Mathieu Gravey, 24 ans, jeune diplômé ingénieur 2015 de Mines Alès, remporte le prix du concours Modern Code Developer organiser par Intel, numéro un mondial des microprocesseurs. Ce concours donne l’occasion à de jeunes développeurs prometteurs d’utiliser des méthodes de programmation modernes pour améliorer un code qui contribue à faire progresser la science.

 

Mathieu Gravey, s’est distingué parmi 17 000 étudiants participants, issus de plus de 130 Universités et écoles à travers le monde.

 

Il a relevé avec brio le défi proposé : optimiser le code source d’une application simulant la formation et la croissance des millions de cellules du cortex cérébral afin d’accélérer la recherche en la matière. Grâce à son travail l’exécution du code ne prend désormais plus que 8 mn 30 s, contre 45 h précédemment. Lorsqu’il s’agit d’exploiter des masses gigantesques de données, le temps est un facteur essentiel.

 

Mathieu perfectionne ainsi un outil utilisé au sein de l’un des projets de recherche menés dans le cadre du CERN Openlab. En s’approchant au plus près des mécanismes de développement du tissu cérébral et en intégrant aussi bien des facteurs génétiques que temporels, ce code, combiné aux capacités croissantes de calcul disponibles sur les fermes de serveurs, offre de nouvelles possibilités d’identification des causes, et donc des traitements potentiels, de troubles tels que l’autisme, l’épilepsie ou la schizophrénie.

 

Une distinction qui ne surprend pas Bruno Goubet, directeur de Mines Alès : « dès son arrivée dans l’école, nous avons remarqué le talent de Mathieu pour la programmation. Il a notamment conçu des applications pour mobile permettant aux élèves de suivre tous leurs résultats académiques ou encore leur planning de cours ».

 

Son talent évident lui permet de remporter un stage de neuf semaines au CERN Openlab. Une première reconnaissance internationale avant la poursuite de ses travaux par une thèse.