S’il fallait retenir un qualificatif pour définir les évolutions vécues dans le secteur du luxe en ce début de 21ème siècle, ce serait « bousculé ». L’univers du luxe est bousculé par les évolutions, voire les révolutions, sans précédents des modes de production, de distribution et de consommation. Il l’est également par l’arrivée de nouveaux acteurs, insoupçonnés il y a encore quelques années, qui tentent de prendre leur part de cette industrie si attractive. Enfin, il est bousculé par les innovations technologiques incessantes des dernières années. Par Michel Phan, Professeur de marketing luxe et directeur du Master of Science in Luxury management and Marketing – emlyon business school

 

« See now, buy now », quèsaco ?

Le modèle de production traditionnel du luxe a fondamentalement changé. Sous la pression des ONG et des consommateurs, beaucoup de maisons de luxe abandonnent l’utilisation des fourrures animales, voire des peaux exotiques. La traçabilité de la production des produits de luxe devient un sujet d’actualité et d’importance pour tous. Les cycles de production se raccourcissent pour satisfaire les consommateurs à la poursuite de l’immédiateté. On a même donné un nom à cette tendance, le « see now, buy now ». Traditionnellement il fallait environ six mois entre la présentation d’une nouvelle collection de prêt-à-porter et sa disponibilité en boutique. Aujourd’hui ce délai s’est raccourci à quelques jours à peine ! La demande croissante des clients pour « consommer plus responsable » amène les maisons de luxe rechercher des matières biologiques et naturelles, comme le coton, la soie ou la laine, et à en faire un argument de communication et de positionnement marketing.

Luxe et e-commerce

Les modes de distribution des produits ont aussi fortement évolué depuis ces dernières années. Si les boutiques physiques ont encore de beaux jours devant elles, elles ne sont plus les seuls endroits où les consommateurs achètent les produits de luxe. Le e-commerce, et de plus en plus le m-commerce (ou mobile commerce : on achète avec son smartphone partout dans le monde), s’ajoutent aux boutiques. En Chine, les maisons de luxe commencent à vendre sur WeChat, le réseau social utilisé quotidiennement par plus d’un milliard de chinois.

Le poids des influenceurs…

Le consommateur moderne de produits de luxe a lui aussi changé. Il s’informe sur les réseaux sociaux via des « influenceurs » ou des célébrités avant de se décider. Le rôle des publicités et des magazines de mode s’atténue et va probablement disparaître. Pour acheter le produit, le consommateur a le choix entre plusieurs canaux possibles et plusieurs zones géographiques. Les barrières physiques et géographiques n’ont plus aucune importance. Et si par hasard, il n’était pas satisfait des choix offerts par les maisons de luxe, il pourrait créer ou co-créer « son » produit de luxe correspondant parfaitement à ses désirs. Enfin, l’industrie de luxe voit arriver, avec ou sans invitation, de nouveaux acteurs qui comptent bien profiter de sa santé éclatante. Ces dernières années ont vu pas moins d’une dizaine de maisons de luxe européennes passer sous contrôle de propriétaires non-européens (qataris, chinois, indiens, …). Ils apportent de nouveaux capitaux leur permettant de se développer ou de survivre tout simplement, comme dans le cas de la maison Lanvin.

… et de l’IA !

Les innovations technologiques quant à elles bouleversent littéralement l’industrie du luxe. Elles révolutionnent le secteur et forcent les maisons de luxe à penser différemment. Il n’y a pas si longtemps, qui aurait imaginé qu’un jour l’intelligence artificielle (IA) choisirait un parfum pour nous ? Que nous paierions nos achats sans passer par la caissière ? Que les maisons de luxe communiqueraient seulement sur les produits qui nous intéressent au moment qui nous convient le mieux sur notre smartphone ? Fini le temps de publicités intempestives et de masse. Nous ne sommes qu’au début du 21e siècle. Qu’adviendra-t-il de cette industrie avec l’arrivée des ordinateurs quantiques et de leur puissance inimaginable qui vont (encore) révolutionner nos savoir-faire actuels ? L’avenir nous le dira… très vite !

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.