Persévérance, organisation et performance. Trois qualitatifs qui définissent bien Diego Milla. Le jeune homme mène avec brio son double diplôme à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et à Audencia et ses compétitions d’athlétisme. Vie étudiante, sportive et projets pour l’avenir, il nous raconte son parcours atypique.

Diego Milla. ©Célia Samson

Pour Diego, les semaines se déroulent à un rythme effréné. Cours la journée, entrainement le soir et compétitions le week-end. Le jeune homme de 23 ans partage sa vie entre la fin de ses études à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et à Audencia en Master Management des Organisations de Sport et sa carrière d’athlète de haut niveau.

Compétiteur dans l’âme

Dans les deux cas, la passion du sport est omniprésente. « J’ai commencé l’athlétisme à 10 ans, totalement par hasard, raconte Diego. Je voulais faire du tennis mais je m’y suis pris trop tard pour les inscriptions. Il ne restait que des places en athlétisme. Ça a été un coup de foudre, je n’ai jamais arrêté. »
Il faut dire que le sportif est un véritable compétiteur dans l’âme, spécialisé dans le 400 m. Depuis ses 14 ans il a le statut d’athlète de haut niveau et  à 16 ans, il décroche sa première médaille de bronze aux championnats de France Cadets. Aujourd’hui, Diego a déjà une belle collection de médailles autour du cou. « J’ai été sélectionné en Equipe de France en 2017 et j’ai participé à ma première compétition internationale l’été dernier lors des Championnats d’Europe espoirs en Suède où j’ai remporté la médaille de bronze au relai 4 X 400 m, expose-t-il. En début d’année, j‘ai aussi été Champion de France senior du 400 m.

« J’peux pas j’ai athlé »

« Dès le départ, ce sport m’a correspondu, analyse-t-il. J’ai toujours aimé me confronter aux autres et les progrès donnent envie de continuer ». Sa réussite, Diego la doit à son travail acharné. Toute la semaine, il suit ses cours de 9h à 17h pour obtenir son double diplôme puis chausse ses baskets 5 à 6 fois par semaine pour des entrainements qui se terminent à 21h. « Ensuite je dois rentrer travailler mes cours !, sourit le jeune homme. C’est un rythme auquel il faut s’habituer, c’est sûr ». Diego ne cache pas les sacrifices qu’il a du faire mais toujours avec humour : « J’ai un tee-shirt avec écrit J’peux pas, j’ai athlé et c’est exactement ça. Je ne peux pas aller boire un verre après les cours par exemple. Mais on sait pourquoi on fait tout ça. »

La clé du succès : « la passion et l’organisation ». Grâce à son statut de sportif de haut niveau, Diego a la possibilité d’aménager ses horaires. « J’ai pu choisir mon groupe de TD, être excusé en cas d’absence à des cours magistraux…, raconte Diego. Mon coach aménage également mes horaires d’entrainement. »

Une carrière dans le milieu du sport

La fin de ses études va marquer un tournant dans sa vie. En effet, Diego n’a pas pour objectif de réaliser une carrière sportive. « C’est difficile d’en vivre et lorsque je travaillerai, je ne pourrai pas aménager mes horaires comme en école pour continuer des entraînements aussi réguliers. Donc ça va forcément passer au second plan. »

Le jeune homme n’abandonne pas pour autant le milieu du sport, au contraire ! « Ce sera toujours au cœur de mon projet professionnel. C’est ma passion, j’aimerais travailler dans le business du sport, l’organisation d’événements sportifs ». Son rêve ? Intégrer le comité d’organisation  des Jeux olympiques Paris 2024. « J’ai d’ailleurs une piste pour intégrer le comité en stage, d’autant que j’y ai déjà fait un stage de 6 mois », confie Diego. Son master Management des Organisations de Sport à Audencia lui a d’ailleurs permis de réfléchir à d’autres perspectives. « J’y ai découvert un panel de métiers dans le monde sportif. Je suis par exemple très intéressé par le service marketing de grands équipementiers ».

Diego compte bien mettre en avant ses performances sportives pour décrocher un job. « C’est plutôt rare de mener de front des études exigeantes et un sport à haut niveau. Ça montre une capacité d’organisation importante, de la rigueur, analyse le jeune homme. Je vais bien sûr le valoriser pour rechercher un stage ou un travail. Et puis c’est inhérent à ma personnalité ».

Son conseil : ne rien lâcher !

En attendant, Diego a encore un objectif sportif : réaliser une performance aux Championnats de France qui se dérouleront à Albi (Tarn) en septembre. « Le but est de garder mon titre de Champion de France obtenu aux championnats d’hiver. »

Bel exemple de maturité et de persévérance, le sportif a un conseil à donner aux jeunes qui voudraient suivre un parcours similaire au sien : ne rien lâcher ! « Des choses sont mises en place pour vous aider à tout gérer, comme les horaires aménagés. Il faut aussi apprendre à compter sur les autres : j’ai besoin de mes camarades pour rattraper des cours par exemple. Il ne faut pas hésiter à déléguer, assure-t-il. Tout est une question de volonté : c’est possible, je l’ai fait et aujourd’hui je suis content de parler de mon expérience. »