Auparavant mis en avant surtout par les écoles de commerce, l’international séduit de plus en plus les étudiants des écoles d’ingénieurs. Les séjours à l’étranger font désormais partie intégrante du cursus de ces derniers, notamment à l’ECE Paris, où 100 % des élèves partent au moins une fois à l’international. – Par Julie Pidell, Directrice des Relations Internationales, ECE Paris – Ecole d’ingénieurs

 

 

Pourquoi l’international en école d’ingénieurs ?

Belle opportunité d’enrichir le CV d’un élève ingénieur, une expérience significative à l’étranger plaît aux recruteurs. Un ingénieur doit être multi-compétent et penser « global ». L’ouverture d’esprit est aujourd’hui devenue fondamentale pour un ingénieur, qu’il doive travailler à l’étranger ou en collaboration avec des équipes internationales. Un parcours international en fait la preuve, et démontre un regard différent sur la culture, la technologie et la société. À l’étranger se développent des compétences techniques, linguistiques, mais aussi relationnelles et humaines. Elles permettent aux étudiants de réussir leur entrée dans la vie professionnelle et de s’intégrer durablement sur le marché du travail. Cela leur permet d’apprendre par d’autres modes d’enseignement, et aide ainsi l’ingénieur à raisonner différemment et à travailler en autonomie. Le but est de toujours pouvoir s’adapter aux nouvelles technologies en constante évolution, et à innover tout au long de sa carrière.

© Campus Eiffel

© Campus Eiffel

Quelles opportunités pour les jeunes d’aujourd’hui à l’international grâce à leur cursus en école d’ingénieurs ?

L’expérience internationale commence déjà sur le campus, par plusieurs biais. Tout d’abord, grâce au contact avec les étudiants internationaux, qui sont intégrés aux sections internationales, que ce soit en semestre ou année académique, ou bien encore durant les summers schools. Les étudiants ont aussi l’occasion de rencontrer des professeurs étrangers qui assurent des conférences de manière ponctuelle ou des cours dans le cadre d’échanges.

Plusieurs associations étudiantes de l’ECE Paris se tournent également vers l’international, comme par exemple UPA (Unis Pour Agir), une association à but humanitaire, ou encore ECE International, qui accompagne les étudiants internationaux tout au long de leur échange.

Enfin, l’ECE Paris a intégré cette dimension internationale au sein même de sa pédagogie. Ainsi, l’Ecole propose différentes LV2 aux étudiants, et a construit un programme de Valorisation des Projets Etudiants (VPE), qui contribue entre autres au développement de publications dans des revues scientifiques internationales, des participations à des concours de renommée mondiale comme la World Microsoft Imagine Cup ou le concours Lépine, ou encore à des événements de grande envergure, telle que la COP 21.

Ensuite, la mobilité académique à l’international est possible deux fois à l’ECE Paris, aussi bien pour les étudiants de la filière initiale que pour ceux en apprentissage. Ils peuvent se rendre dans l’une des 129 universités partenaires dans 47 pays différents, sélectionnées en relation avec les responsables pédagogiques de l’école, et ce, dès la première année du cycle ingénieur ! Pour ce faire, l’école passe notamment par le programme-phare des échanges européens, Erasmus+, ou encore BCI (ex-CREPUQ) pour le Canada, et bien d’autres. Il est à noter que l’attribution du diplôme d’ingénieur à l’ECE Paris suppose la réalisation d’au moins un séjour international d’un semestre académique minimum et la validation d’un niveau de 800 points minimum au TOEIC. Certains étudiants choisissent même d’effectuer un parcours bi-diplômant ou bien encore un doctorat dans l’une de nos institutions partenaires à l’étranger.

Par ailleurs, les étudiants choisissent souvent de faire un ou plusieurs de leurs stages à l’étranger, soit en entreprise, soit dans l’un des laboratoires de nos universités partenaires. Ainsi, l’un de nos étudiants, Jonathan L., a par exemple effectué son stage au sein de la prestigieuse école de la KAIST, en Corée du Sud, pays où plus d’une centaine de nos étudiants décident de se rendre chaque année. Au moment de leur recherche de stage, les étudiants peuvent d’ailleurs notamment s’appuyer sur le réseau des alumni expatriés.

Enfin, le Volontariat International en Entreprise, ou VIE, est également un excellent moyen de commencer son expatriation, comme Antoine de M-E., actuellement attaché de coopération scientifique à l’ambassade de France à Singapour. Une année de césure bien exploitée peut également permettre aux étudiants de réaliser un projet professionnel notoire à l’étranger avant même l’obtention de leur diplôme. C’est souvent le cas des étudiants en ingénierie financière qui décident de partir développer leurs compétences à Hong-Kong par exemple.

Les diplômes d’ingénieurs, habilités par la Commission du Titre d’Ingénieur (CTI), bénéficient du label EUR-ACE. L’organisme qui gère de label évalue les agences d’accréditation de formations d’ingénieurs : le titre d’ingénieur français a de ce fait une forte notoriété internationale. Ce sont donc véritablement 1001 parcours qui s’offrent aux étudiants de l’ECE Paris, intégrant tous une qualité internationale reconnue dans la formation de nos ingénieurs français. Elle ne peut que laisser à penser que la proportion d’ingénieurs qui exerceront hors de nos frontières ne cessera de progresser.