Le contexte : jusqu’à il y a quelques dizaines d’années, le terme ‘leadership responsable’ n’était pas très courant. Le leadership d’entreprise était très clairement compris comme ayant pour objectif de générer des gains financiers, des profits, et des rendements pour les actionnaires. 

 

Cependant, ces dernières années, les comportements non-éthiques de certains leaders, et l’augmentation des appels par certaines parties prenantes, ont forcé les entreprises et leurs dirigeants à prendre leurs responsabilités. Cela a donné naissance au terme ‘leadership responsable’ pour décrire un leadership sensible à ces obligations envers l’entreprise, envers les gens (à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise), et envers la planète.

 

Le défi

Etre un ‘leader responsable’ n’est en aucun cas facile. Cela implique en effet de devoir relever le défi de gérer l’opposition entre d’un côté la recherche de sens (les valeurs éthiques, la morale, les intérêts des parties prenantes, les enjeux environnementaux), et d’un autre côté la recherche de la performance financière (les résultats, les profits, le rendement pour les actionnaires…). Néanmoins, on trouve plusieurs exemples notables dans le monde de l’entreprise ou la recherche de sens et de performance financière vont de pair. Prenons par exemple le cas de Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft souvent considéré comme l’homme le plus riche sur terre. La fondation Bill et Melinda Gates investit 44 milliards de dollars dans des activités caritatives. Une partie de ces fonds est dédiée à la recherche contre le SIDA et la malaria dans les pays en développement, tandis qu’une autre partie est utilisée pour développer des innovations accessibles au plus grand nombre dans le domaine de la santé. Par conséquent, Bill Gates a effectivement utilisé la performance financière de son entreprise pour servir l’intérêt général. Un autre exemple est celui d’Elon Musk, le PDG de Tesla. Ici encore, la recherche de sens (qui est la production de moyens de transports moins polluant), et la recherche de performance financière (qui est la part de marché sur le secteur de l’automobile) ont avancé main dans la main. Ainsi, bien que la recherche de performance financière et de recherche de sens soient souvent décrites comme étant opposées, cela n’est pas nécessairement toujours le cas. En réalité, des dirigeants d’entreprises peuvent utiliser leurs performances financières pour servir leur quête de sens ; et en allant encore plus loin, on pourrait même ajouter que la volonté d’utiliser ces ressources pour donner du sens à la vie pourrait aussi alimenter la recherche d’une meilleure performance financière.

Retrouvez le témoignage autour du leadership Panneaux de Corrèze

L’avenir

Pour conclure, je trouve important de souligner le fait que suivre le leader de façon responsable, joue un rôle très important de médiation dans sa quête de sens et de performance financière. Des followers (suiveurs) avertis et bien informés, qui demandent de la transparence, des produits moins polluants, une meilleure qualité de vie, et le bien-être de toutes les formes de vies, poussent le leadership, à la fois dans les entreprises et dans la société, à devenir plus responsable. De tels followers forcent les leaders à sortir des sentiers battus en cherchant du sens sans compromettre la performance financière, et inversement. Ainsi, si le monde doit avancer vers un futur sain, durable et inclusif, il a besoin à la fois d’un leadership responsable et de followers proactifs et exigeants.

L’auteur est : Taran Patel, PhD. Professeur Associé, Grenoble Ecole de Management