Communiqué de presse :

Plus de 90% des candidats européens restent déterminés à saisir les opportunités d’étudier à l’ international.
Étudier à l’étranger reste une proposition attrayante pour les potentiels étudiants internationaux malgré l’épidémie de COVID-19 actuelle.
Plus de 90% de ceux qui avaient initialement l’intention d’aller étudier dans une université de l’Union Européenne pensent toujours postuler pour étudier à l’étranger.
Cependant, malgré la solidité du marché de l’enseignement supérieur de l’Union Européenne, les universités doivent adopter des plans d’urgence et des réponses stratégiques appropriées en prévision des reports d’inscriptions d’étudiants.

 

QS Quacquarelli Symonds, les analystes de l’enseignement supérieur et qui élaborent le classement international des universités , QS World University Rankings mènent une enquête – en cours – afin de recueillir la réponse des étudiants face à la pandémie, y compris son effet sur leurs projets d’études et leur point de vue quant à la réaction des universités face à la perturbation qui s’ensuit.
Au total, l’enquête a recueilli les réponses de 14 416 étudiants internationaux candidats à une formation.

Pour ceux qui avaient initialement l’intention d’étudier dans un pays de l’UE :

  • 46% des personnes interrogées ont l’intention de reporter leur entrée d’une année, en raison du coronavirus ;
  • 17% des personnes interrogées ont maintenant l’intention d’étudier dans un autre pays à la suite de la pandémie mondiale ;
  • Seulement 10% de ceux qui avaient initialement l’intention d’étudier dans une université britannique n’ont plus l’intention d’étudier à l’étranger ;
  • Pour le moment la pandémie n’a pas augmenté le résultat quant aux formations diplômantes en ligne, aucun candidat de l’UE n’a déclaré que le contexte actuel avait changé leur décision pour une formation en ligne.
  • L’Italie, malgré sa grave épidémie, voit également son marché rester majoritairement résilient, avec seulement 11,1% des candidats potentiels exprimant le désir d’étudier ailleurs et seulement 9,1% ne souhaitant plus étudier à l’étranger (20,2% données cumulatives);
  • 7,5% des candidats postulant aux universités espagnoles ont l’intention d’étudier ailleurs et 7% n’ont plus du tout l’intention d’étudier à l’étranger (14,5% données cumulatives);
  • Pour les candidats allemands, les chiffres respectifs sont de 8% (étudier ailleurs) et 6,8% (ne plus avoir l’intention d’étudier à l’étranger) (14,8% données cumulatives);
  • 8,8% des candidats potentiels aux universités françaises ont désormais l’intention d’étudier ailleurs, tandis que 5,9% n’ont plus du tout l’intention d’étudier à l’étranger (14,7% données cumulatives)

Nunzio Quacquarelli, PDG de QS Quacquarelli Symonds, déclare «cet ensemble de données que nous collectons démontre que toute baisse potentielle des inscriptions d’étudiants internationaux risque d’être temporaire: seul un répondant sur dix a déclaré à QS qu’il n’avait pas du tout l’intention de poursuivre des études internationales . Pour les universités de l’UE, il sera absolument essentiel de savoir comment elles communiqueront et géreront leurs perspectives d’étudiants internationaux, afin de rester engagées pour les entrées en 2021. »
Nunzio Quacquarelli poursuit : « Il est probable que cette baisse potentielle des inscriptions d’étudiants internationaux puisse être atténuée par la flexibilité des délais de candidature, une communication claire concernant l’offre d’apprentissage en ligne et l’assurance que l’établissement choisi est aussi bien équipé pour une salle de classe autant virtuelle que physique. « 

 

Pour plus d’informations ainsi que nos ressources sur le coronavirus, merci de consulter: https://www.qs.com/covid-19-resources-updates/.