Membre des Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly depuis 14 ans et étudiant en M1 finance à l’EDHEC Business School, Benjamin Arliguie doit composer avec deux domaines très exigeants. Portrait d’une basse qui a su modeler sa passion pour accorder chant choral et cursus de finance.

Qui es-tu ?

Benjamin Arliguie, 22 ans, Master 1 finance à l’EDHEC Business School (campus de Nice), Choriste au sein des Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly depuis 14 ans

 

 La musique permet de s’échapper, cela n’a pas de prix »

Devenu choriste à l’âge de 8 ans avec les Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly, Benjamin cultive depuis toujours sa passion pour la musique classique en parallèle de sa scolarité. Il s’est engagé à rester dans le chœur et à s’y investir malgré sa scolarité qui l’a mené à l’EDHEC après trois ans de prépa.
Avec des œuvres différentes chaque année et des tournées en France et à l’étranger (notamment en Chine à l’été 2016), la masse de travail est importante sur les deux tableaux. « Le chœur ne m’empêche pas de gérer mes études en finance simultanément. Au contraire, cela me permet d’avoir des centres d’intérêts variés, de déconnecter des cours, même si j’aime beaucoup ce que j’étudie ! »

Tes 3 principales qualités

Rigueur, franchise, curiosité

Adapter sa passion pour le chant aux études de finance

Avec des études à Nice et un chœur à Neuilly-sur-Seine, mener de front le chant et le cursus de finance n’est pas évident. Loin de sa voix d’enfant qui l’avait fait entrer dans le chœur, Benjamin a aujourd’hui une voix de basse et suffisamment de métier pour pouvoir chanter aux concerts, même sans répéter chaque semaine avec le groupe. « J’essaye autant que possible d’aller une fois par mois au « samedi musical » : trois heures de répétition avec le chœur à Neuilly. J’entretiens ma voix avec l’aide de mon chef de chœur qui comprend mes indisponibilités ».
Avec son expérience et en prenant de la hauteur, Benjamin met à profit ses études au service du chœur : « J’ai proposé de gérer le sponsoring au moment où le chœur a fêté ses 60 ans. Avec un ami de l’EDHEC, nous gérons à deux la prochaine tournée estivale en Allemagne : itinéraires, budgets, trajets… »
Du côté de l’EDHEC, la situation a changé : au départ, l’école refusait de l’excuser pour qu’il puisse se rendre en répétitions. Devant l’ampleur du projet, l’administration a commencé à se montrer plus compréhensive et lui libère désormais des journées de manière exceptionnelle.

 

Un chœur formateur pour un futur financier

Même si son cursus et sa passion ne se ressemblent pas, Benjamin se sert des atouts de l’un et de l’autre pour réussir sur les deux plans « Le chœur est intergénérationnel, cela appelle nécessairement un travail de groupe, une structure hiérarchisée, surtout lors des tournées. » Un projet qui responsabilise, qui impose de la rigueur individuelle pour mener à bien un projet collectif. « C’est réellement utile dans mes travaux de groupe à l’EDHEC. Avec l’ouverture
internationale pendant les tournées estivales, j’ai l’occasion de m’intéresser à d’autres cultures. Cela rend service dans un cursus comme le mien. »

Et ce transfert de compétences fonctionne aussi dans l’autre sens : après plusieurs années dans le chœur, les responsabilités changent et chacun se doit d’aider à organiser, à gérer les projets. Les compétences acquises dans son cursus en finance s’avèrent très utiles.

Portrait chinois

Si tu étais…

Un chanteur célèbre : Cesare Siepi (basse italien, chanteur lyrique)
Une entreprise financière : JP Morgan
Une formule utile en finance : le WACC, Weighted Average Cost of Capital
Un opéra : Don Giovanni, de Mozart
Une devise : Ne jamais abandonner pour ne jamais s’ennuyer !

Etudiant et mordu d’entrepreneuriat avec Père & Fish