A Audencia, les étudiants de la majeure Marketing Manager commencent leur semestre de spécialisation par un projet d’une semaine, avec cette année l’entreprise Sodastream comme terrain d’expérimentation. Au programme : travailler en équipe sur une problématique de marketing stratégique et formuler des recommandations à l’entreprise. Une pédagogie par projet classique en apparence, avec des points de coaching intermédiaires. Là où les choses deviennent originales, c’est quand chaque équipe d’étudiants change sa composition en cours de route !

 

Le contexte projet

Les étudiants doivent réfléchir en quelques jours au challenge proposé par Sodastream : quelle stratégie marketing adopter sur le marché français pour véhiculer au mieux la mission de l’entreprise « Protéger la planète contre la pollution du plastique à usage unique » ? Deux livrables principaux sont attendus : une nouvelle stratégie de positionnement de marque ainsi qu’un plan de communication.

L’originalité : un positionnement intellectuel évolutif pour les étudiants

Pour la première étape qui définit la stratégie de positionnement de la marque, chaque équipe de 5 étudiants se focalise uniquement sur l’un des deux thèmes suivants, dans une posture d’experte : soit « analyser les comportements et besoins des consommateurs sur le marché de l’eau », soit « faire un état des lieux critique des pratiques RSE des entreprises ». Une séance coaching rassemble ensuite deux équipes ayant travaillé chacune sur son propre sujet. Chaque équipe est alors chargée de présenter à l’autre ses conclusions : pendant que l’une parle et expose, l’autre, découvrant le sujet, prend des notes et questionne. On est alors dans un mode totalement collaboratif. Pour la seconde phase du projet, de nouvelles équipes de 5 sont formées à partir des deux précédentes, mixant cette fois « experts en pratiques RSE » et « experts en analyse du consommateur ». Ces nouvelles équipes recomposées vont travailler cette fois chacune de manière indépendante et proposer un plan de communication. Cette fois, les équipes sont donc en compétition entre elles.

Les apports pédagogiques

Le temps de travail sur ce projet est court, avec des phases intermédiaires denses, et fortement cadencées par les séances de coaching. Dans la phase 1, le fait de devenir expert sur un thème permet aux étudiants de développer des compétences de spécialiste et donc de fournir une analyse très approfondie de chaque sujet. La première séance de coaching permet de développer l’esprit de collaboration, l’apprentissage par les pairs, et incite à la pertinence des questions tout en favorisant l’écoute active.

En effet, s’approprier les enjeux de chaque analyse thématique est essentiel pour réussir la phase 2. Dans celle-ci, les étudiants vont utiliser leur expertise thématique acquise précédemment, et unir leurs forces pour proposer les meilleures recommandations opérationnelles. Certes au final, ils ne seront pas spécialistes des deux thèmes mais l’important est qu’ils auront appris de leurs pairs, collaboré en équipe, développé une grande flexibilité d’esprit, en se confrontant à des sujets qu’ils maîtrisent moins en apparence. Finalement ils auront expérimenté ce qui fait la vie des projets en entreprise : la complémentarité des compétences, la nécessité d’apprendre « en marchant » et d’acquérir un domaine d’expertise.

Ce projet, d’abord accueilli avec un peu d’anxiété par les étudiants du fait des changements d’équipes et du court délai de réalisation, a finalement été très bien perçu. Au-delà de l’expérience professionnalisante, puisque les étudiants échangent avec l’entreprise à chacune des étapes du projet, et du soutien de leurs professeurs en séance de coaching, les étudiants ont en effet fortement apprécié le fait d’effectuer un travail de fond. Ils se sont sentis particulièrement investis dans la phase d’apprentissage par les pairs. Un apprentissage à 360° !

Les auteurs sont

Céline Del Bucchia, professeure associée de marketing

crédit : F. Sénard / Audencia

Michaël Roux, assistant professeur en marketing

crédit : F. Sénard / Audencia

Erika Logeais, ingénieure pédagogique

crédit : F. Sénard / Audencia

 

Learning Tribes : rejoignez la tribu de la formation !

En deux questions, Valéry Nguyen General Manager EMEA de Learning Tribes vous explique pourquoi ce spécialiste de la formation est fait pour vous.

Framatome : de l’énergie bas-carbone pour demain

Loin des clichés sur le nucléaire, Framatome se tourne vers l’avenir et recrute 1000 personnes explique Lionel Gaiffe, Senior Executive Vice President de la Business Unit Combustible de Framatome.

Cdiscount « Parce que chacun est différent, nous avons besoin de tous les talents »

De la startup bordelaise au leader français du e-commerce, l’entreprise n’a jamais perdu ses valeurs d’inclusion et de diversité.

Faites la paix économique, pas la guerre !

La paix économique : autre regard sur le monde du business. Mais quel rôle les top managers ont-ils à jouer dans la diffusion de ce nouvel avenir économique ?

Le management interculturel en questions

Alors que l’interculturalité est devenu un must-have pour la quasi-totalité des entreprises, comment le management interculturel peut-il s’adapter dans le monde d’après.

Checkout.com : challengez la Data !

« Vous êtes passionnés de Data et créatifs, bienvenus chez nous ! » assure Valentin Vincendon, VP Business Intelligence at Checkout.com

Bollé Brands : l’excellence du sport designé en France

La technologie, l’ergonomie et le design des produits de Bollé Brands ont été testés et approuvés par les plus grands sportifs !

Europorte : un train d’avance dans l’innovation !

Nommé directeur général d’Europorte, opérateur privé de fret ferroviaire français, en juillet 2020, Raphaël Doutrebente nous parle de ces projets pour l’entreprise.

Managers intermédiaires : alliés ou challengers du DG ?

Entre top managers et collaborateurs, entre reporting et animation d’équipe, les managers intermédiaires sont entre le marteau et l’enclume. Comment redorer la fonction ?

KNEIP Hugues Delcourt : « Dans la finance, apprenez à oser ! »

Président de Kneip depuis le début de l’année et ex-CEO de BIL, banque internationale à Luxembourg, Hugues Delcourt connait très bien le secteur de la finance. Il nous parle de son parcours et de sa vision du management. Rencontre.