«Je pense qu’on a substitué le niveau Bac+2 au niveau Bac d’autrefois. » Une phrase lancée avec pertinence par Pascal Zanchi, professeur de Gestion Relation Client en BTS au Lycée Chopin, à Nancy. Et il n’a sans doute pas tort : la raison première qui pousse un étudiant à faire un Bac+2 en 2012, c’est très probablement qu’il sait qu’à niveau Bac, il lui est de plus en plus difficile de trouver un emploi. « Sur le marché du travail, c’est presque devenu la norme de posséder un Bac+2 pour être employable. Dans la course au diplôme, aujourd’hui les employeurs ne se contentent plus d’un Bac », avertit Philippe Schoda, directeur de l’école ESARC Evolution Bordeaux qui propose plusieurs BTS privés. Mais ce n’est certainement pas le seul bénéfice qu’offre l’entrée en BTS ou en IUT. Voici 8 des raisons qui vous ont poussé à suivre l’une de ces deux formations.

1
« Je ne veux pas faire une prépa. »
Louis Segré, ancien élève de l’IUT en Sciences et Génie des Matériaux à Nantes, actuellement à Centrale Nantes, et Sophie Lejeune, tout juste diplômée d’un IUT en Techniques de Commercialisation à l’IUT Robert Schuman (Strasbourg-Illkirch), le disent tous les deux : la prépa, très peu pour moi ! Pourquoi avoir choisi de suivre un IUT ? « Parce qu’après la terminale je n’avais pas du tout le niveau ni l’envie de faire une prépa donc l’IUT semblait l’alternative à ça », répond le premier. « La prépa c’est trop dur, c’est pour ça que je n’y suis pas allée », renchérit la deuxième.

 

2
« Les études trop longues, non merci ! »
La longueur vous faisait peur ? Pas de problème : BTS ou IUT, même combat, seulement deux ans de cours, à peine le temps de dire bonjour. Et à ceux qui en douteraient, Jérémy Touchet, diplômé d’un DUT en Génie Thermique et Energie, lance avec un sourire : « Trois ans, ça passe rapidement ! » La preuve ? Il n’a pas eu peur d’enchaîner avec une licence pro…

 

3
« J’ai besoin d’un peu de temps pour réfléchir à mon avenir. »
Se lancer immédiatement dans la vie active, ou continuer à étudier, vaste question : faire un BTS ou un IUT offre le luxe de prendre un peu de temps avant d’y répondre. Flore Mishel, diplômée d’un DUT en Techniques de commercialisation à l’IUT de Sceaux (Université Paris Sud) reconnaît qu’elle a choisi cette voie parce qu’en terminale elle ne savait pas trop où elle voulait aller. « Je me suis dit : l’avantage du DUT, c’est que ça va me permettre de toucher à plein de matières. » Philippe Schoda confirme : « Cela permet d’avancer étape par étape. On commence par un Bac+2, et ensuite on peut travailler ou poursuivre ses études. » Un avis que partage Sophie Lejeune : « C’est le gros avantage de l’IUT : tu peux faire ce que tu veux après. » Et d’ailleurs, « ce que tu veux » rime de plus en plus avec « intégrer une autre  ensuite ». Philippe Guerin, en charge du site www.bacplusdeux.com, constate que le BTS et l’IUT sont deux « diplômes ouverts sur la poursuite d’études autant que sur la recherche d’emploi » mais que « plus ça va, et plus ils mènent à la poursuite d’études. »

 

4
« J’ai envie d’être conseillé et encadré. »
« Ce qui m’a plu en comparaison avec la fac, c’est que, lorsqu’on avait un problème avec les cours, on était encadré par les profs », raconte Jessica Weber, en BTS Management des Unités Commerciales au Lycée Chopin, à Nancy, après avoir essayé l’université, sans trop de succès. « En BTS on a beaucoup de travaux en groupe, une petite classe. Il y a une bonne ambiance. C’était un peu comme au lycée mais avec plus de liberté. » Larbi Aït Hennani, directeur de l’IUT de Roubaix (Lille 2), confirme : « L’encadrement n’est pas le même que dans les autres formations, il y a un réel suivi de l’étudiant. »

 

