Partenariat de rêve, moyens illimités, clés du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Marc Mézard, directeur de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) se prête à l’exercice d’une interview 100 % prospective.

 

Si vous aviez les clés du MESRI pour une journée, quelles seraient vos trois premières décisions ?

Marc Mézard, directeur de l’ENS – Crédit Frédéric Labrouche

D’abord, la revalorisation immédiate des salaires des enseignants et des enseignants-chercheurs : les écarts avec leurs homologues étrangers sont inacceptables. J’augmenterais également le budget de l’Agence Nationale de la Recherche. J’œuvrerais aussi pour le décloisonnement entre les organismes de recherche et les universités, notamment pour mieux accompagner les chercheurs vers l’enseignement. Une dynamique que nous avons déjà enclenchée à l’ENS, une école de formation par la recherche et pour la recherche.

 

Si vous deviez convaincre un mécène d’investir dans la recherche, que lui diriez-vous ?

De plus en plus de champs de recherche viennent en résonnance avec des questions de société majeures. Le changement climatique ou le développement de l’intelligence artificielle renvoient en effet à notre capacité à faire travailler ensemble des champs disciplinaires différents. Il en va donc de notre responsabilité d’école d’amener littéraires et scientifiques à travailler ensemble sur ces sujets. Nous construisons d’ailleurs un cursus transverse en ce sens.

 

Si on vous dit que l’ENS est une école élitiste, que répondez-vous ?

Qu’elle l’est ! Mais seulement si on l’entend au sens où nous sélectionnons nos étudiants sur un concours très difficile et que nous les amenons aux meilleurs niveaux internationaux. Mais ce n’est pas antinomique avec la diversité sociale. Nous avons en effet créé le concours normalien étudiant pour diversifier les profils intellectuels, scientifiques et sociaux parmi nos élèves. Car notre responsabilité c’est être capable de chercher les meilleurs talents partout.

 

Si vous deviez retenir un alumni de l’ENS ?

Esther Duflo qui a reçu le Nobel d’économie en 2019 pour ses travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde. Entrée à l’ENS par la voie de l’Histoire, elle s’est ensuite orientée vers l’économie pour travailler sur des sujets majeurs. Au-delà du magnifique exemple que cela donne de l’Ecole Normale, son Nobel nous réjouit et nous permet d’assoir notre position de première école formatrice de Prix Nobel au monde, devant le California Institute of Technology et Harvard.

 

Si vous deviez inventer un cours pour l’ENS ?

Une partie passionnante de mon travail consiste justement à identifier des voies où des besoins de formation se font sentir. C’est pour cela que nous avons créé le programme Médecine – Humanités en 2019. Nous proposons à des étudiants en médecine d’étudier la littérature, la sociologie, l’éthique…. Un diplôme qui répond aux nouveaux enjeux de la médecine liés à l’IA ou à la médecine personnalisée par exemple.

 

Si vous nous révéliez quelque chose qu’on ne sait pas sur l’ENS ?

Encore trop peu de personnes savent que l’on peut intégrer l’Ecole Normale Supérieure par le concours normalien étudiant, un concours ouvert aux étudiants universitaires littéraires en L3 ou scientifiques en L2 ou L3. Sélectionnés sur la base de leur parcours académique et de leur motivation pour une formation par la recherche, les admis suivent la même formation et obtiennent le même diplôme que les élèves issus de prépa.

 

S’il ne fallait retenir qu’une chose sur l’école ?

L’ENS donne à ses élèves la chance inouïe de pouvoir construire leurs rêves dans une des toutes meilleures universités au monde.

Le saviez-vous ? Portée par la création d’une nouvelle formation en biologie quantitative, l’ENS compte parmi ses plus beaux projets la construction d’un centre de biologie quantitative. Un bâtiment dédié à l’enseignement et à la recherche sur cette discipline et pour lequel l’école cherche activement le soutien de mécènes.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.

Carrefour : grand consommateur de jeunes talents

La grande distribution fait sa grande mutation ! Tel est le défi d’Amélie Oudea-Castera, Head of e-commerce, data & digital de Carrefour.

Le management de la culture, ça se cultive !

Alors que la crise du Covid-19 a mis un coup d’arrêt brutal à la vie culturelle mondiale, l’industrie française de la culture et de l’évènementiel a plus que jamais besoin de managers ultra spécialisés pour revenir en force. Mais comment les diplômés des business schools peuvent-ils truster les pages Culture ?

Applications responsables : des éco-gestes à portée de main

Gratuites et disponibles sur IPhone et Android, téléchargez ces applications mobiles 100 % green et faites un pas vers un style de vie plus écolo.