des associations ; la Business Nursery accueillera et accompagnera 30 projets par an, portés par des étudiants de l’école sur chacun de ses campus, dont Suzhou. Enfin, grâce au soutien de la fondation Carasso, fondateur de Danone et alumni de Kedge, nous avons créé le Speed Up Lab, un accélérateur ouvert à des projets extérieurs à l’école. Il permet de détecter les start-up capables d’évoluer vers une croissance rapide et de créer de l’emploi. Cela autorise une pédagogie par l’erreur : il serait bénéfique que les grandes entreprises, cibles prioritaires de nos étudiants, rappellent qu’un CV dont la première partie est consacré à l’entrepreneuriat, même si cela se termine sur un échec le CV reste valorisant.

 

LA SIGNATURE DE KEDGE BS, « CREATE, SHARE, CARE », TÉMOIGNE D’UN FORT ENGAGEMENT EN FAVEUR DU DÉVELOPPEMENT PERSONNEL ET DE LA RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. POURQUOI CES VALEURS ET COMMENT SONT-ELLES INTÉGRÉES À L’ENSEIGNEMENT ?
Nous sommes très attentifs à la notion de responsabilité sociétale. Nous estimons que les frais de scolarité ne doivent pas être une barrière à l’entrée, sinon ce serait nous priver de nombreux talents. Le Kedge Access Programme permet de faciliter l’accès aux études pour les jeunes les plus méritants qui ont des difficultés de ressources. La responsabilité environnementale a toujours été au coeur du projet des deux écoles, qui ont pris de l’avance sur la notion au travers de formations autour du développement durable. Nous avons élaboré le premier test permettant de mesurer le niveau de compréhension de ces thématiques des étudiants. Aujourd’hui, 26 000 étudiants de plus de 300 universités et business schools de 70 pays sont évalués avec le Sustainability Literacy Test. Il est devenu une réference que nous souhaitons développer comme un outil type GMAT autour du développement durable. Nous travaillons également autour de la notion de développement personnel : le Welness Center, sur les 3 campus, propose des équipes permanentes, prêtes à intervenir quand un étudiant fait face à des difficultés. C’est une démarche positive, autour du bien-être et de la vie sur le campus, pour se mettre en bonne position pour démarrer sa vie professionelle.

 

UN CONSEIL AUX ASPIRANTS KEDGIENS ?
Montrez-nous en quoi vous êtes singulier, surprenez- nous, et ensemble traduisons votre différence en une capacité d’ouverture.

 

QUE PEUT-ON SOUHAITER À KEDGE BS ?
Poursuivre notre ambition forte et partagée de Top 15 européen, l’assumer et la réussir en continuant à inventer ensemble, dans un processus collectif de co-création.

 

Propos recueillis par Agathe Balland