C’est dur la culture !

Quel que soit le sujet et l’objet des recherches documentaires qu’ils aient à mener, nos étudiants effectuent trop systématiquement celles-ci depuis l’usage d’un même moteur de recherche… : Google ! S’il va sans dire que les contenus fournis par ce moteur de recherche sont denses, il n’en demeure pas moins que les premières informations qu’il propose sont généralement prises par nos étudiants pour argent comptant et invitent peu à étayer leur raisonnement et à aiguiser leur esprit critique.

 

À toutes fins pédagogiques, il importe que ces derniers développent une culture informationnelle autrement plus solide que celle de leurs habitudes. Dans un autre monde, celui de la Library de NEOMA, il existe une quantité de ressources informationnelles d’excellente qualité académique. Cependant, force est de constater que les étudiants ne sollicitent ces ressources que de manière épisodique et parfois maladroite.

 

Mais pourquoi tant d’efforts ?

Sans parler d’échec, les constats en matière d’apprentissage ne satisfaisaient que partiellement nos ambitions. Comme conditionnés, les étudiants persistaient à s’en remettre à Google pour trouver réponse absolue aux questionnements auxquels les enseignants d’autres disciplines les soumettaient. Questionnant l’un de mes étudiants quant au fondement de ma démarche pédagogique, il m’indiquait « Depuis le lycée, on sait que les informations sur Google ne sont pas toutes fiables et crédibles, mais si le prof n’exige pas qu’on aille chercher nos informations ailleurs, je ne vois pas pourquoi on en ferait l’effort ». Nous avions alors, non seulement, à remettre en cause notre approche pédagogique, mais nous devions, par-delà les apprentissages, générer un émotionnel favorable aux changements de comportements. En coopération avec les documentalistes de NEOMA, nous avons créé et conçu un dispositif pédagogique hybride au caractère inédit : il articule entre eux un Escape Game, une phase d’apprentissage en full digital animée par chat, et une phase présentielle de learning by doing.

Comment ça, un Escape Game… ?

Deux équipes de 5 étudiants de TEMA sont invitées à se rendre à un Escape Game conçu par les documentalistes de NEOMA dont il faut s’échapper en moins d’une heure. Nos documentalistes, alors maitres du jeu, emmènent chaque équipe en escape room et exposent le troublant message vidéo laissé par Elisabeth Johnson, enseignante fictive à NEOMA et drôlement empêtrée dans une sale histoire de virus informatique qui corrompt tous les réseaux internet connus (dont Google, bien sûr !). Fort heureusement, bien qu’épiée par quelques malfaisants, Elisabeth Johnson est parvenue à sécuriser un seul site web, à partir duquel les équipes sont censées trouver deux codes secrets. Ces codes leur donneront accès à l’antivirus qui sauvera internet.

Le thème de l’Escape Game se confirme : il s’agit bien de celui de cybersécurité. Les équipes s’activent. Ce qu’il faut comprendre est vite compris : il s’agit d’explorer le catalogue de ressources numériques du site web de la Library, pour y déceler les codes secrets tant convoités. Les équipes découvrent ainsi l’existence de e-books et d’articles de presse relatifs au thème de la cybersécurité, et dont certains contenus les mènent progressivement aux deux codes secrets. L’animation d’un court debrief auprès des équipes permet à chacun de saisir l’objet pédagogique de l’Escape Game ; à savoir découvrir et apprendre à questionner les collections presse et e-books du catalogue de ressources numériques de la Library.

Il faut délivrer Courtney !

Voilà désormais que les équipes reçoivent un email pour « suivre un premier cours de veille documentaire, en ligne ». Le cours sera animé à distance…par chat ! À l’heure dite, les équipes découvrent, par lecture vidéo, comment Courtney, une étudiante américaine, réalise toutes ses recherches documentaires depuis le catalogue en ligne de la Library. Puis, les équipes apprennent que Courtney, faute d’être parvenue à s’échapper de l’Escape Game, est restée enfermée dans l’escape room !  Aussi, pour l’aider en l’en sortir, les étudiants devront résoudre un certain nombre d’énigmes, dont les solutions codées leur permettront de délivrer la pauvre Courtney. Les étudiants l’ont bien compris : pour résoudre chaque énigme, il leur faut manipuler le catalogue de ressources numériques de la Library avec aisance et agilité. Ils vont ainsi apprendre à élargir leurs recherches par l’usage de mots clefs différents, à préciser leurs recherches en usant de guillemets, à trouver une définition au sein du paragraphe d’un e-book, à consulter un article de presse paru depuis plus de 6 mois…

Autant d’exercices qui amèneront nos étudiants à adopter de nouvelles habitudes comportementales dès lors qu’ils auront une veille documentaire à mener ; ce que nous ne manquerons pas de solliciter sitôt le terme de cette drôle d’aventure pédagogique.

l’auteur est Nathalie Fontaine – Chargée d’enseignement et conceptrice pédagogique au sein de NEOMA Business School

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.