La génération Y ou Millennials (en français « Milléniaux ») regroupe l’ensemble des personnes nées entre 1980 et 2000. Elle représente actuellement 50 % de la population active et en constituera 75 % en 2025. Les Millennials sont avides de liberté et de changements… y compris d’employeur s’ils ne sont pas satisfaits ! Alors, à quoi ressemble leur entreprise rêvée et comment les satisfaire ? 

 

Ayant grandi avec le numérique, les Millennials sont souvent décrits comme impatients ; les freins qu’on leur oppose (par exemple, un engagement de durée, des restrictions d’usage, des barrières à l’entrée…) leur sont intolérables. Ils refusent l’ingérence et les prescriptions descendantes. Au contraire, ils veulent participer, donner leur avis. Ils aiment l’accélération : dans un monde « hyperfluide », une entreprise qui stagne leur paraît régresser ; une entreprise qui bouge à la même vitesse qu’eux semble immobile. Pour captiver les Millennials, il faut les stimuler, les surprendre tous les jours. Les Millennials n’hésitent pas à multiplier les expériences professionnelles pour se développer ; leur attraction et leur rétention sont des sujets prioritaires pour les DRH.

À quoi ressemble l’entreprise rêvée des Millennials ?

Elle se situe géographiquement dans une ville de taille moyenne ou petite. La ruée vers les grandes villes est terminée ! Les villes à taille humaine sont jugées plus attractives.

Elle promeut des valeurs citoyennes telles que l’authenticité, la transparence, l’engagement, l’altruisme, la prise en compte de l’environnement et de la santé, la sincérité (« no bullshit »), l’équité… Il est important pour les Millennials de se sentir utiles à la société ; beaucoup d’entre eux refuseraient une collaboration en raison de valeurs divergentes.

Elle est innovante et stimule le partage, l’ouverture, l’agilité, la créativité, la contribution de la « foule » (crowd) avec des méthodes comme le test and learn ou encore le design thinking.

Elle multiplie les espaces de travail. Si certains Millennials privilégient l’open space et les espaces collaboratifs pour échanger constamment avec leurs collègues, voire le flex office qui prône la mise en commun des biens professionnels, d’autres reviennent au bureau fermé, moins bruyant, où il est plus facile de se concentrer et de préserver une certaine intimité. Le télétravail, les espaces de coworking et le travail en « régie » chez le client sont également appréciés.

Elle garantit une bonne qualité de vie au travail, respecte le bien-être de ses collaborateurs et met en œuvre une ambiance conviviale. L’environnement de travail est perçu par les Millennials comme un facteur essentiel ; beaucoup feraient des concessions significatives (par exemple, en termes de rémunération) pour de meilleures conditions de travail.

Elle fait confiance à ses collaborateurs, encourage la prise d’initiatives, l’implication et la responsabilité. Les Millennials veulent s’investir dans leur travail. Les modèles managériaux modernes (néo-management, entreprise libérée…) prônent les structures plates où les règles sont établies en communauté et les collaborateurs s’auto-dirigent. Les fiches de poste s’estompent au profit de rôles assurés en autonomie au sein de cercles partageant le même but. Les compétences techniques (hard skills) laissent place aux compétences émotionnelles et relationnelles (soft skills). L’intelligence collective est centrale dans ce cadre « soft power » où les Millennials peuvent pleinement exprimer leurs compétences. En retour, ils entendent bénéficier du droit à l’erreur, caractéristique majeure de la bienveillance, et sont très sensibles aux systèmes de reconnaissance et de feedback mis en œuvre par l’entreprise.

Elle forme ses salariés de manière ludique et avec les technologies modernes (jeux pédagogiques, mobile learning, réalité augmentée ou virtuelle…) et accompagne leurs souhaits d’évolution. Les Millennials refusent de s’enfermer dans un job sans perspectives.

Elle offre des perspectives de carrière à l’étranger. Les Millennials aiment voyager à l’autre bout du monde. La présence internationale d’une entreprise représente une opportunité.

Elle met à disposition des collaborateurs de nombreux services et équipements gratuits pour contribuer à leur épanouissement : salles de sport, détente, micro-siestes ou massage, crèche, conciergerie, incitations à la mobilité douce, organisation régulière de moments de partage… Ces actions sont une vraie valeur ajoutée pour les Millennials et aident à sceller leur adhésion au projet de l’entreprise.

Mettre en œuvre l’ « expérience salarié » qui satisfaira les Millennials

L’expérience salarié est la somme de toutes les interactions entre le salarié et l’entreprise depuis son recrutement jusqu’à son départ. Ses composantes sont multiples : onboarding, conditions de travail, management, mobilité, évaluation, offboarding… Pour séduire et fidéliser les Millennials, les entreprises gagneront à implémenter de nouvelles stratégies agissant sur tous ces leviers.

Quelques références

Adecco (2017), « Portrait-robot de l’entreprise rêvée des millennials », Infographie,

Apec (2019), « Les millennials, portrait d’une génération », Conseils des consultants

Girardot, L. (2018), « Enjeux RH 2019 : les 8 tendances RH à anticiper d’urgence (partie 1) »

Girardot, L. (2018), « Enjeux RH 2019 : les 8 tendances RH à anticiper d’urgence (partie 2) »

Pour en savoir plus sur les auteurs :

© ICN Business School – Bastien SITTLER

Nathalie Dagorn, professeur associée, ICN Business School

nathalie.dagorn@icn-artem.com

 

© ICN Business School – Bastien SITTLER

Cécile Pallot, responsable des ressources humaines

ICN Business School

cécile.pallot@icn-artem.com

 

StopCovid : les questions que vous vous posez

A partir du 2 juin 2020, le gouvernement français mettra en place l’application mobile StopCovid qui signalera à ses utilisateurs un contact éventuel avec une personne contaminée par le Covid-19.

Les Millennials s’engagent : la preuve sur le terrain

Service Civique, V.I.E. & co : les jeunes français sont au taquet pour se mettre au service des autres tout en gagnant en compétences professionnelles. La preuve !

Le doute : l’arme fatale contre les fake news

Les fake news vous envahissent ? Faites place au doute et célébrez l’esprit critique

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

[La gueule de l’emploi] Les soft skills à maîtriser pour être recruté à coup sûr

62 % des dirigeants et managers sont prêts à recruter principalement sur la base des soft skills. Alors plus question de négliger ses « compétences douces » quand on cherche un job

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

Sport VS Covid : le match

Comment se portent les métiers du sport en période de crise sanitaire et économique ? C’était l’objet de la table ronde de La Sports Management School sur BeSport.

Reconversion professionnelle : ils ont osé !

C’est décidé, ils ont changé de vie ! Découvrez trois témoignages d’étudiants qui ont décidé de changer leur avenir professionnel.