« Chaque année, en fin de cursus, les étudiants du Programme Grande Ecoles de NEOMA BS sont évalués à travers un jeu de simulation finale. L’enjeu de l’exercice ?Préparer les étudiants à développer leurs soft skills, leurs compétences et non à apprendre un métier.  Suite à la crise du Covid, l’évaluation s’est entièrement déroulée en virtuel, ce qui a rendu l’expérience inédite et innovante.

 

Une nouvelle équipe de direction prend les rênes de Robotix SA, acteur majeur de l’électronique grand public. Le conseil d’administration lui donne 4 ans pour sortir l’entreprise de sa torpeur et la relancer, sur des marchés en plein bouleversement… Chaque directeur sera-t-il à la hauteur ? L’équipe se montrera-t-elle efficace ? solidaire ?

 

S’organiser

Cette équipe est composée de 6 étudiants des différentes spécialisations M2 du PGE de NEOMA Business School. Chacun prend en charge une des 5 directions, sous la responsabilité du directeur général. En raison de la variété de leurs parcours, les membres de l’équipe ne se connaissent souvent pas beaucoup. Les enjeux sont nombreux. Il faut redresser l’entreprise et la développer dans un contexte très concurrentiel, face à 5 autres équipes. Il faut adopter une méthode de travail efficace. Tout cela en rendant régulièrement compte au Conseil d’administration.

Prévoir, décider… et s’adapter !

Tel est le contexte du séminaire final du PGE qui se déroule sur 6 jours consécutifs… sans compter un weekend bien rempli. Au cours de ces longues journées, chaque équipe prend des décisions successives, après avoir analysé les résultats des décisions précédentes et l’évolution de la conjoncture : accroissement ou réduction des capacités de production, entrée sur des marchés étrangers, repositionnement marketing, contrats de sous-traitance passé avec des concurrents qui deviennent ainsi des partenaires…
Très vite, il faut adapter la stratégie initiale lorsque le marché, la concurrence ou les résultats de l’entreprise, produits par un business game, ne sont pas en ligne avec les prévisions. Le temps est compté, et les problématiques ne manquent pas : les commerciaux parviendront-ils à écouler la production de l’usine ? Comment faire face à l’arrivée de concurrents étrangers ? Aura-t-on les moyens de rembourser les emprunts ? Que faire pour restaurer les marges ? Pour écouler rapidement les stocks qui pèsent sur la trésorerie ? Il faudra peut-être prendre des décisions drastiques pour sauver l’entreprise.

Contribuer à la performance et à la dynamique collective

Problèmes très concrets qui réclament de chaque directeur la pleine maîtrise de sa fonction, une capacité à faire des prévisions correctes, une bonne coordination avec ses collègues et, en cas de difficultés, une approche constructive… et du sang froid.
Et c’est là l’un des principaux objectifs pédagogiques de ce séminaire : éprouver la capacité des étudiants à créer puis à maintenir une dynamique collaborative. Et les amener à réfléchir par eux-mêmes, à la fin de chaque journée, à la qualité de leur contribution individuelle ainsi qu’au fonctionnement global du groupe. Cette réflexion, formalisée dans un journal de bord nourrit une réunion quotidienne, pilotée par le DG, sur la qualité du fonctionnement du groupe.
À la fin du séminaire, après une nuit de repos, chaque étudiant réalise un retour d’expérience individuel. Il comprend un bilan des points forts et des points d’améliorations personnels, ainsi qu’une évaluation des contributions des autres membres de l’équipe, comportant des recommandations.

Une mise à l’épreuve source de développement personnel

A quelques semaines du premier emploi, et après une année de spécialisation, cette mise en situation donne aux étudiants l’occasion de revenir à des enjeux transversaux : intégration stratégique, coordination entre directions. Et de tester leurs soft skills. Outre le management d’équipe, la situation exige d’agir vite et de façon pragmatique, de créer des outils adaptés au contexte, qu’il faut s’approprier au préalable. C’est, souvent, l’occasion de se surprendre, de se dépasser, de se découvrir de nouveaux points forts.

Et avec le Covid-19 ?

Cette année, en raison du confinement, ce séminaire s’est déroulé à distance. Cela a ajouté des contraintes et du stress, mais a aussi enrichi la mise en situation. Les étudiants ont ainsi dû s’approprier la plate-forme de travail collaboratif, MS Teams, plus professionnelle que les habituels groupes Facebook et le partage de fichiers sur Google… Sans compter, pour certains, le décalage horaire lorsque des camarades étaient confinés au Vietnam ou au Japon !

 

l’auteur est : François Mangin, professeur associé à NEOMA Business School

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.