Accompagnés par l’Ecole de la 2e Chance et en formation en apprentissage, quels leviers de jeunes décrocheurs mobilisent-ils pour reprendre leur destin en main ? La plupart préparent un bac pro pour commencer, souvent un BTS et une licence pro dans la foulée. Plus rien ne les arrête ! « Nous accompagnons de jeunes adultes sortis du système scolaire sans diplôme ni qualification pour les aider à se former et trouver un emploi » explique Christine Mialet, responsable du pôle E2C de Thionville.

 

Reprendre son destin en main

Leur caractéristique ? « Ils sont en demande, motivés pour accéder à une formation diplômante ou qualifiante, à un emploi ! Le fait qu’ils soient volontaires est le premier des leviers de réussite dans cette démarche. Car si nous avons les outils, la locomotive ce sont eux ! »

Reprendre confiance

Le processus est encadré par les équipes des E2C. Elles accompagnent chacun individuellement sur son projet durant environ 7 mois. « La première chose à faire est de lever les freins psychologiques et matériels qui les empêchent d’avancer. Nous devons comprendre pourquoi ils ont décroché. » L’équipe les amène à reprendre confiance en eux, à se remettre dans un rythme de travail et redévelopper leur savoir-être. « Certains sont très motivés, d’autres moins ambitieux ont besoin de revaloriser leur image pour envisager un avenir. »

Se mettre en situation de réussite

Le dispositif se caractérise par une alternance en entreprise ou un externat. Le parcours E2C comporte 560 heures en centre et 455 heures en entreprise. « L’apprentissage est une porte d’entrée vers l’emploi. Les jeunes suivent une remise à niveau en français, math, informatique et une préparation pour se présenter à un employeur. »  A Thionville, les équipes proposent aussi un atelier sur la citoyenneté, des ateliers techniques et du sport. « Nous tenons compte des projets du stagiaire et les croisons avec les besoins du territoire afin de le préparer à un métier porteur. Le projet doit être réalisable, l’objectif étant la réussite dans ce nouveau départ. »

 

Nicolas Feugeas, 21 ans, accompagné par l’E2C Thionville, est en apprentissage bac pro pilote de ligne de production chez British Steel (fin de contrat 2019)

Comment avez-vous décroché ?

J’avais été mal orienté, en bac pro maintenance, alors que ce qui m’intéresse c’est l’électricité. S’il faut correspondre aux besoins en compétences d’une entreprise, il faut avant tout aimer ce que l’on fait pour y arriver. J’ai quitté le système sans me rendre compte de la difficulté à intégrer le monde du travail sans qualification.

Comment avez-vous rejoint l’E2C Thionville ?

Tous mes amis étaient en formation. Je me demandais ce que j’allais faire de ma vie. Je me suis tourné vers Pôle Emploi et la mission locale pour trouver un bac pro en électrotechnique en apprentissage. J’ai cherché durant un an un contrat sans succès et j’en pris un coup au moral. Je me suis dit que je devais me reprendre en main. Une amie m’a parlé de l’E2C où elle était très heureuse et j’ai postulé.

Que vous apporté l’E2C ?

Sans l’E2C je ne sais pas où j’en serais aujourd’hui…. J’ai à nouveau confiance en l’avenir. J’y vais étape par étape. Je suis confiant et n’exclus pas de poursuivre en BTS après mon bac pro. L’apprentissage m’a permis de mettre un pied dans le monde professionnel et j’aime ça. Je suis bien intégré dans l’équipe, je monte en compétences. J’ai trouvé ma voie. Je suis très heureux car je suis 2e de ma promo à 0.19 points de la 1ère ! Cela ne m’était jamais arrivé. Je découvre le plaisir de faire quelque chose et de le réussir. Je sais pourquoi je m’investis. J’ai retrouvé ma fierté.

L’Ecole de la 2e Chance en chiffres

14 338 jeunes décrocheurs accueillis en 2016
62 % ont trouvé un emploi ou une formation qualifiante
118 sites écoles
Plus de 80 000 jeunes sont déjà passés par les E2C

https://reseau-e2c.fr

 

Generix Group : d’une entreprise française to be au BtoB à l’international

Generix Group édite des logiciels pour la supply chain pour les écosystèmes industriels, logistiques et du retail du monde entier. Success story.

Service civique : le bon plan insoupçonné

Engagement, alternative au stage, accomplissement personnel, expérience professionnelle… Toutes les raisons sont bonnes de tenter un service civique.

Intégrer le monde des Nanotechnologies avec Mentor, une société du groupe Siemens!

Leader mondial de l’EDA, Mentor, une société du groupe Siemens conçoit et vérifie des circuits électroniques et des logiciels embarqués, explique Bruno Garnier, Director Operational Programs.

DORIS Engineering : Rejoignez les architectes de l’énergie en mer

DORIS Engineering construit sa réputation sur le design de superstructures pour le monde maritime. Rencontre avec Xavier Grandiaud, Directeur Général Délégué et Olivier Benyessaad, Head of Business Développement.

CLIMESPACE : rejoignez une entreprise rafraîchissante !

Filiale d’ENGIE, CLIMESPACE développe et exploite le réseau de froid urbain de la Ville de Paris depuis 1991. Jean-Charles Bourlier, le directeur général, nous parle des projets de son entreprise.

Sofimac Investment Managers : la création de jeunes pousses, c’est l’avenir !

« Le nouvel eldorado, c’est la création de start-up ! », assure Pascal Voulton, Président de Sofimac Investment Managers

Avec GSK, devenez le leader de votre carrière

Comment GSK fait la différence ? Entretien avec Frédéric Martin (CentraleSupélec 2003), VP & Commercial Director Oncology de GSK.

Rejoindre Veolia Eau d’Ile-de-France, ça coule de source !

Filiale du leader de la gestion optimisée des ressources, l’entreprise produit l’eau potable pour 151 communes en Ile-de-France et 4,6 millions d’habitants.

Elekta ose pour la bonne cause !

Cette compagnie suédoise fondée ne 1972 par un neurochirurgien est à la fois une jeune entreprise agile et un expert historique de la radiothérapie. Objectif : lutter contre le cancer.

Talkwalker & Société Générale : la tech made in Luxembourg

Respectivement CEO de Talkwalker et Global Head of Market Solutions and Digital Transformation Officer à la Société Générale, Robert Glaesener et Bertrand Kauffmann ont deux points communs : l’innovation et le Luxembourg.