Est-il encore temps pour les leaders de l’enseignement supérieur d’échapper à la rupture annoncée du secteur et à la montée de nouveaux entrants ? L’issue dépend essentiellement de leurs capacités à se réinventer afin d’apporter des valeurs nouvelles et significatives à des étudiants désabusés. Certains prônent l’expérientiel comme solution. Qu’en est-il après une première phase d’engouement ?

 

L’expérience apprenant : de l’illusion à la désillusion

A l’instar de l’expérience client, l’éducation se lance dans l’expérience apprenant. Simulations, jeux sérieux, projets réels, les approches foisonnent pour faire vivre des moments émotionnellement inoubliables aux étudiants : l’inconfort, le rire, la peur, l’incertitude, etc. Ils en reparleront toute leur vie ! C’est une réponse aux problèmes de manque d’attention et d’interaction, un élément d’amélioration de leur satisfaction et de celle des enseignants, le moyen de revaloriser le présentiel.

Toutefois, c’est aussi une course qui demande des efforts de renouvellement et d’ingénierie pédagogique continus et croissants pour des effets de plus en plus éphémères. Au final, l’expérientiel est perçu par les participants comme une source d’agréables moments mais qui, à force, les laissent dubitatifs quant à leur efficacité. Les premiers signes de désillusion sont avérés.

L’apprentissage expérientiel : victime de dégradation inopinée ?

En innovation, le défi de l’intégration de solutions radicalement nouvelles dans des systèmes établis est extrêmement critique, source de dégradation de la valeur de l’innovation. L’apprentissage expérientiel en serait-il victime ? Ou bien, serait-on passés à côté des véritables attentes des apprenants. Face à de tels niveaux d’incertitude où le champ des solutions et celui des besoins sont très ouverts, l’expérimentation est reconnue comme un levier de progrès essentiel. Concevoir et tester un parcours d’apprentissage expérientiel, selon des hypothèses précises, dans des conditions de mise en œuvre contrôlées et ajustables permet d’obtenir des réponses surprenantes. Pour exemples : les étudiants ne souhaitent pas seulement apprendre en pratiquant mais aussi et surtout façonner le monde futur par l’expérimentation active ; ils ne souhaitent plus voir des enseignants stars du savoir mais des partenaires, à l’écoute et engagés dans des défis sociétaux communs. Amusez-vous avec une blockchain et des étudiants et vous en verrez le potentiel autrement !

Discipline et ambition

En définitive, l’apprentissage expérientiel adresse les enjeux de pertinence, d’utilité et d’impact de la formation. Au vu des pratiques, il en est à ses balbutiements, toutefois, des invariants émergent et gagnent à être partagés (voir encadré). Dans ce contexte, il est évident qu’il relève de la responsabilité des décideurs d’engager cette transformation, en faveur de l’humanité avant tout ! C’est une dynamique qui nécessite une force d’influence puissante, détenue par un écosystème de partenaires partageant la même ambition et aptes à mobiliser en interne et en externe, des ressources et des investissements significatifs.

Quelques invariants d’une expérience apprenant effective

  • un enjeu partagé d’ordre supérieur, le progrès sociétal
  • une pédagogie incluant approches cognitives et expérientielles
  • un mélange entre projet réel et expérimentation active en labs
  • une logique de plateformes et de parcours
  • une non programmation ex ante des contenus et séquences d’apprentissage
  • une posture d’enseignant collaboratif
  • une attention particulière au retour d’expérience (REX), au partage et au transfert de connaissances vers des domaines variés, en utilisant le levier du digital

 

Pour en savoir plus sur Sylvie Blanco, Professeur Senior, Directrice Innovation & Expérimentation et GEM Innovation Campus, cliquez ICI

 

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

Avec Bouygues Energies et Services : demain se construit aujourd’hui

Penser l’industrie de demain, voilà le quotidien de Carolle Foissaud, DG du Pôle Industrie de Bouygues Energies et Services.

Biscuits Bouvard : Initiales BB

Comme l’explique son DG Pierre Josselin, Biscuits Bouvard doit autant son succès à l’innovation qu’à son intelligence relationnelle interne…

ENGIE, 30 ans de politique handicap et toujours aussi innovant

Rachel Compain, directrice du développement social et diversité d’ENGIE nos explique comment le groupe réinvente et booste sa politique en faveur de l’inclusion du handicap en 2020

Air Liquide : « Nous voulons poursuivre et dynamiser notre politique de recrutement des personnes en situation de handicap. »

Comme l’explique sa Responsable de la mission handicap et inclusion Bérengère Lefort, une entreprise a beaucoup à gagner à être handi-accueillante…

Carrefour : grand consommateur de jeunes talents

La grande distribution fait sa grande mutation ! Tel est le défi d’Amélie Oudea-Castera, Head of e-commerce, data & digital de Carrefour.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.

Jeune dip’ – Septodont : un binôme qui ne manque pas de mordant

Digitalisation, robotisation, intelligence artificielle… La dentisterie fait elle aussi sa mue technologique à l’image de Septodont.

Spurgin Léonhart, une PME en béton !

Rencontre avec Pierre Bollard (Arts et Métiers 84) DG de Spurgin Léonhart industriel français spécialiste des murs préfabriqués doté des usines les plus modernes d’Europe du secteur