Le plus gros concurrent des associations d’anciens ? LinkedIn ! Comment rester l’acteur incontournable du réseau et de l’accompagnement de carrière des élèves et des diplômés de CentraleSupélec ? Atouts et projets d’une association d’alumni bientôt fusionnée avec Jean-Luc Barlet et Pascale Delmas, Président et Déléguée générale de l’association Les Supélec – Par Clarisse Watine

 

La fusion de CentraleSupélec est actée. Qu’en est-il du côté des associations d’alumni ?

JL.B. La fusion de nos deux associations est un processus délicat. Toutes deux reconnues d’utilité publique, elles s’inscrivent dans un environnement règlementaire et juridique complexe. Mais nous sommes aujourd’hui sur de bons rails et attendons, confiants, la décision du Conseil d’Etat. D’autant que nous avons déjà bien avancé sur notre rapprochement et disposons aujourd’hui de modèles convergents et de groupes dotés de bureaux communs. Je crois aussi beaucoup au renforcement de cette convergence par les bénévoles qui participent à nos événements.

Qu’est-ce qui vous fera dire qu’elle est réussie ?

JL.B. La satisfaction de nos adhérents ! La preuve qu’ils trouvent que ça bouge dans le bon sens. L’implication de jeunes membres animés par l’envie de reprendre le flambeau sera aussi un signe de réussite. Car pour rester une association et ne pas se transformer en amicale, nous avons besoin des jeunes générations, de leur regard et de leurs centres d’intérêt, un peu différents des nôtres et donc, particulièrement enrichissants. Nous souhaitons aussi que plus de femmes nous rejoignent, un objectif à travailler très en amont. Nous voulons enfin renforcer notre diversité internationale. Avec des Supélec présents dans 90 pays du monde, nos réseaux franchissent les frontières !

 Le point sur vos principales actions ?

JL.B. Notre réseau compte 45 000 diplômés actifs, en France et à l’international. Grâce à eux, nous organisons près de 500 événements par an : afterworks thématiques orientés pays, rencontres dédiées à une filière (transport et mobilité, ville du futur, numérique, blockchain, aéronautique…). Avec la fusion, les promotions comptent désormais quasiment 1 000 personnes, ce qui nous permettra de multiplier nos actions partout dans le monde.

Et pour les élèves-ingénieurs ?

PD : Depuis 2016, nous leur proposons une « adhésion junior ». Nous les incitons à rejoindre l’association dès leur entrée à l’école, pour toute la durée de leurs études et pour un prix modique. Un succès : 75 % des promotions nous rejoignent aujourd’hui. Depuis que nous avons mis en place ce dispositif, nous leur sommes plus que jamais redevables. Nous organisons des manifestations avec eux sur les campus, comme les Rencontres omnisport CentraleSupélec qui rassemblent près de 450 personnes (élèves, diplômés, personnel de l’école…) sur le campus de Gif. Le 8 octobre dernier, nous avons également organisé l’opération Les Formidables. Une occasion privilégiée de rencontrer des diplômés aux parcours prestigieux ou originaux, du dirigeant d’ATD Quart Monde, à un haut fonctionnaire européen, un entrepreneur skipper, en passant par une députée à l’Assemblée Nationale.

Pourquoi rejoindre les alumni CentraleSupélec quand on est encore étudiant ?

P.D. Outre l’aspect quantitatif (avec un réseau deux fois plus important après fusion) vous profitez d’une très forte complémentarité entre nos deux communautés, à la fois sur le plan du parcours technique et des compétences comportementales. Notre objectif ? Que 1+1 fasse3 ! Et nous sommes sur la bonne voie pour y arriver.

Votre message aux élèves ?

JL.B. Rejoignez-nous et CentraleSupélec Alumni sera ce que vous en ferez !

Votre regard sur l’intégration de CentraleSupélec à Paris – Saclay ?

JL.B. Romain Soubeyran a récemment écrit un courrier aux alumni à ce sujet. Un courrier qui a fait le buzz dans notre communauté car l’intégration à Paris – Saclay concrétise la raison d’être du rapprochement de Centrale Paris et de Supélec.  Avec Paris – Saclay, l’école y coordonnera un grand pôle de type MIT, tout en conservant son autonomie. C’est une des premières grandes opérations de reconfiguration de l’enseignement supérieur français et les alumni sont heureux d’accompagner les grands projets et le rayonnement de CentraleSupélec via la Fondation notamment. Pour preuve, 10 % du budget de l’école proviennent des alumni, via la fondation notamment.

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.