© Fotolia

© Fotolia

L’Ecole des mines d’Alès diplôme 70 ingénieurs par an par la voie de l’apprentissage dans les domaines Informatique et Réseaux et Conception et Management de la Construction (Bâtiment durable et Energies renouvelables). Elle en diplômera bientôt plus de 100, grâce à l’ouverture prévue d’une nouvelle section Mécatronique et Performance Industrielle. Ces formations répondent parfaitement aux besoins des entreprises. Pour des Bac +2/3, c’est l’opportunité d’accéder à un diplôme d’ingénieur et d’acquérir une réelle expérience professionnelle en 3 ans.

 

Profil d’un bon candidat
Les candidats BTS et IUT nous demandent souvent à partir de quelle moyenne générale ils peuvent espérer intégrer une formation d’ingénieur par apprentissage. Aux Mines d’Alès, la moyenne est importante, certes, mais nous considérons également le classement de l’élève par rapport à sa promotion. S’il est dans le premier quart, il est probable que son dossier sera retenu et qu’il sera convoqué aux épreuves probatoires. En effet, les sélections se font sur dossiers, puis les candidats retenus sont convoqués aux épreuves écrites et orales comportant un entretien destiné à évaluer le potentiel du candidat. Nous convoquons aussi aux épreuves des candidats du deuxième quart de promotion qui nous semblent prometteurs. Le dossier comprend les résultats académiques, une lettre de motivation, les expériences en entreprises et des recommandations ; c’est sur l’ensemble de ces éléments que nous évaluons un potentiel. Bien sûr, il faut qu’un candidat ait le niveau suffisant pour acquérir les compétences scientifiques nécessaires au métier de l’ingénieur. Mais au-delà, quel est son projet professionnel ? A-t’il la capacité à s’investir dans une formation partagée entre l’entreprise et l’école (puisque c’est le principe d’une formation par apprentissage) ? A-t’il la maturité nécessaire ? Les résultats académiques ne disent pas tout : nous essayons d’évaluer l’ouverture d’esprit du candidat, son envie et son dynamisme qui peuvent être démontrés à travers une première expérience professionnelle ou des activités associatives, par exemple. L’entretien à l’oral, c’est presque un entretien d’embauche où l’on cherche à détecter un « potentiel d’évolution affirmé ».

 

Comment savoir si l’on est prêt pour une formation par apprentissage ?
L’apprentissage séduit de plus en plus d’élèves. Pour autant, ce n’est pas une formation d’ingénieur au rabais. Un apprenti, c’est un salarié d’une entreprise qui est en formation. Et une formation exigeante, avec un rythme très soutenu lié aux alternances école/entreprise. Ce basculement de plain-pied dans la vie professionnelle conjugué aux exigences académiques impose une vie dense. C’est donc un positionnement très différent du classique étudiant. De plus, les entreprises d’accueil sont réparties sur l’ensemble du territoire français. Cela bouleverse souvent le quotidien de l’apprenti, mais le rythme est vite pris !

 

Qu’est-ce qui différencie l’apprentissage au x Mines d’Alès ?
La spécialité Conception et Management de la Construction est unique, notamment avec son volet consacré au bâtiment durable et aux énergies renouvelables. Cette formation concerne plus particulièrement les BTS et DUT orientés génie civil ou thermique, mais nous avons aussi des étudiants qui sont issus des filières bois et habitat, ou mesures physiques, GEII. La spécialité Informatique et Réseaux est originale car elle embrasse deux spécialités. La première année permet une mise à niveau des connaissances dans les deux domaines, quelles que soient les origines des élèves : cela leur donne la possibilité de s’orienter ensuite vers la branche qui les intéresse le plus. La majorité d’entre eux continue dans leur coloration d’origine, mais certains bifurquent et c’est cette possibilité qui est très intéressante pour nos élèves.

 

Par Bruno Goubet,
Directeur de l’école des Mines d’Alès

 

Contact :
Pour toute information complémentaire sur les formations par apprentissage : www.mines-ales.fr/apprentissage