Directeur de l’Enseignement depuis 10 ans à l’ISEP, Dieudonné Abboud s’apprête à prendre ses fonctions de directeur général le 1er avril 2017. Ses axes forts pour l’ISEP : un renforcement de l’innovation et une modernisation de l’offre pédagogique. Par Maximilien Arengi

L’innovation : axe fort de l’ISEP

L’ISEP crée un parcours « innovation et création d’entreprise ». Il sera accessible en fin de première année, dès la rentrée 2017. Les étudiants devront être porteurs d’un projet qui les suivra tout au long de leur scolarité. Ils y consacreront leur stage de deuxième année. Dieudonné Abboud nous explique également que « ces 5 dernières années, 47 startups ont été créées par des étudiants ou des diplômés de l’ISEP et nous voulons impliquer davantage les enseignants-chercheurs dans la création de startups ».

Renforcer l’innovation grâce à un centre numérique

Dans les anciens locaux du CNET, l’ISEP va mettre en place, en collaboration avec la Mairie d’Issy-les-Moulineaux, un centre numérique pour l’innovation et l’entreprenariat de 1 000m². L’objectif de Dieudonné Abboud est de « renforcer l’ouverture de l’école d’ingénieurs sur la Cité. Il faut penser une science et une technique ouvertes sur la Cité pour aider la population à s’approprier le développement technique et à ne pas être réfractaire aux nouvelles technologies ».

 

Robot NAO © Gilles Cohen

Robot NAO © Gilles Cohen

 

Moderniser l’offre pédagogique

« Au-delà de répondre aux attentes des entreprises, j’ai l’ambition que nos formations répondent aussi aux attentes d’étudiants dotés d’intelligences variées, insiste le futur DG de l’ISEP. Certains nourrissent un goût pour les langues, d’autres préfèrent le concret et l’expérimentation, d’autres encore sont attirés par la théorie ou par le management ». En misant sur des talents variés, l’ISEP entend fournir les ingénieurs dont a besoin le pays pour mener sa révolution numérique.

La modernisation par le e-learning

L’école est fière de ses innovations en matière de pédagogie. « Nous faisons partie des premiers à avoir développé l’approche par compétences, puis l’approche par projets ». Au travers d’une plateforme riche d’outils et de ressources, les enseignants imaginent des projets concrets, proposent des apprentissages en ligne, évaluent et incitent les étudiants à s’autoévaluer. Demain, l’ensemble des dispositifs technologiques de l’école (robots, drones, ordinateurs, capteurs…) y seront reliés afin de nourrir une offre pédagogique innovante. « A terme, cette plateforme intégrée servira aussi nos partenariats industriels et académiques à l’international. » Le futur directeur envisage en outre l’ouverture de deux campus à l’étranger à moyen terme.

 

Amphitéâtre de l'ISEP © Laurent Ardhuin

Amphitéâtre de l’ISEP © Laurent Ardhuin

 

Des ingénieurs au service de la transformation numérique

L’ISEP a été créée en 1955 pour former des électroniciens, seulement 7 ans après la découverte du transistor. L’école s’est toujours développée en phase avec l’innovation comme en témoigne son expertise des métiers du numérique. « Notre ambition est de former des ingénieurs innovants au service de la transformation numérique. Forts de leur formation, ils contribueront à accompagner la transformation des entreprises et à apporter des innovations et services dans tous les domaines qui intéressent l’humanité : santé, sport, astronomie, culture, transports, agriculture… » Un projet attractif comme en témoigne le développement des promotions de l’ISEP et le placement rapide de ses diplômés.

 

 

http://www.isep.fr/