Moyens illimités, clés du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche… Isabelle Huault, Présidente de l’Université Paris-Dauphine imagine l’établissement idéal pour former les meilleurs étudiants, mais aussi attirer les talents internationaux.

 

Si vous deviez construire une antenne de l’Université Paris-Dauphine dans le monde ?

Isabelle Huault, présidente de l’Université Paris Dauphine imagine l’enseignement supérieur idéal (c) Henrike Stahl

Isabelle Huault, présidente de l’Université Paris Dauphine imagine l’enseignement supérieur idéal (c) Henrike Stahl

Nous avons déjà plusieurs campus à l’étranger : à Londres, Tunis, Madrid Mais aujourd’hui, l’Afrique subsaharienne nous intéresse particulièrement, car il y a d’importants besoins en termes de formation. Nous construisons d’ailleurs actuellement un partenariat stratégique avec une école en Côte d’Ivoire pour apporter une aide technique à l’institution, structurer son offre et coopérer ultérieurement sur un programme.

Si vous aviez des moyens illimités ?

Les chantiers que nous menons actuellement requièrent des moyens significatifs. J’utiliserais cet argent pour consolider nos actions en matière de mobilité géographique et aider les étudiants à partir à l’étranger. Je déploierais également ces moyens pour renforcer la diversité sociale au sein de Dauphine en proposant plus de bourses, de logements étudiants et en renforçant notre programme ‘Egalité des Chances’. Nous mettrions aussi des moyens encore plus importants sur le projet de réhabilitation de notre campus parisien et sur deux projets transversaux que nous lançons : le programme Dauphine numérique sur les sciences des données et l’IA et Dauphine durable, dont l’objectif est de renforcer les formations et la recherche autour du développement durable et de l’enjeu écologique.

Si vous aviez les clés du ministère de l’Enseignement supérieur, que feriez-vous ?

En France, il y a un important déficit d’attractivité pour les enseignants-chercheurs qui débutent leur carrière, avec des salaires assez faibles et des conditions de travail qui devraient être améliorées. Les rémunérations proposées à un docteur à Bac+8 dans le Supérieur ne sont pas à la hauteur. J’insisterais donc sur ce point pour rendre l’université française plus attractive pour de jeunes docteurs français et étrangers. Autre sujet important dont je m’emparerais : la condition de vie étudiante et plus particulièrement la question du logement. C’est une problématique pour de nombreux étudiants et qui nécessite donc plus de moyens.

 

Si vous étiez étudiante aujourd’hui, pourquoi choisiriez-vous Paris-Dauphine ?

  • Pour la qualité des enseignements dispensés et la diversité des parcours : de la finance aux mathématiques en passant par l’économie et la sociologie.
  • Pour les perspectives d’insertion professionnelle remarquables.
  • Pour la vie étudiante extrêmement riche. Le tissu associatif de l’université couvre tous les secteurs : sport, culture, débats… C’est tellement formateur que l’engagement associatif est valorisé au sein même du cursus.
  • L’encadrement des étudiants parce que Dauphine reste une université à taille humaine

Si vous étiez alumni, pourquoi continueriez-vous de vous investir auprès de l’université ?

Pour redonner à l’université ce qu’elle m’a apporté. Pour être proche des étudiants et les faire bénéficier de mon expérience : c’est toujours gratifiant d’échanger et de partager avec eux. Aujourd’hui, les alumni représentent une communauté de 90 000 diplômés. Ils sont devenus indispensables dans notre politique de rayonnement et de consolidation de notre identité.

Si vous aviez un souhait à formuler pour les 50 prochaines années de Paris-Dauphine ?

Dauphine est une université très créative et pionnière dans certains domaines comme l’innovation pédagogique. Je souhaite que l’établissement conserve cette capacité à imaginer et à être innovante. La communauté universitaire y est attachée.

Si vous imaginiez Dauphine dans 10 ans ?

Nous aurons un magnifique campus moderne et numérique traduisant notre potentiel sur le plan pédagogique et scientifique. La diversité des nationalités, tant au niveau étudiant que du corps professoral, sera encore plus importante. Enfin, Dauphine s’inscrira complètement dans le grand projet PSL. L’université PSL est appelée à devenir une université leader sur le plan mondial, elle permettra à chacun des établissements qui la composent de mieux rayonner à l’international.

Entrez dans la course contre les hackers avec Vade Secure

Vade Secure fait office de véritable exception à la française dans la cyber sécurité. De start-up, elle est devenue leader mondial dans la sécurité prédictive des emails.

Advitam distribution, la distribution autrement : proximité, nature et valeurs sont au cœur de notre entreprise

« Votre dynamisme et votre passion dans une entreprise, ancrée sur son territoire, aux valeurs humaines fortes » assure Mélanie Masse, DRH Advitam distribution.

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Allez droit au but avec Direct Assurance !

Comme l’explique son PDG Olivier Mariée, Direct Assurance, née du changement, s’adapte idéalement aux changements grâce à son agilité naturelle…

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

« inwi, l’innovation au service de l’inclusion numérique »

Véritable challenger dans le secteur des télécoms au Maroc, inwi offre un environnement innovant et approprié pour développer les talents à l’ère digitale. Témoignage de Nadia Fassi-Fehri (X 90), Présidente Directrice Générale de inwi.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.