5
« Je veux un bon diplôme reconnu. »
Les responsables de sites de recrutement à niveau Bac+2 sont formels : les BTS et DUT représentent « la force tranquille, de très bons diplômes », selon les termes de Philippe Guerin. Maxime Antoni, directeur de la rédaction de www.dimension- bts.com, approuve : « Le BTS est un diplôme très connu qui existe depuis la fin des années 50 donc il a très bonne presse, il est reconnu par les entreprises. »

 

6
« Aller en cours, d’accord, mais seulement si c’est intéressant ! »
Sans aucun doute, les BTS et IUT offrent des formations captivantes, concrètes, qui collent aux besoins des entreprises, et qui sont régulièrement mises à jour. « J’ai trouvé l’IUT deux fois plus intéressant que ce que j’ai fait en prépa ATS, et deux fois plus intéressant que ce que je fais aujourd’hui en école. C’est beaucoup plus pratique, concret », s’exclame Louis Segré. Maxime Antoni évoque quant à lui le BTS : « C’est professionnalisant parce que la formation est mise à jour régulièrement. Tous les ans il y a au moins cinq BTS qui sont réformés pour coller aux besoins des entreprises, voire supprimés. Et il y a énormément de filières (plus de 100) qui correspondent toutes à des métiers précis, même s’il y a des BTS larges comme MUC ».

 

7
« J’aimerais connaître davantage le monde de l’entreprise. »
Professeurs, directeurs, élèves, recruteurs, tous le disent quand on les interviewe : les BTS et IUT offrent un subtil mélange de théorie et pratique très apprécié des étudiants, qui se manifeste notamment par une vraie immersion en entreprise. Côté IUT, Jérémy Touchet déclare : « Un IUT, c’est une formation où l’on travaille. On ne fait pas que des cours magistraux », et Thomas Thierry approuve : « Moi je n’ai jamais été très scolaire et du coup j’ai trouvé ce que j’attendais : les TPs m’ont impressionné dans la précision qu’ils m’ont offerte. L’IUT est une formation courte mais que je trouve professionnalisante. » Côté BTS, Maxime Antoni rappelle que, selon le programme national, « il y a une longue période d’immersion en entreprise entre 12 et 20 semaines sur deux ans de formation, ce qui est déjà énorme. » Sans oublier la possibilité de faire son BTS en alternance : « Quasiment tous les BTS sont faisables en alternance, avec carrément deux ans d’expérience professionnelle et en même temps deux ans d’études. L’intérêt c’est qu’on est beaucoup plus intégré en entreprise, où l’on vous confie des missions de longue durée. »

 

8
« Je vous préviens, à la fin, je veux être embauché ! »
Conclusion ? « Je dirais qu’un Bac+2 permet d’être très rapidement opérationnel dans le monde du travail avec derrière des perspectives d’évolution : ce n’est pas parce qu’on est jeune qu’on va stagner », déclare Emmanuel Gauvry, diplômé, entre autres, d’un DUT Génie Electrique et Informatique Industrielle. Opérationnel, un adjectif loin d’être choisi au hasard : il revient souvent dans la bouche des recruteurs et professeurs quand ils définissent le profil des élèves à la sortie d’un BTS ou d’un IUT. Philippe Schoda confirme : « Les Bac+2 ont une réputation auprès des employeurs qui est très forte. Ils savent ce que ça vaut. » Et Philippe Guerin de donner le mot de la fin, expliquant qu’ils sont « très recherchés par les entreprises. »

 

Pourquoi faire un BTS Privé ?
La réponse de Philippe Schoda, directeur de l’école ESARC Evolution Bordeaux, qui propose des BTS privés : « Il y a plusieurs raisons. La première c’est qu’un certain nombre d’étudiants et de parents sont déjà dans le privé au lycée et pour eux c’est presque naturel de continuer dans le privé. La deuxième, c’est qu’un certain nombre de lycéens ont besoin d’un encadrement de qualité (ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas le cas dans le public). Notre positionnement c’est davantage de suivi, d’accompagnement, d’écoute du jeune. Il y a une personne responsable du suivi de l’accompagnement des étudiants : c’est une sorte de coach qui anime une fois tous les quinze jours un atelier de développement personnel et qui les suit en parallèle pour classifier leurs objectifs, préciser leurs méthodes de travail. Et une dernière raison : un certain nombre de lycéens qui passent par le système Admission Post-Bac du public ne sont pas pris. S’ils veulent malgré études, ils doivent se tourner vers le privé. »

 

Claire Bouleau