Deux mois seulement après son arrivée, le nouveau directeur de Toulouse Business School, François Bonvalet qui a auparavant dirigé RMS, a convié la presse pour présenter son projet et ses ambitions pour l’école toulousaine. Il était accompagné de son équipe de direction montrant un front uni pour ce nouveau départ pour TBS.

« TBS a vécu cachée, elle a beaucoup à montrer. Elle n’a pas à rougir de ses qualités appréciées au premier chef par EQUIS qui vient de la ré-accréditer pour la troisième fois consécutive pour la durée maximum possible qui est de 5 ans. » Ce signal positif conforte l’école dans sa stratégie que François Bonvalet entend poursuivre tout en la musclant.

François Bonvalet, nouveau directeur de TBS.

Le premier atout de TBS tient dans son nom qui comprend le nom de sa ville Toulouse. « C’est un pôle économique fort et pas uniquement dans le domaine aérospatial où sa réputation est mondiale et dans lequel TBS a développé une expertise reconnue en management du secteur. Toulouse a aussi de beaux acteurs dans la santé et l’agroalimentaire. » Le directeur va s’appuyer sur ces forces pour les cultiver avec ses partenaires locaux.

Ouverture de deux nouveaux campus à l’international

L’ancrage en aéronautique sera aussi un levier pour le développement international. « Nous venons de signer un accord entre l’IIMB de Bengalore en Inde et notre Aerospace MBA. L’objectif est de croître en qualité académique et par notre envergure internationale avec, en plus de nos campus de Barcelone et Casablanca, l’ouverture de deux nouveaux campus. » La situation des campus est en cours d’examen en Amérique du Nord, en Asie, en Europe de l’Est ou en Angleterre. Il s’agit de former des étudiants locaux aux programmes de TBS. Les effectifs passeraient d’ici à 2020 de 17,6 % d’étudiants étrangers à 25 %. « L’ambition est d’être ainsi une business school internationale implantée en France. »

Etudiants de TBS © Christian Rivière

Valeur ajoutée aux étudiants et aux entreprises

« Je veux une stratégie centrée sur la valeur ajoutée aux étudiants et aux entreprises pour TBS. » Une ambition qui répond à l’objectif premier de toute business school, la promesse de l’employabilité pour les diplômés et de la compétence adaptée aux besoins des recruteurs. « Notre ambition de qualité et de valeur ajoutée explique aussi pourquoi je ne souhaite pas de croissance des effectifs. L’accompagnement et la pédagogie personnalisée demandent des investissements importants. »

La valeur ajoutée aux étudiants passe également par un portefeuille de parcours diversifiés qui continue à s’étoffer. Il est déjà garni de double diplômes avec Sciences Po Toulouse, l’IAE de Toulouse ou encore l’ENAC,  et de 150 accords avec des universités étrangères. A Paris, TBS partage ses locaux avec l’école américaine Paris School of Arts. « Nous ouvrons avec ce partenaire deux nouveaux tracks en luxe et en mode pour notre MS en marketing communication à la rentrée 2015. »

 

Equipe de direction de TBS

Stratégie de différentiation

« Nos alliances illustrent notre stratégie de différentiation à la fois en nous appuyant sur nos points de force comme l’aéronautique, et sur nos complémentarités avec nos partenaires français et internationaux. » TBS vient de réaliser un « coup » en recrutant un professeur de rang mondial, Jan Jonker. Référence de la RSE, il prend la tête d’une chaire d’excellence dédiée financée par la région Midi-Pyrénées.

François Bonvalet entend renforcer l’équipe académique. Le corps professoral compte aujourd’hui 92 enseignants-chercheurs permanents, il en vise 110 à l’horizon 2020 dont 40 % d’internationaux (33 % en 2014), 95 % de PhD (88 % en 2014) et 30 HDR (22 en 2014). « Mon objectif est de peser dans le monde des business schools qui comptent en matière de publications avec plus de 50 articles académiques par an et deux articles dans les revues les plus sélectives tous les 4 ans minimum. »

TBS renforce son Bachelor

Le Bachelor de TBS est l’un des plus importants de France avec 1 400 étudiants. Deux évolutions sont prévues pour 2015-2016. La création d’une 4e année pour ceux qui souhaiteraient poursuivre en MS ou MSc et la création d’un Bachelor international en 4 ans.

D’autres nouveautés

Parmi les annonces : deux accords avec des écoles « coopétitrices ». En préparation : un DBA avec Audencia et un Mooc sur la complexité avec GEM.

François Bonvalet ouvre par ailleurs son école au regard de personnalités venues d’autres univers en créant un comité intitulé « Think out of the box ». « Il s’agit notamment d’un joueur de rugby, d’un musicien de l’orchestre du Capitole, d’un associatif. Je suis intéressé de savoir comment ils considèrent le rôle de TBS dans la société. Leurs regards vont nourrir les travaux de notre comité d’orientation stratégique. J’ai aussi créé un comité interne de réflexion stratégique. Il y aura notamment des professeurs de stratégie, pourquoi se priver du regard de nos propres experts ? Il est essentiel de mener une veille permanente, d’être en mesure de se remettre en question, de progresser. » C’est cette démarche qui motive aussi la création d’une direction prospective et innovation pédagogique.

A. D-F