Moyens illimités, clés du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche… Isabelle Huault, Présidente de l’Université Paris-Dauphine imagine l’établissement idéal pour former les meilleurs étudiants, mais aussi attirer les talents internationaux.

 

Si vous deviez construire une antenne de l’Université Paris-Dauphine dans le monde ?

Isabelle Huault, présidente de l’Université Paris Dauphine imagine l’enseignement supérieur idéal (c) Henrike Stahl

Isabelle Huault, présidente de l’Université Paris Dauphine imagine l’enseignement supérieur idéal (c) Henrike Stahl

Nous avons déjà plusieurs campus à l’étranger : à Londres, Tunis, Madrid Mais aujourd’hui, l’Afrique subsaharienne nous intéresse particulièrement, car il y a d’importants besoins en termes de formation. Nous construisons d’ailleurs actuellement un partenariat stratégique avec une école en Côte d’Ivoire pour apporter une aide technique à l’institution, structurer son offre et coopérer ultérieurement sur un programme.

Si vous aviez des moyens illimités ?

Les chantiers que nous menons actuellement requièrent des moyens significatifs. J’utiliserais cet argent pour consolider nos actions en matière de mobilité géographique et aider les étudiants à partir à l’étranger. Je déploierais également ces moyens pour renforcer la diversité sociale au sein de Dauphine en proposant plus de bourses, de logements étudiants et en renforçant notre programme ‘Egalité des Chances’. Nous mettrions aussi des moyens encore plus importants sur le projet de réhabilitation de notre campus parisien et sur deux projets transversaux que nous lançons : le programme Dauphine numérique sur les sciences des données et l’IA et Dauphine durable, dont l’objectif est de renforcer les formations et la recherche autour du développement durable et de l’enjeu écologique.

Si vous aviez les clés du ministère de l’Enseignement supérieur, que feriez-vous ?

En France, il y a un important déficit d’attractivité pour les enseignants-chercheurs qui débutent leur carrière, avec des salaires assez faibles et des conditions de travail qui devraient être améliorées. Les rémunérations proposées à un docteur à Bac+8 dans le Supérieur ne sont pas à la hauteur. J’insisterais donc sur ce point pour rendre l’université française plus attractive pour de jeunes docteurs français et étrangers. Autre sujet important dont je m’emparerais : la condition de vie étudiante et plus particulièrement la question du logement. C’est une problématique pour de nombreux étudiants et qui nécessite donc plus de moyens.

 

Si vous étiez étudiante aujourd’hui, pourquoi choisiriez-vous Paris-Dauphine ?

  • Pour la qualité des enseignements dispensés et la diversité des parcours : de la finance aux mathématiques en passant par l’économie et la sociologie.
  • Pour les perspectives d’insertion professionnelle remarquables.
  • Pour la vie étudiante extrêmement riche. Le tissu associatif de l’université couvre tous les secteurs : sport, culture, débats… C’est tellement formateur que l’engagement associatif est valorisé au sein même du cursus.
  • L’encadrement des étudiants parce que Dauphine reste une université à taille humaine

Si vous étiez alumni, pourquoi continueriez-vous de vous investir auprès de l’université ?

Pour redonner à l’université ce qu’elle m’a apporté. Pour être proche des étudiants et les faire bénéficier de mon expérience : c’est toujours gratifiant d’échanger et de partager avec eux. Aujourd’hui, les alumni représentent une communauté de 90 000 diplômés. Ils sont devenus indispensables dans notre politique de rayonnement et de consolidation de notre identité.

Si vous aviez un souhait à formuler pour les 50 prochaines années de Paris-Dauphine ?

Dauphine est une université très créative et pionnière dans certains domaines comme l’innovation pédagogique. Je souhaite que l’établissement conserve cette capacité à imaginer et à être innovante. La communauté universitaire y est attachée.

Si vous imaginiez Dauphine dans 10 ans ?

Nous aurons un magnifique campus moderne et numérique traduisant notre potentiel sur le plan pédagogique et scientifique. La diversité des nationalités, tant au niveau étudiant que du corps professoral, sera encore plus importante. Enfin, Dauphine s’inscrira complètement dans le grand projet PSL. L’université PSL est appelée à devenir une université leader sur le plan mondial, elle permettra à chacun des établissements qui la composent de mieux rayonner à l’international.

StopCovid : les questions que vous vous posez

A partir du 2 juin 2020, le gouvernement français mettra en place l’application mobile StopCovid qui signalera à ses utilisateurs un contact éventuel avec une personne contaminée par le Covid-19.

Les Millennials s’engagent : la preuve sur le terrain

Service Civique, V.I.E. & co : les jeunes français sont au taquet pour se mettre au service des autres tout en gagnant en compétences professionnelles. La preuve !

Le doute : l’arme fatale contre les fake news

Les fake news vous envahissent ? Faites place au doute et célébrez l’esprit critique

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

[La gueule de l’emploi] Les soft skills à maîtriser pour être recruté à coup sûr

62 % des dirigeants et managers sont prêts à recruter principalement sur la base des soft skills. Alors plus question de négliger ses « compétences douces » quand on cherche un job

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

Sport VS Covid : le match

Comment se portent les métiers du sport en période de crise sanitaire et économique ? C’était l’objet de la table ronde de La Sports Management School sur BeSport.

Reconversion professionnelle : ils ont osé !

C’est décidé, ils ont changé de vie ! Découvrez trois témoignages d’étudiants qui ont décidé de changer leur avenir professionnel.