L’opinion publique, comme les chefs d’entreprises ont compris l’importance de lutter contre la discrimination et de promouvoir la diversité. Décryptage.

Selon la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE), récemment fusionnée avec le Défenseur des Droits, il existe 18 critères prohibés par la loi (âge, religion, sexe, égalité hommes / femmes, handicap..). Autant de sujets qui imprègnent la société et auxquels les chefs d’entreprises sont de plus en plus sensibles. « Les entreprises et les collectivités ont pris conscience de l’importance du respect de l’individu, assure Patrick – M Touitou, Directeur Général de l’institut Ethique et Diversité qui accompagne les entreprises dans la mise en œuvre de leurs politiques de promotion de la diversité. J’étudie le handicap depuis plus de 17 ans, et je constate que le regard sur cette thématique a considérablement changé en une génération. » Et de rappeler que la loi de février 2005 impose aux entreprises d’au moins 20 salariés de recruter 6% d’employés handicapés. À en croire Patrick-M Touitou, les dirigeants sont particulièrement sensibles à la thématique du handicap et de la parité hommes – femmes. « La discrimination est certes un acte illégal, mais aussi une pratique qui fausse le jeu de la concurrence entre les compétences sur le marché du travail. De plus en plus de dirigeants nous sollicitent pour initier des actions concrètes.  »

 

Le CV anonyme

À en croire bon nombre d’observateurs, le CV anonyme serait un outil efficace pour lutter contre les discriminations. Pour Jean-François Amadieu, Directeur de l’Observatoire des discriminations, il y a urgence à l’imposer dans les grandes entreprises. « Depuis 2006, l’outil est inscrit dans la loi sur l’égalité des chances qui l’a rendue obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés.Mais le décret permettant son application n’a jamais été publié. Pour l’instant, la majorité du patronat y est hostile. » Le débat sur le CV anonyme sera sans doute relancé avec l’élection présidentielle de 2012.

F.B.

 

La diversification des promotions passe d’abord par l’ouverture sociale

Nous menons depuis plusieurs années des actions d’envergure pour inciter les lycéens brillants de zones défavorisées à s’orienter vers les grandes écoles. À l’instar des programmes “ Une grande école : pourquoi pas moi ? ” et “ Les cordées de la réussite ” qui ont pour objet d’introduire une plus grande équité sociale dans l’accès aux formations d’excellence. De même, les systèmes d’admission parallèle permettent aux étudiants brillants d’intégrer l’École Centrale. Le deuxième axe fort est la féminisation des promotions et la parité hommes/femmes. Ainsi, le programme « Mademoiselle fait Centrale » accompagne le développement des vocations scientifiques chez les jeunes étudiantes. En matière de handicap, l’Ecole Centrale organise chaque année, au mois de mai, une Journée Handivalides afin de favoriser la socialisation, l’échange, et inciter des jeunes à déclarer leur handicap. Depuis quatre ans, une référente handicap est présente à l’école et entre en contact avec les étudiants qui le souhaitent.Enfin, l’École Centrale propose une formation d’ouverture sur le monde et transverse. Nous avons 150 étrangers sur le campus, soit 40 nationalités et 150 étudiants français ont un double diplôme. Notre ambition : confronter les élèves à la diversité culturelle mondiale.

Christian Fontanel,
Directeur Adjoint de l’École Centrale Paris