Dans notre monde en changement aigu et rapide, le management évolue lui aussi. En particulier, la relation entre le travail et la performance se transforme. Il ne s’agit plus d’obtenir l’obéissance des salariés à des procédures et à des ordres mais de l’engagement, de l’initiative et de la coopération horizontale volontaire. Ce qui implique de créer de la confiance alors même que les peurs se développent. Comment être un dirigeant à la fois efficace et humain en 2020 ?

 

Volatilité Incertitude Complexité Ambiguïté

La plupart des formations au management commencent avec la description des quatre caractéristiques actuelles de l’environnement des entreprises : volatilité, incertitude, complexité et ambiguïté, résumées par l’acronyme VICA (VUCA en anglais). L’ensemble des activités de l’entreprise sont concernées par ces perturbations. Des marchés de plus en plus mondialisés, des concurrents aux business models disruptifs et des clients sans cesse plus exigeants et volages sont des sources de perturbations. En termes de technologies, l’intelligence artificielle demande de fortes adaptations, par exemple celle des conseillers en bancassurance du CIC qui travaillent en binôme avec un conseiller virtuel, Watson, qui apporte une nouvelle compétence dans l’analyse des dossiers clients et suggère les produits les plus adaptés. Ces évolutions sont sources de craintes nombreuses. Les réactions dans l’entreprise peuvent consister en un durcissement du respect de la hiérarchie et des procédures au service d’un business model dépassé. L’échec est alors inévitable. C’est ainsi que Kodak a disparu en quelques dizaines de mois seulement du marché de la photographie. D’autres entreprises parviennent à construire des visions d’avenir innovantes en phase avec leur environnement mais imposent leur politique de changement sans tenir compte des dynamiques humaines. Le procès France Télécom en est l’illustration malheureuse. Or l’échec et la souffrance ne sont pas les seules réponses possibles à la volatilité, à l’incertitude, à la complexité et à l’ambiguïté.

Pouvoir d’agir

Une troisième voie consiste dans la mise au point d’une vision stratégique forte et sa réalisation grâce à des innovations managériales diffusant dans l’entreprise l’envie et le pouvoir d’agir (parfois désignés par le terme franglais d’empowerment). Ces nouvelles méthodes trouvent leurs sources dans le travail de consultants (Frédéric Laloux et ses organisations Opale), de professeurs (Isaac Getz qui a identifié le modèle des entreprises libérées), de coachs (Alain Cardon qui promeut des méthodes délégatives de prise de décision) ou de chercheurs (Robert Folger qui a mis en évidence l’importance des processus de décisions justes). Elles consistent à créer pour chaque salarié une zone de délégation dans laquelle il a une grande liberté d’action et est responsable de ses décisions. Dans ce cadre, le manager prend un nouveau rôle d’accompagnateur ou de manager-coach qui construit la confiance et accorde un droit à l’erreur. Le résultat est une plus grande tendance des salariés à prendre des initiatives et à coopérer horizontalement. Plusieurs entreprises de toutes tailles utilisent l’envie et le pouvoir d’agir comme principe même d’une organisation rénovée (de Gore à Michelin). Mais même si on ne transforme pas complètement son organisation sur ce fondement, on peut la faire évoluer pour la rendre plus organique et accompagner ses managers afin qu’ils deviennent plus délégatifs. De nombreuses entreprises ont aujourd’hui mis en place des programmes de formation ou de transformation qui vont dans ce sens, comme Alfa Laval ou le Crédit Agricole d’Ile de France. Outre que cette pratique permet aux personnes qui sont sur le terrain de mieux répondre aux incertitudes et à la complexité, elle a le double avantage d’être vécue par les salariés comme étant juste et épanouissante. Dans un monde VUCA le dirigeant efficace sera ainsi probablement celui qui saura transformer le management de son entreprise vers une plus grande capacité d’empowerment.

 

A propos de l’auteur : Thierry Nadisic, Professeur à emlyon et auteur des livres « S’épanouir sans gourou ni expert » aux éditions Eyrolles et « Le management juste » aux éditions UGA.

 

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.