Directeur Général d’ESCP Europe depuis 2006, Pascal Morand est diplômé d’HEC (1978) et a enseigné à l’ESC Rouen de 1978 à 1985 ainsi qu’à HEC et Paris 1 Panthéon Sorbonne en parallèle, de 1981 à 1987.
( Pascal Morand a quitté ses fonctions et est remplacé par Edouard Husson )

 

Remise des diplômes Master in Management 2011

Remise des diplômes Master in Management 2011

Vous avez connu l’intimité d’autres écoles de management que celle que vous dirigez à présent. Fort de cette expérience, quelles sont selon vous les spécificités d’ESCP Europe ?
Pour moi, c’est une école dont la culture est à la fois très traditionnelle et très innovante, peut-être parce que c’est la plus ancienne. Ce mélange des deux lui donne un côté très attachant, avec également un rôle de l’humain qui est particulièrement important et qui explique d’ailleurs qu’à ESCP Europe, quand on bouge les choses, on ne les bouge pas seul, mais à plusieurs.
Notre deuxième caractéristique, c’est d’être une école très ambitieuse mais avec un incontestable jansénisme, c’est-à-dire qu’il y a du dit et du non dit dans l’ambition, qu’il y a toujours une forme de retenue dans l’expression de cette ambition, même si elle n’en est pas moindre.
Notre troisième caractéristique, c’est notre dimension à la fois européenne et urbaine. La dimension européenne se manifeste par l’appropriation que les élèves se font des campus, par le fait qu’aujourd’hui il leur est possible d’avoir leur diplôme d’ESCP Europe sans passer par Paris, par le séminaire de début de master au parlement européen à Strasbourg, etc. Et en même temps l’établissement possède une véritable dimension urbaine : le fait d’être implanté dans la ville implique forcément d’être plus sensible aux cultures urbaines et à la culture au sens propre du terme (cinéma, théâtre, concerts…) qui imprègnent les différents campus, tous situés au coeur de grandes villes européennes. Tout ceci crée une fierté d’appartenance des étudiants. Enfin, j’ajouterais que toutes les écoles ont un sens de l’intérêt général mais ici les professeurs l’ont particulièrement.

 

Quel sont les domaines de compétence de l’école ?
Tout d’abord, la finance, notamment la finance corporate, mais là où nous sommes reconnus comme les plus forts, c’est dans la régulation financière. Un autre de nos domaines d’expertise c’est l’innovation. Vous me direz : tout le monde fait de l’innovation. Sauf que la vision de l’innovation à l’école est très holistique : innovation technologique, innovation marketing, innovation du design, innovation nationale, innovation européenne… Un nombre significatif de professeurs travaille sur ce domaine clé et nous avons créé en janvier 2011 l’Institut pour l’Innovation et la Compétitivité i7. Les sciences sociales également sont très présentes à l’école avec des professeurs très renommés comme Nicole Aubert ou encore Philippe Bouilloud. Enfin, chaque campus possède ses propres domaines d’expertise.

 

ESCP EUROPE appartient au PRES héSam créé en 2010. Pourquoi avoir choisi ce PRES ?
ESCP Europe avait la volonté d’être membre fondateur d’un PRES dont les valeurs épousaient les siennes, et qui rassemblerait des écoles possédant les mêmes codes.

 

Quelles sont ces valeurs ?
Les valeurs d’innovation et de tradition, et plus généralement celles d’une culture humaniste. Le PRES héSam possède une vraie expertise en sciences sociales, en management public, en matière de culture. Il s’est beaucoup constitué autour de la recherche, avec notamment le labex REFI de Régulation Financière dont ESCP Europe est l’établissement coordinateur. A terme, il y aura des opportunités pour les étudiants, mais elles n’existent pas encore à ce jour. En attendant, nous avons plaisir à nous retrouver une fois par semaine pour travailler ensemble.

 

Si vous deviez convaincre un élève de rejoindre ESCP Europe en une phrase ?
Venez partager et être les acteurs d’un grand projet européen, humain, pédagogique, citoyen, épanouissant et qui vous donnera les meilleurs atouts pour réussir un projet professionnel. ambitieux et stimulant.

 

Comment l’école se finance-t-elle ?
Pour simplifier, le budget est d’environ 75 millions d’euro en comprenant l’immobilier. Hors immobilier, les frais de scolarité du Programme Grande École représentent un peu moins d’un tiers du budget. Si l’on ajoute les autres programmes destinés aux étudiants, cela représente une petite moitié du budget. L’autre moitié se divise entre 50 % pour les ressources provenant de la formation continue et des programmes Executives en général, et 50 % pour les subventions de toute nature en provenance principalement de la CCIP et du Land de Berlin y compris la taxe d’apprentissage. Le budget est équilibré, mais conserver l’excellence de sa formation coûte de l’argent et la crise durcit le contexte général : il faut être plus combatif, plus structuré dans la recherche de fonds auprès des entreprises et des particuliers.

 

Claire Bouleau
Twitter @ClaireBouleau