Jack Daniel’s lance la gamme « Sinatra select », Ray-Ban a des affiches en noir & blanc dans sa campagne « Never Hide » pour rappeler que ses modèles ont traversé les époques, McDonald’s estime que son Big Mac est intemporel et La Laitière ferait ses pots de crème dessert depuis plusieurs siècles ! Les exemples ne manquent pas lorsqu’il s’agit des signaux de marques indiquant, explicitement ou implicitement, leur « vieillesse ». Mais qu’en pensent les consommateurs ? Mes recherches indiquent une vision « multidimensionnelle » qui contribue à la valeur marque.

 

Comprendre la vieillesse de la marque

Pour le consommateur, la marque prend la forme d’un ensemble d’associations qui se construisent sur la base des expériences et interactions qu’il a eues avec elle. Développer des associations positives est dès lors un enjeu majeur pour les marques. La vieillesse de la marque (Brand Oldness) représente, entre autres, un levier intéressant pour créer des associations favorables. En effet, certaines marques mettent en avant leur vieillesse (e.g. l’iconographie de La Laitière, le spot vintage « pool boy » de Coca-Cola) pour se valoriser (héritage, authenticité, etc.). Néanmoins, d’autres, optent plutôt pour un rajeunissement de leur âge (e.g. le nouveau logo de Burberry sans le chevalier, la publicité du modèle Classe-A de Mercedes-Benz avec la chanteuse Nicki Minaj) afin d’éviter d’être dévalorisées (obsolescence, désuétude, etc.). Le but de mes recherches est alors d’identifier les différentes associations à la vieillesse de la marque par le biais d’interviews et de questionnaires auprès de consommateurs.

Je te vois vieille, donc tu es vieille !

La notion de vieillesse de la marque est subjective. Une marque est vieille parce qu’elle est perçue comme telle par les consommateurs et ce indépendamment de son âge chronologique mesuré depuis son année de lancement sur le marché. A titre d’exemple, les consommateurs ont qualifié Le Petit Marseillais de marque très vieille parce qu’ils l’associent au savon de Marseille, produit artisanal et fruit d’un savoir-faire millénaire. En réalité, la marque existe depuis à peine 39 ans. Par ailleurs, les résultats ont permis d’identifier les déterminants de la perception de la vieillesse de la marque (e.g. endosseurs publicitaires, logo, pays d’origine, packaging, point de vente, etc.). Par exemple, Loïc (33 ans) estime que « Levi’s a un logo avec deux chevaux tirant des ficelles, c’est donc une marque très vieille », tandis que Joël (64 ans) précise que « Mercedes est vieille parce que les Allemands ont été les premiers à fabriquer des voitures ».

Des dimensions génératrices de valeur

La vieillesse de la marque a, au regard du consommateur, plusieurs facettes (dimensions) telles que l’Expertise (cumul de savoir-faire au fil du temps), l’Entretien (évolution avec les tendances du marché) ou l’Intemporalité (indépendance du temps) qui sont à connotation positive, ou le Déclin (être dépassée, ne pas se renouveler/évoluer) qui illustre un aspect négatif. Celles-ci impactent des variables créatrices de valeur. Ainsi, lorsque le consommateur perçoit une marque comme Experte, cela renforce sa confiance vis-à-vis d’elle, quand il la voit comme Intemporelle ou bien Entretenue cela favorise son attachement à elle et s’il considère qu’elle est en Déclin, alors cela nourrit sa nostalgie mais réduit toutefois son attachement. A travers ses dimensions, la vieillesse de la marque permet d’agir sur des leviers de création de valeur (confiance, attachement, nostalgie) et devrait donc être soigneusement cultivée. De nos jours, la « vieillesse » est souvent péjorative, mais dans le monde des marques, elle est tout à fait… désirable !

Remerciements

L’auteur Nada Maaninou, enseignant-chercheur en Marketing à l’EM Strasbourg Business School (laboratoire Humanis) tient à remercier ses collaborateurs Pr. Véronique Cova & Pr. Dwight Merunka (IAE Aix-Marseille) et son collègue Dr. Richard Huaman-Ramirez (EM Strasbourg) pour leur contribution à ces recherches.

StopCovid : les questions que vous vous posez

A partir du 2 juin 2020, le gouvernement français mettra en place l’application mobile StopCovid qui signalera à ses utilisateurs un contact éventuel avec une personne contaminée par le Covid-19.

Les Millennials s’engagent : la preuve sur le terrain

Service Civique, V.I.E. & co : les jeunes français sont au taquet pour se mettre au service des autres tout en gagnant en compétences professionnelles. La preuve !

Le doute : l’arme fatale contre les fake news

Les fake news vous envahissent ? Faites place au doute et célébrez l’esprit critique

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

[La gueule de l’emploi] Les soft skills à maîtriser pour être recruté à coup sûr

62 % des dirigeants et managers sont prêts à recruter principalement sur la base des soft skills. Alors plus question de négliger ses « compétences douces » quand on cherche un job

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

Sport VS Covid : le match

Comment se portent les métiers du sport en période de crise sanitaire et économique ? C’était l’objet de la table ronde de La Sports Management School sur BeSport.

Reconversion professionnelle : ils ont osé !

C’est décidé, ils ont changé de vie ! Découvrez trois témoignages d’étudiants qui ont décidé de changer leur avenir professionnel.