POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Marché du travail 2022 : le rapport de force entre candidats recrutés et recruteurs semble s’inverser

candidats recrutés marché
Crédits Unsplash

Bien sûr, le marché de l’emploi évolue constamment au gré de la démographie, des besoins et de la mondialisation. Il n’a pourtant jamais connu autant de changements que durant ces deux ans, en grande partie grâce à la baisse spectaculaire du taux de chômage. Sur le marché du travail, le rapport de force entre candidats recrutés et recruteurs semble même s’être inversé. Le moment est-il venu pour les employeurs de soigner leurs CV ?

Embellie sur le marché de l’emploi

Le chiffre 7 semble porter bonheur à l’économie du pays. La France a en effet connu une croissance de 7% en 2021 (du jamais vu depuis 50 ans) et le chômage est descendu à 7,4% (son plus bas niveau depuis 15 ans). Le dynamisme du marché du travail a conduit à une baisse rapide du nombre de demandeurs d’emploi et la reprise a même été fortement créatrice d’emplois. La plupart des entreprises recrutent pour faire face à la relance de la consommation tandis que d’autres anticipent un potentiel très fort redémarrage de leur activité.

Quels sont les profils les plus recherchés ?

Les secteurs professionnels qui proposent le plus d’offres d’emploi restent massivement ceux du commerce, de la santé, de l’hôtellerie-restauration et des services administratifs. Hormis le secteur de la restauration, la plupart des offres reçoivent encore de nombreuses candidatures pour les postes proposés. Il en va tout autrement pour certains métiers bien plus en tension, notamment dans les secteurs de la finance, de l’informatique et de la logistique. Les fonctions aux compétences pointues sont particulièrement recherchées : les ingénieurs informatiques, les analystes financiers et les responsables logistiques font par exemple partie des profils les plus demandés.

Marché du travail : futurs candidats recrutés toujours plus exigeants

La transition numérique a entrainé une digitalisation des métiers et une transformation des façons de travailler, avec l’apparition de free-lances, d’autoentrepreneurs et de « slashers » cumulant freelance et emploi à mi-temps. L’emploi de bureau, et même le statut de cadre, n’est plus une fin en soi.

Puis la pandémie mondiale de Covid-19 a créé un contexte anxiogène qui a conduit de nombreux candidats à remettre en question leurs priorités. La mentalité et les attentes des collaborateurs ont évolué. La qualité de vie au travail et, plus globalement, l’équilibre vie pro vie perso sont devenus non négociables pour les candidats les plus recherchés.

Une exigence de bien-être qui se manifeste dès les premières phases de recrutement : horaires aménageables et télétravail, l’heure est à la flexibilité. Les candidats les plus courtisés peuvent se permettre de négocier et de comparer les avantages proposés : épargne, prime salariale, proximité du lieu de travail, formation continue, programmes santé, espaces de repos… Les sujets ne manquent pas pour attirer de nouveaux talents !

La quête de sens au cœur du recrutement

Le télétravail est devenu la norme des jeunes cadres, poussant à la généralisation d’un modèle hybride entre travail sur site et à distance. Mais les aspirations des jeunes générations ne s’arrêtent pas là car, pour beaucoup, l’évolution professionnelle ne se limite pas à une carrière en ligne droite. Elle peut emprunter de nouveaux virages et même se construire en pointillés, au gré des envies et des opportunités.

Pour attirer et surtout fidéliser, les entreprises doivent désormais soigner leur « marque employeur » et ne surtout pas en faire un concept creux. La marque employeur véhicule bien plus que l’image de l’entreprise mais sa culture, sa raison d’être et ses engagements. L’entreprise pour laquelle on s’engage doit savoir créer une relation de confiance faite de bienveillance, d’affinités et de projet de carrière sur la durée.

Du côté des métiers de l’expertise financière, les professionnels du trading et de la finance sont toujours à l’écoute d’opportunités. Ils sont aussi plus exigeants, plus difficiles à convaincre et encore plus à garder. Comme dans une rencontre amoureuse, la séduction doit maintenant opérer des deux côtés : la bataille des talents ne fait que commencer !

candidats recrutés marché
Crédits Unsplash

L’auteur est Alexandre Jonquais, Responsable relations école-entreprises à l’ESLSCA Business School Paris

>>>> Retrouvez les actus de l’ESLSCA Business School par ici !!

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter