La pandémie de la Covid-19 peine à être contenue. Mais, dans le désarroi qui monte face aux incertitudes économiques, un espoir est régulièrement avancé : le confinement a fait prendre conscience des possibilités du télétravail. Et ces possibilités, comme un nouvel horizon, ont canalisé les propos sur le futur du travail. Travailler demain serait travailler « sans frontières » c’est-à-dire affranchi des contraintes du lieu. Et cette vision optimiste, qui promet un futur heureux car dématérialisé, mérite d’être interrogée. Si la technologie rend possible le télétravail, elle ne réduit pas les menaces qui pèsent sur les télétravailleurs.

 

20 ans de recherches sur le télétravail

Car le télétravail n’est pas né en 2020. Les recherches ont eu le temps de repérer ses avantages, ses défauts et ses conséquences. Le télétravail est d’abord une confrontation à l’absence : l’absence des autres et, en symétrie, sa propre absence aux yeux de ses collègues et de son manager. Avec l’éloignement, se raréfient les multiples contacts informels de la vie de bureau. Or agir dans une organisation, c’est comprendre son fonctionnement informel. Les échanges autour du café ne sont pas (seulement) des gossips. Ce sont les lieux où se partagent des informations essentielles, de celles qui donnent le pouls de l’entreprise et les clés pour y agir. Les télétravailleurs ont souvent perdu cette ligne de vie entre eux et le collectif. Revenir au bureau après quelques jours revient à courir pour rattraper un train en marche.

A poste équivalent, le temps hebdomadaire de travail des télétravailleurs est supérieur de 10 %, sans pour autant apporter des différences de performances. En télétravail, il faut plus de temps pour en faire autant, car les activités domestiques polluent la sphère professionnelle. Elles attirent l’attention des individus et les déconcentrent. Il faut plus de temps pour se reconcentrer après avoir rangé une chambre qu’après avoir pris un café avec des collègues. Enfin, le niveau de stress des télétravailleurs est nettement supérieur à celui les autres. C’est encore plus le cas chez les femmes. En cause, la multiplication des activités et l’absence de possibilité de les séparer.

Enfin, les télétravailleurs sont encore victimes des stéréotypes sur0 ceux qui travaillent hors du bureau. On les soupçonne de travailler moins, d’être injoignables et, finalement, d’être désengagés. Le confinement obligatoire, étonnamment, n’a pas affecté cette croyance. Il l’a même ancrée dans de nouvelles maximes (« dans télétravail, il y a surtout télé »).

Des salariés conscients des menaces qui pèsent sur eux

Les salariés ne sont pas naïfs : en télétravail forcé, ils ont estimé bénéficier de moins de perspectives d’évolution (-9,7 % par rapport à la période octobre 2019-mars 2020), ont eu moins le sentiment d’apprendre et de progresser (-8,1 %) et se sont sentis moins reconnus et encouragés (-8,1 %)[1]. S’ils aspirent pourtant à télétravailler, c’est que cette situation leur promet des bénéfices plus grands que les pertes qu’ils ont expérimentées. Travailler de chez soi, c’est bien plus que travailler à son rythme, dans un environnement plus chaleureux ou moins stressant. Le travail est devenu pénible car les organisations gaspillent l’énergie de leurs membres. Il s’est gonflé de tâches inutiles qui écartent les salariés de leur goût du bien faire et, finalement, d’eux-mêmes. Si le télétravail attire, c’est qu’il parait restaurer la part d’intimité professionnelle que les open-spaces ont détruite : affranchi du regard des autres, seule pourrait compter l’éthique professionnelle de chacun.

La digitalisation est régulièrement présentée comme un phénomène inéluctable. Inéluctable d’abord car la dynamique des progrès technologiques serait si forte que rien ne pourrait s’y opposer. Mais irréductible, aussi, car les nouvelles possibilités digitales ne feraient qu’accompagner une lame de fond : les aspirations des individus vers plus de liberté, d’autonomie et d’indépendance. Bref, la technologie ne serait que le moyen d’accélérer le trajet vers un « future of work » consensuel, souhaitable et libérateur. La réalité est moins positive. Le télétravail crée un second cercle de salariés, loin des yeux et loin du cœur de ceux qui arbitrent en matière de promotions, de valorisation et de carrière. Il télétravail réussit à ceux qui savent se rendre visibles : donner à voir son respect des routines et son souci des process sont les règles de survie pour les télétravailleurs. On est loin de l’autonomie attendue.

L’auteur est Jean Pralong est psychologue et professeur de gestion des ressources humaines à l’EM Normandie

[1]  Sondage Workanywhere – avril 2020.

Datadog, expert du monitoring des données – Interview de Tristan Michelet

« Venez relever des défis techniques passionnants dans une entreprise qui double de taille tous les ans ! » propose aux jeunes ingénieurs Tristan Michelet (Télécom Paris 2012), Director Of Engineering chez Datadog dans son interview

Ekinops, l’innovation à haut débit ! – Interview de Vincent Munière

C’est un « monsieur innovation » des télécoms. Retrouvez l’interview de Vincent Munière, CTO et VP R&D chez Ekinops.

Le digital à bord de la SNCF – Interview d’Emilie Bloyet, SNCF

Comment le groupe leader de la mobilité infuse-t-il le digital dans ses activités et ses équipes ? Interview d’Emilie Bloyet de la SNCF.

La techno chez ADEO, une valeur sûre – Interview de Matthieu Grymonprez

ADEO, groupe leader des magasins de bricolage et de décoration, met la technologie au service de sa mission. Explications de son Global Leader Digital Data.

NOVACEL : le film écolo compatible – L’interview de Jean Loup Masson

Les films de protection NOVACEL recouvrent toutes les surfaces sur un market place respectueux de l’environnement. L’interview de Jean Loup Masson, Innovation, Marketing and Digital Director SVP

CAFPI : exercez un métier d’avenir au sein d’une entreprise leader – Interview croisée

Sur un marché du courtage en crédit immobilier en ébullition, Denis Menard et Jessy Julien vous donnent les clés pour intégrer CAFPI, le leader historique

Motoblouz : la passion moto chevillée au corps ! – L’interview de Raphaelle Mappus

Dans son interview, Raphaelle Mappus, Directrice de l’Offre de Motoblouz, revient sur le succès de ce spécialiste de la vente en ligne d’équipements motos.

Dell Technologies : venez bousculer le marketing avec les data – L’interview de Loris Viarouge

Dell Technologies, le leader de la transformation numérique ! La preuve avec l’interview de Loris Viarouge, (IAE France 2000), Directeur marketing France.

HM.CLAUSE a besoin de jeunes pousses – interview de Sébastien Benon

Sébastien Benon, VP chez HM.CLAUSE explique à quel point s’investir aujourd’hui dans la high-tech du vivant au service de la planète s’avère valorisant et passionnant

Journée mondiale sans Facebook, Like ou pas Like ?

Dépendant, moi ? Pas du tout ! 24h chrono, c’est le moment de faire le test ce 28 février, date anniversaire de la "Journée mondiale sans Facebook". Action boycott fondée il y a presque 10 ans par des utilisateurs du réseau social, elle sonne l’alerte de la...