Après une année 2020 marqué par la crise sanitaire qui a obligé les concours à renoncer aux épreuves écrites, pour sélectionner les candidats, Concours Avenir a déjà en ligne de mire le maintien des épreuves pour l’année 2021. Avec, à la clé, quelques nouveautés.

Avec 20 999 candidats en 2020 sur son concours commun à 7 écoles d’ingénieurs (ECE, EIGSI, EPF, ESIGELEC, ESILV, ESITC, ESTACA) et 12 campus, Concours Avenir se positionne comme leader parmi les écoles d’ingénieures privées associatives. Et compte bien le rester !

« Mettre les étudiants sur un pied d’égalité »

 « Notre plateforme de concours a pour but de fédérer des processus de recrutement à différents niveaux pour l’ensemble de nos écoles, a introduit Pascal Brouaye, directeur de l’ESILV. C’est un ciment important pour les écoles membres. »

Concours Avenir a annoncé souhaiter maintenir les épreuves pour l’année 2021. « Cela permet de mettre tout le monde sur un pied d’égalité », explique Pascal Brouaye. Le scénario d’une sélection sans épreuve, en cas de résurgence de la maladie, est tout de même préparé.

Parmi les nouveautés pour l’année 2021 : le changement de date du concours. « Historiquement depuis 10 ans, le concours se déroulait le 8 mai, rappelle Alexandre Recchia, délégué général de Concours Avenir. Le concours aura lieu maintenant le dimanche 25 avril 2021.

L’étude de dossier prend toute sa place

Alors que l’étude du dossier a pris une place majeure cette année dans la sélection des candidats, du fait de la suppression des épreuves pour raisons sanitaires, Concours Avenir réitère l’expérience en 2021. « Avec une étude beaucoup plus fine prenant en compte des éléments supplémentaires : les EC et les notes du bac de spécialité », expose Alexandre Rocchia. L’étude du dossier prend également une place plus importante dans la sélection des candidats : il compte désormais pour 40 % dans la note finale contre 20 % auparavant (le poids des épreuves passe lui de 80 % à 60 %).

Autre annonce : les épreuves seront réduites à trois (au lieu de quatre initialement) : mathématiques, sciences et anglais.

Pascal Brouaye tient d’ailleurs à rappeler qu’à l’heure où les mathématiques ne font plus partie du tronc commun en Première et en Terminale, le choix de prendre cette spécialité est fondamentale. « C’est indispensable lorsqu’on veut se lancer ensuite dans des études d’ingénieurs et il faut s’y préparer de manière sérieuse dès la Première. Penser que l’on peut faire des études d’ingénieur en abandonnant les mathématiques est un message contreproductif. »

Bilan 2020 : les candidats étaient au rendez-vous !

 20 999 étudiants étaient inscrits au Concours Avenir en 2020, via quatre processus de sélection distincts : AvenirBac, AvenirPlus, AvenirPrépas, AvenirBachelor.

– Pour AvenirBac : 10 068 candidats de Terminale S pour 1 900 places et 724 candidats pour 100 places de Terminale STI2D. Soit une augmentation globale de 10 % sur Parcours Sup par rapport à 2019.

– Pour AvenirPlus : 5 564 candidats pour 720 places, soit une augmentation de 15.5 % par rapport à 2019.

– Pour AvenirPrépas (CCINP/e3A-Polytech) : 4 197 candidats pour 537 places.

– Avenir Bachelors : 1 174 candidatures pour 132 intégrés. « Chez les ingénieurs, les bachelors sont plus récents, il faut donc continuer à mobiliser », a précisé Alexandre Recchia.