Former et préparer à prendre une position professionnelle dans la société, telles sont les priorités d’Aix Marseille Université vis-à-vis de ses étudiants. Comment la jeune université âgée de deux ans répond-elle à cette préoccupation majeure des jeunes et de leurs familles ? Réponses de son président Yvon Berland.

 

Chaque année une cinquantaine d’entreprises viennent à la rencontre des étudiants d’AMU lors du Forum stages & emplois

Chaque année une cinquantaine d’entreprises viennent à la rencontre des étudiants d’AMU lors du Forum stages & emplois

ALORS QUE LES UNIVERSITÉS ET LEUR ENVIRONNEMENT ÉVOLUENT, PENSEZ-VOUS QUE VOS PRIORITÉS CORRESPONDENT À CELLES DES ÉTUDIANTS ?
Nous avons des priorités communes, notamment accroître la visibilité de notre offre de formation. Elle est souvent considérée comme complexe par les familles et les lycéens. L’objectif est de la simplifier pour la rendre plus lisible avec des intitulés de formations moins académiques, plus explicites en termes de compétences, de métiers.

QUELLE EST LA PRÉOCCUPATION NUMÉRO 1 DE VOS ÉTUDIANTS ?
Très clairement ce qu’ils feront demain, à quelle possibilité d’emploi dans la société mène leur formation. Ils souhaitent avant tout acquérir des compétences pour être employables. C’est pourquoi AMU organise des évènements pour leur faire connaître les débouchés professionnels : salon des masters, forum stages & emploi, semaines AMU-Entreprises… AMU a noué de nombreux partenariats avec des entreprises, afin de faire connaître au monde socio-économique nos formations et les compétences que nous leur proposons. Via ces contacts, les entreprises offrent des stages à nos étudiants, repèrent des talents. Il est essentiel que l’université, ses étudiants et les entreprises approfondissent leur connaissance mutuelle.

 

« Tout mettre en place pour faciliter l’employabilité de nos étudiants est une priorité. »

LA FORMATION D’AMU IL Y A 2 ANS VA-T-ELLE DANS CE SENS ?
Le fait d’avoir rassemblé 3 universités est un progrès considérable. Nous sommes mieux identifiés. Je suis régulièrement sollicité par le monde socio économique pour venir présenter AMU, sa stratégie, ses formations, les métiers et compétences auxquels elle prépare. Une ou deux fois par mois j’interviens devant 50 à 60 chefs d’entreprises. Cela est nouveau et extrêmement positif. De même, la région, le conseil économique et social, la CCI me sollicitent. Tout le monde a pris conscience que l’enseignement supérieur est un levier du développement économique et des territoires.

QUELS EFFETS ATTENDEZ-VOUS DU CÔTÉ DE LA PÉDAGOGIE, DE LA RECHERCHE, DE LA FORMATION ?
Une des raisons qui a motivé la formation d’AMU est de réunir en un établissement les disciplines afin de favoriser leur interaction. Pour que les domaines « se parlent », je souhaite introduire des unités de formation en sciences dans les arts et lettres, en ingénierie dans le management, etc. Nous avons déjà ouvert une licence sciences et humanités. Chaque département identifie ce qui est complémentaire des autres composantes pour les ouvrir à d’autres étudiants. Les doyens et directeurs de composantes sont très impliqués dans ce travail. Le monde socio-économique a besoin de profils possédant des compétences larges et complémentaires. Les étudiants sont eux aussi très demandeurs de doubles cursus et d’ouverture. En matière de recherche, nos responsables ont aussi identifié des pôles thématiques porteurs et montent des projets pluridisciplinaires. Ces collaborations ouvrent des perspectives très prometteuses.

AMU FÉDÈRE T-ELLE LES ÉTUDIANTS ?
Notre ambition est bien sûr que les étudiants s’approprient la marque AMU, développent un sentiment d’appartenance à la communauté. C’est en cours au travers d’activités fédératrices comme le sport, leurs associations, la culture, les évènements organisés par l’université. Nos efforts en matière de qualité de vie et d’études sont essentiels pour que le passage à AMU soit satisfaisant pour nos étudiants et qu’ils aient ensuite envie de conserver le lien. Nous sommes d’ailleurs en train de monter une association d’anciens au-delà des clubs de diplômés qui existent déjà par formation (ingénieur, IAE, IUT).

 

A. D-F

 

http://www.univ-amu.fr/